Vie du réseau

Symposium ISEFI : les rencontres du financement de la transition énergétique

Créé le : 17/06/2019

Comment financer les investissements que réclament la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique ? Quels nouveaux canaux de financement pour les nouvelles solutions industrielles ?  Ces rencontres de l’investissement et du financement de la transition énergétique répondront à ces enjeux.

État, banques, fonds environnementaux, fonds énergies renouvelables, investisseurs, agences et organismes nationaux, européens et internationaux ... les acteurs du financement de la transition énergétique, des solutions industrielles et de leur financement seront présents à ISEFI 2019 pour partager leur expérience, présenter leurs solutions de financement et l’éventail des aides disponibles pour financer les projets de transition énergétique des entreprises et des collectivités.

Le 2 juillet, au beffroi de Montrouge (92), le Symposium ISEFI vivra sa 7e édition. Un symposium annuel organisé depuis 2013 par l’IPAG une Business School qui rapproche, depuis plus de 50 ans, les acteurs du monde académique, les collectivités locales et les entreprises. C’est aujourd’hui la plus importante réunion de chercheurs en Europe sur le sujet de la transition énergétique.

Depuis 2019, à la suite des nouveaux rapports du GIEC et du bilan de la COP 24, ISEFI a élargi son audience et ses travaux à tous les opérateurs de la transition énergétique français et étrangers, aux industriels, aux énergéticiens et aux collectivités territoriales. Les participants seront donc
- des chercheurs et experts scientifiques et économiques,
- des acteurs institutionnels et financiers accompagnant la Transition énergétique (Fonds ONU, CDC, ADEME, ANAH, Agence France Locale, Plan Bâtiment Durable…),
- des banques (Banque des Territoires, Caisse d'Épargne, Novethic, tous les établissements bancaires proposant des financements des projets énergétiques et environnementaux),
- des énergéticiens, français et internationaux,
- des entreprises (dirigeants et responsables RSE / transition énergétique),
- des élus des territoires et leurs responsables des services concernés par la mise en oeuvre de la Transition Énergétique et des PCAET,
- des acteurs des énergies renouvelables et centres de recherche (INES, CSTB …),
- des fédérations professionnelles.

 

1000 participants attendus


En tout, 30 conférenciers, dont Isabelle Autissier, Présidente du WWF, Bertrand Piccard, aéronaute, constructeur de Solar Impulse, Xavier Michon, Secrétaire exécutif adjoint du Fonds d’Équipement des Nations Unies pour le développement local (FENU/UNCDF), Jean-François Carenco Président de la Commission de régulation de l'énergie... et 4 grandes conférences, dédiées l’actualité des politiques publiques nationales et internationales en matière de transition énergétique, aux modèles économiques des filières énergétiques 2019-2020, à l'investissement et au financement des entreprises et des collectivités et à la transition énergétique dans les pays du Sud, les perspectives et opportunités de partenariats.

Mais aussi des prises de parole, pitchs de 15 minutes sur les retours d’expériences des industriels, énergéticiens et collectivités.

50 exposants industriels, investisseurs et financeurs présenteront un tour d’horizon des solutions industrielles et des canaux de financement. Pour échanger avec tous ces acteurs et exposer votre besoin, découvrir leurs produits et formules d’accompagnement de la Transition énergétique.
L’espace Finance Dating  proposera, lui, 2 séquences de speed dating pour rencontrer, dans un cadre privilégié, des financeurs et fonds d’investissement français et internationaux. L’objectif : se rencontrer, échanger ses coordonnées, et convenir d'un rendez-vous.


Plus d'infos
www.isefi-symposium.org

[ PHILIPPE DARCAS ] " La bio industrielle n'est pas incompatible avec la qualite ! "

Créé le : 17/06/2019

Alors que le secteur du biologique se developpe de plus en plus, l'entreprise Ateliers bio de Provence, basée à Carpentras, crée une nouvelle usine pour anticiper le développement de son activité cet été. Rencontre avec Philippe Darcas, gérant de cette entreprise engagée.

Pas de tomates bio en hiver !

Créé le : 07/06/2019
Lors de la conférence de presse organisée en Ille et Vilaine par Agrobio35 et la FRAB, avec de gauche à droite : Marc Morelle, Vice-Président Biocoop / Luc Clavez, maraîcher bio et président Bio Breizh / Arnaud Daligault, maraîcher bio, président d'Agrobio 35 / Jean-Paul Gabillard, maraîcher bio, secrétaire national légumes à la FNAB / Patrick Anne, AMAP d'Armorique et MCE / Claire Orieux, maraîchère bio et secrétaire de la FRAB / Jean-Marc Lévêque, président du Synabio

La Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB) lance une pétition pour défendre l'éthique de la bio : non aux serres chauffées ! Voici leur message.

