Vie du réseau

Rennes : vers une Métropole post-carbone

Créé le : 09/04/2018

Après avoir lancé en novembre 2015 sa démarche d'élaboration d'un nouveau Plan Climat-Air-Énergie territorial (PCAET), Rennes Métropole accélère sa trajectoire de réduction des gaz à effet de serre à l'horizon 2030 et engage son plan d'actions territorial, avant l'adoption définitive du PCAET en 2019.

Avec 500 000 habitants en 2030, Rennes Métropole a pour ambition de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre par habitant par rapport à 2010, et de garantir à ces habitants, et en particulier aux plus fragiles, un cadre de vie qui contribue à leur santé et à leur bien-être.

Cette feuille de route, ambitieuse et réaliste, fixe un cap clair : 10 objectifs à atteindre à l'horizon 2030 et 109 actions très concrètes à mener. Elle inscrit la transition énergétique au cœur du projet de territoire en associant les habitants et l'ensemble des acteurs : communes, associations, organismes publics et privés, etc...

Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole  : "Aujourd'hui nous accélérons, sur le chemin de la métropole post-carbone. Cette feuille de route ambitieuse confirme notre volonté de relever le défi de l'urgence climatique et d'améliorer la qualité de vie pour chacune et chacun des habitants de la métropole. Avec une enveloppe de 350 millions d'euros et 109  actions concrètes, notre Plan climat est à la hauteur des enjeux et mobilise l'ensemble des acteurs de la métropole. C'est aussi une grande ambition nationale mais elle doit d'abord être portée par les territoires. C'est le sens de l'appel que j'ai signé avec Anne Hidalgo et Alain Juppé pour décentraliser les actions et les moyens de la politique énergétique."

Feuille de route et objectifs

Une feuille de route en 109 actions, une enveloppe de 350 millions d'euros jusqu'en 2024, déployée sur les enjeux de mobilité, d'aménagement et habitat, de tertiaire et industriel public, d'énergie ainsi que sur le secteur agricole.
Et 10 objectifs fixés pour 2030

- Rénover 6 000 logements publics et privés par an (contre 1 500 aujourd'hui) – horizon 2024
- 100% de logements passifs ou à énergie positive dans les opérations publiques – horizon 2024
- Réduire le trafic routier de 10% - horizon 2030
- 80% des déplacements en mode décarboné sur le réseau de transports collectifs – horizon 2030 (70% en 2024)
- Atteindre l'objectif de covoiturer une journée par semaine – horizon 2024
- 85% de voyages supplémentaires sur le réseau STAR – horizon 2030
- Rénover 25% des surfaces de bâtiments tertiaires (public et privé) – horizon 2030
- Tripler la part des énergies renouvelables ou de récupération – horizon 2030
- Viser les 25% d'électricité renouvelable achetée par Rennes Métropole – horizon 2024
- Atteindre 100% des déchets valorisés – horizon 2024

A noter que la mise en place d'un groupe de travail associant des représentants de la Chambre d'agriculture et des élus métropolitains a permis de croiser les regards sur les enjeux de l'agriculture face au changement climatique.

L'enrichissement par les partenaires a vocation à se poursuivre durant les prochaines phases de consultation autour du projet et du document PCAET finalisé. Bien que le PCAET ait une durée de 6 ans, le caractère dynamique qu'implique la démarche territoriale souhaitée par Rennes Métropole amènera à actualiser régulièrement le plan d'actions.

Tout sauf un document figé, le PCAET de Rennes Métropole se veut être une démarche de mobilisation collective à long terme.


Plus d'infos : metropole.rennes.fr

En mai, les Journées Portes Ouvertes de l’Habitat Participatif

Créé le : 07/04/2018

En mai 2018 aura lieu pour la cinquième année, les Journées Portes Ouvertes Européennes de l’Habitat Participatif, avec 150 évènements attendus sur tout le territoire.