« Monsieur le Ministre de l’Agriculture, il faut interdire la production de fruits et légumes bio hors saison ! Le marché bio se développe et les appétits aussi. Avec l’arrivée de nouveaux acteurs économiques poussant des pratiques incompatibles avec le cahier des charges bio, c’est tout le système qui est menacé ! Halte aux rendements à tout prix, oui aux saisons ! Depuis quelques mois on voit se développer des projets de conversion biologique de serres chauffées pour la production de fruits et légumes hors saison (Pays de la Loire, Bretagne…). Ces projets en gestation vont permettre de retrouver sur les étals de la tomate bio française en plein mois de mars. Une aberration gustative, agronomique et environnementale !
 

Le cahier des charges bio impose le « respect des cycles naturels » et une « utilisation responsable de l’énergie ». Chauffer sa serre pour produire des tomates ou des concombres en plein hiver ne peut donc pas être compatible avec l’agriculture biologique. Selon les régions et les années, la saison de la tomate peut aller de mai/juin à octobre/novembre, mais certainement pas en hiver. Pour rentabiliser leurs serres chauffées, les industriels se spécialisent sur un ou deux légumes à forte valeur ajoutée. En diminuant la diversité des cultures ils appauvrissent leurs sols et ainsi contreviennent encore aux principes de l’agriculture biologique."
 

Mobilisons-nous pour lutter contre l’industrialisation de la bio
 

« Nous avons jusqu’au 11 juillet 2019, prochaine date du Comité national de l’agriculture biologique, pour convaincre le Ministre de l’Agriculture de lutter contre l’industrialisation de la bio en limitant le recours au chauffage des serres à la production de plants et au maintien hors gel, garantissant ainsi que la production reste de saison. Ne discréditons pas le label bio : soutenons les paysannes et paysans bio qui respectent les saisons, pas de serres chauffées pour produire à contre-saison !
Signez la pétition ! pour demander au Ministre de l’Agriculture de soutenir un encadrement strict du chauffage des serres en bio afin d’interdire la production de fruits et légumes bio hors saison. Non à l’industrialisation de la Bio ! »

Pour signer la pétition, rendez-vous au lien suivant bit.ly/nonauxserreschauffees

Plus d'infos
www.fnab.org

« Au carrefour des générations »

Créé le : 06/06/2019
Sylvaine Di Caro, adjoint au maire d'Aix, en charge des séniors.

Le 11 juin prochain, à Aix-en-Provence, le service séniors de la Ville organise un Forum intergénérationnel avec l'ensemble des acteurs associatifs du territoire. Objectif : lutter contre l'isolement des séniors en tissant des liens avec les autres générations d’Aixois et faire émerger de nouvelles idées pour les accompagner sur le territoire. La parole à Mme Sylvaine Di Caro, adjoint au maire.

Pourquoi avoir souhaité organiser un forum intergénerationnel à Aix-en-Provence ?

Notre objectif est de mettre en liaison les associations du territoire et de faire connaître davantage les actions du service seniors de la ville. Nous espérons ainsi créer un réseau d'acteurs engagés dans l'intergénérationnel. Un réseau qui pourrait, dès à présent, faire émerger des nouveaux projets de solidarité à Aix. Nous sommes preneurs de ces idées neuves qui pourraient être partagées le 11 juin. Nous pourrons ensuite accompagner ces porteurs de projet dans leur réalisation.
 

Quelle action emblématique souhaitez-vous faire connaître davantage à l'occasion de ce forum ?

Pour lutter contre l'isolement des séniors, nous avons mis en place des formations à l'informatique pour les aînés. Des étudiants de l'IEP d'Aix ont accepté de participer à cette initiative intergénérationnelle, pour favoriser la passerelle entre les générations. En initiant les plus âgés aux réseaux sociaux, à l'informatique, ces derniers peuvent davantage communiquer avec leurs amis ou leur famille, parfois éloignée. En échange, certains seniors peuvent eux-aussi former les jeunes qui le souhaitent aux travaux de couture. C'est une forme de réseau d'échanges et de savoirs que nous avons amorcé. Autre action dont nous sommes fiers : accueillir les séniors isolés l'été, qui ne partent pas en vacances ; au sein du centre social La Provence, trois après-midi par semaine.


Comment faire la ville de demain, avec de plus en plus de seniors ?

Pour moi, il s'agit de favoriser l'intergénérationnel dans ce contexte d'une augmentation du nombre de séniors à l'avenir. Des seniors parrainent déjà des élèves dans les établissements scolaires. Ils participent à des sorties scolaires. Pour le futur, c'est le logement intergénérationnel qui va devenir un point clé. Une étude est d'ailleurs en cours, avec l'Agence d'Urbanisme du Pays d'Aix (AUPA), pour imaginer le logement intergénérationnel de demain. Un projet pilote pourrait être lancé dans un futur proche. D'autres idées peuvent aussi avoir du sens. J'ai suggéré qu'à chaque demande de permis de construire d'une maison de retraite, un pourcentage de logements au sein des maisons de retraite soit réservé aux étudiants. C'est à nous, avec l'ensemble des acteurs associatifs et institutionnels de faire preuve d'imagination pour créer des ponts entre les générations.


Plus d'infos 
www.aixenprovence.fr/Guide-des-Seniors-2017-2018

MAIF Transition, nouvelle solution pour la transition énergétique

Créé le : 06/06/2019

MAIF et Akuo Energy ont présenté le 5 juin la nouvelle solution de financement MAIF Transition, une solution de financement inédite pour la transition énergétique et agricole en France

Doté de 50 millions d’euros, et avec pour objectif d’investir entre 200 et 400 millions d’euros, le fonds MAIF Transition a pour ambition de financer dans les départements français un projet destiné à l’ensemble des filières agricoles, et favoriser l’émergence de projets innovants, de méthodes et de savoir-faire en matière de multiusage du foncier.

La production d’énergie renouvelable permettra aux exploitants agricoles, nouveaux ou en conversion, de financer leur transition vers une agriculture biologique pour répondre à une demande en forte croissance et de s’investir dans un projet viable à long terme. Une agriculture non intensive qui revalorisera le sol et permettra de créer des emplois non délocalisables. La cohabitation sur un espace commun d’une centrale solaire et d’une exploitation agricole apporte de la pertinence et de la valeur au projet agricole. C’est le concept d’Agrinergie® développé par Akuo Energy.

Avec la création du fonds MAIF Transition, les partenaires s’engagent à accompagner la redynamisation des territoires sur le long terme en permettant d’accélérer conjointement les transitions énergétique et agricole à grande échelle.

Cette nouvelle proposition permet de rendre possibles et d’accompagner les transitions à l’échelon local et de développer une agriculture biologique, pérenne et respectueuse, qui favorise les circuits courts, les emplois locaux et le dynamisme des territoires.

 


L’Agrinergie®, dès que possible

 

Les projets solaires d’Akuo Energy comportent un volet Agrinergie® dès que cela est possible : ils conjuguent ainsi sur un même espace la production électrique renouvelable et la production agricole biologique, en neutralisant l’emprise au sol des énergies renouvelables. Une façon de valoriser au mieux le foncier sans le détourner de sa fonction primaire, la contribution à l’autonomie alimentaire du territoire. Ce concept a permis le développement de projets adaptés à leurs territoires dans lesquels les volets agricoles et énergétiques ont été conçus en fonction des problématiques locales : serres photovoltaïques anticycloniques pour le maraîchage à La Réunion (974), culture arboricole sous couvert photovoltaïque dans le Gard (30).

Eric Scotto, Président et co-fondateur d’Akuo Energy :

« Le lancement de MAIF Transition est un moment clé dans notre histoire. C’est le signal du passage à l’échelle d’un modèle que nous défendons depuis plus de 10 ans avec nos partenaires agricoles : celui du développement en symbiose de l’agriculture et de l’énergie responsables, avec des projets porteurs de valeur par et pour les territoires. »

 

Selon Pascal Demurger, Directeur général de la MAIF 

« Nous sommes fiers de mettre les moyens financiers de la MAIF au service de projets concrets de transition agricole et énergétique. MAIF Transition est une nouvelle incarnation de notre volonté d’avoir un impact positif sur notre environnement à travers tous les volets de notre activité. »

 


Plus d'infos
entreprise.maif.fr
www.akuoenergy.com

[ EVENEMNT ] 2ème Edition des journées Portes ouvertes des énergies renouvelables du 6 au 8 juin

Créé le : 03/06/2019

Soutenue par le Ministère de la transition écologique et solidaire et par l'ADEME, la deuxième édition des Journées Portes Ouvertes des énergies renouvelables se déroulera du 6 au 8 juin prochain dans toute la France.

A travers cette initiative, les acteurs des énergies renouvelables des différentes filières présenteront au grand public différents sites de production d'énergies renouvelables. Parcs éoliens, solaires, unités de méthanisation, chaufferies biomasse, sites géothermiques, centrales hydroélectriques, sites d'essais d'énergies marines renouvelables, réseaux de chaleur, laboratoires, centres d'exploitation, de production et de gestion, ouvriront leurs portes aux citoyens.
Les acteurs de la transition énergétique, associés pour ces Journées Portes Ouvertes, partagent une certitude : cette transition ne se fera pas sans le soutien de nos concitoyens et de leurs représentants, qui sont amenés à devenir des acteurs à part entière de cette transformation.
L'ambition de ces journées : faire découvrir les différentes filières à travers la diversité des technologies, les métiers, le travail des équipes sur les installations, répondre aux interrogations du public et présenter les atouts économiques, environnementaux, sociaux et locaux des énergies renouvelables.
Le site internet www.jpo-enr.fr permet, dès maintenant, aux entreprises d'inscrire les sites qu'elles proposent à la visite et aux particuliers intéressés de s'inscrire.

 

Nouveau cap pour le Groupe Hénaff

Créé le : 28/05/2019

Entreprise familiale, le Groupe Jean Hénaff affiche une nouvelle ambition : il lance sa stratégie Be Good 2030, qui place en son coeur les enjeux du développement durable.

Après le lancement l'an dernier de son produit phare version bio, le Groupe poursuit la diversification de ses activités, avec un objectif de chiffre d’affaires structuré autour de 3 grands piliers à l’horizon 2030 : 1/3 des produits de charcuterie conventionnels, 1/3 de produits de la mer et 1/3 de produits bio.
La démarche Be Good 2030 annoncée se construira sur 5 piliers, avec pour chacun des engagements et des objectifs. Au total, 14 engagements prioritaires, 36 axes de travail et 72 objectifs mesurables ont été définis, et seront suivis afin de s’assurer de leur bonne mise en oeuvre.

Ces 5 piliers engagent le Groupe Hénaff à être : protecteur de l’environnement breton, engagé avec sa communauté, pionnier d’un territoire à la pointe, respectueux des animaux et du vivant et exigeant sur l’ensemble de ses produits.

Il promet ainsi par exemple de lutter contre le réchauffement climatique, de préserver la ressource eau et la biodiversité, de développer l'économie circulaire, d'être un employeur responsable, d'être partenaire privilégié de ses fournisseurs, de s'ouvrir à de nouvelles collaborations (avec des ONG, les consommateurs...), de mettre en valeurs les ressources locales, de contribuer à la vitalité du territoire, de veiller à la bientraitance des porcs, de contribuer à l'essor d'une filière Mer responsable...

 

Virage bio
 

Si Jean Hénaff propose depuis 10 ans des produits biologiques, le lancement en septembre 2018 du célèbre Pâté Hénaff dans sa version Bio marque donc un tournant. Celui-ci est désormais fabriqué à partir de porcs locaux issus de l’agriculture biologique et abattus sur le site de Pouldreuzic. Un partenariat a été mis en place avec des éleveurs bio locaux. D’autres références Hénaff Bio continuent d'être développées. Le Groupe a également repris l’entreprise Kervern, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de charcuterie artisanale Bio depuis plus de 30 ans. Et un nouveau partenariat est engagé avec une coopérative de l’île de Sao Tomé, qui livre chaque année 10 tonnes de poivre bio à l’entreprise.

Tout ceci constituant les bases d'un nouveau cap responsable choisi par l'entreprise.

Plus d'infos
www.henaff.com

 

[ COMMUNIQUÉ ] - Grève de la jeunesse pour le climat et élections européennes

Créé le : 24/05/2019

De Youth for Climate France.

Après le succès du 15 mars, la 2eme journée mondiale de grève des jeunes pour le climat aura lieu ce vendredi 24 mai, avec plus de 1400 grèves répertoriées dans 114 pays (voire le site de Fridays For Future)

Vous trouverez ci-dessous des informations de contexte et une série de citations (Laurence Tubiana, Connie Hedegard, Institut Jacques Delors, E3G, jeunes).

Avant la grève de masse de vendredi, un groupe de jeunes militants pour le climat, dont Greta Thunberg, devrait lancer ce jeudi un appel en faveur de la prochaine grève mondiale pour le climat et de la semaine d'actions intensives à partir du 20 septembre, en amont du « Sommet Action Climat » des Nations Unies organisé par le secrétaire général António Guterres le 23 septembre. M. Guterres a prévenu les dirigeants du monde qu’ils devraient venir avec des « plans d'action concrets et réalistes » pour répondre à l'appel des jeunes.

En France, l’appel à la grève lancé par Youth For Climate France est soutenu par 77 organisations (dont le Réseau Action Climat, 350.org et de nombreuses autres ONG environnementales bien sûr, mais aussi, CliMates et le REFEDD, l’UNEF, Enseignants pour la planète, Il Est Encore Temps, le mouvement et On Est Prêt,  Little Citizens for climate, Génération Ecologie et Génération.s, Citoyens pour le Climat, Parents for Future France, et même Grand-parents pour le climat…).

A Bruxelles, Youth for Climate Belgium a invité des délégations de jeunes à se joindre à la grève dans la capitale européenne.

Au Brésil, un groupe de jeunes - qui se présentent comme « les futurs ministres brésiliens de l'Environnement » - enverront vendredi une lettre au Président Bolsonaro pour soutenir la critique exprimée par un groupe d’anciens ministres de l'Environnement sur la position de Bolsonaro en matière de climat et lui demander de faire machine arrière

Impact sur les élections européennes

De jeunes influenceurs des médias sociaux à travers l'Europe appellent les jeunes à aller voter s'ils se soucient du climat, faisant écho à l’appel lancé par Greta Thunberg d'autres membres du mouvement de la jeunesse pour le climat mi-avril au Parlement européen.

Le collectif « On Est Prêt » a ainsi mis en ligne une série de vidéos intitulée « Vote4climate » en France, en Espagne, en Italie (bientôt), ainsi qu’une vidéo pour l’Europe.

Le taux de participation aux élections européennes est traditionnellement inférieur à celui des élections nationales, et particulièrement faible chez les jeunes - lors des élections de 2014, seuls 28% des 18-24 ans ont voté.

Mais certains experts s’attendent à ce que la mobilisation citoyenne croissante pour le climat, notamment de la part des jeunes, ait un impact sur cette élection – voir à cet égard les citations de L. Tubiana, T. Pellerin-Carlin, Connie Hedegaard et Quentin Genard (ci-dessous).

Les jeunes ne sont pas les seuls à réclamer davantage d'actions en faveur du climat : des enquêtes montrent que plus des trois quarts des citoyens de certains des principaux pays de l'UE souhaitent que les responsables politiques s'attaquent au changement climatique (ce chiffre atteint 79% en France et même 82% chez les moins de 20 ans). Une analyse récente du think tank E3G montre que le Parlement européen joue un rôle clé dans la politique climatique de l'UE, car il s'est très souvent révélé être l’institution européenne la plus ambitieuse sur les politiques climatiques.

Autre signe de l’importance du climat dans cette élection, certains partis populistes comme le Rssemblement National et surtout l’AfD en Alemagne se sont saisis du sujet – mais pas pour proposer des solutions, plutôt pour attaquer les militants pour le climat, et notamment Greta Thunberg, ou disséminer des fakes nexs sur les énergies renouvelables

 

[ COMMUNIQUÉ ] - Plan Biodiversité - Territoires Engagés pour la Nature

Créé le : 16/05/2019

Les collectivités appelées à se mobiliser pour la biodiversité !

Régions de France et le Ministère de la transition écologique, appuyés par l'Agence française pour la biodiversité et les Agences de l'eau, lancent ensemble dans la cadre du Plan biodiversité, l'initiative "Territoires Engagés pour la Nature" qui a pour ambition de faire émerger, reconnaître et accompagner les plans d'action en faveur de la biodiversité portés par les collectivités.

Face à l’accélération de l’érosion de la biodiversité, seule une mobilisation collective au niveau international et national peut permettre d’inverser la tendance. C’est pourquoi le ministère de la Transition écologique et solidaire et Régions de France, avec la contribution de l’Agence française pour la biodiversité et les Agences de l’eau, lancent l’initiative « Territoires engagés pour la nature ». A travers cette action du Plan biodiversité, il s’agit de fédérer l’ensemble des acteurs d’un territoire autour de la protection de la biodiversité.

De nombreux partenaires implantés au cœur des territoires (têtes de réseau, associations de protection de la nature, associations d'élus, fédérations techniques, etc.) relaient et accompagnent cette démarche.
Devenir un territoire engagé pour la nature offre aux collectivités de multiples avantages: un accompagnement technique de leur démarche, la possibilité de s'insérer dans un réseau d'acteurs, ou encore de bénéficier d'un appui financier.

A noter : les premières collectivités reconnues « territoires engagés pour la nature » seront présentes, notamment pour un premier partage d'expériences, aux Assises nationales de la biodiversité qui auront lieu les 19, 20 et 21 juin prochain à Massy.

> Infos

> Inscription des territoires intéressés

Pages

Partager