En cette année de Rencontres Nationales et dans un contexte de mobilisation de l’ensemble des forces vives autour du développement de l’Habitat Participatif, ces JPO souhaitent incarner la dynamique des « Habitants en mouvement ! », thématique qui a été retenue comme fil rouge de cette édition 2018.

Les groupes/projets sont invités à être nombreux cette année encore, à ouvrir leurs portes ou à créer des évènements pour faire découvrir l’habitat participatif, selon ses envies et sa créativité : visites de lieux existants, de chantiers en cours, de terrains en projet, déambulations, rassemblements autour d'activités ou de jeux, animations participatives, ludiques, artistiques ... sur le thème de l'habitat participatif.

Dès que vous avez décidé de faire un évènement, vous pouvez le saisir sur le formulaire dédié (relié à la base de données nationale des projets), événement qui sera relayé dans le cadre de la campagne nationale. Les plateformes locales sont aussi à disposition pour aider les porteurs de projet, personnaliser l'affiche des JPO pour vos évènements locaux et un kit de communication est aussi à disposition.

 

Toutes les infos sur www.habitatparticipatif.eu

23 mai : le rendez vous des acteurs de l'ESS en Bretagne

Créé le : 05/04/2018

Le 23 mai se tiendra à Rennes le premier grand rendez vous de l'année des acteurs de l'innovation sociale.

Déjà en 2013, avec Innov Deiz, la CRESS affichait la capacité d’innovation sociale de l’ESS.

Depuis, toujours avec l’appui de la Cress, les acteurs de l’accompagnement, du financement et de la formation, des porteurs de projets ESS se sont développés et structurés : pôles ESS, TAg Bzh, et la question de l’innovation est d’actualité dans de nombreux réseaux de l’ESS… si bien que l'on peut désormais parler de la mise en place d’un écosystème de développement de l’innovation sociale en Bretagne.

Or, avec le lancement de l'appel à projet French Impact, le gouvernement vient justement d’en faire sa priorité.

Invitation a été faite au Haut-commissaire à l’ESS, Christophe Itier, pour ce rendez-vous du 23 mai à Rennes, afin de rencontrer les acteurs de l’innovation sociale.

Un rendez-vous qui s’annonce stratégique, pour y prendre part il faut s'inscrire.

 

Plus d'infos : www.ess-bretagne.org

 

Un nouveau directeur pour l'EME

Créé le : 05/04/2018

Sur le Campus de Ker Lann à Rennes, Geoffroy Belhenniche devient le nouveau Directeur de l’École des métiers de l’environnement, suite à sa fusion avec le Groupe UniLaSalle.

Placé directement sous l’autorité de Philippe Choquet, Directeur Général du groupe UniLaSalle, Geoffroy Belhenniche prend la tête d’UniLaSalle - École des Métiers de l’Environnement à Rennes. Il succède à Jacques Brégeon, élu quant à lui Vice-Président d’UniLaSalle, anciennement président de l’EME et qui a assumé l’intérim de direction.

La nomination de Geoffroy Belhenniche à la direction de l’établissement rennais intervient à l’occasion de la fusion entre UniLaSalle (implanté à Beauvais et Rouen) et l’EME (Rennes). La réunion de ces deux écoles d’ingénieurs permet la constitution d’un important pôle de formation et de recherche pour le développement durable.
Grâce à la complémentarité de leurs savoir-faire respectifs (agronomie, agroécologie, alimentation, ressources naturelles, énergies nouvelles pour UniLaSalle ; génie environnemental, écologie industrielle et responsabilité sociétale pour l’EME), les équipes des trois sites aborderont ensemble les questions de protection et de valorisation des ressources naturelles, d’économie circulaire et de bioéconomie au sein des territoires.

S’appuyer sur les bonnes pratiques des différents campus

Geoffroy Belhenniche a pour ambition de faire évoluer l’école rennaise pour qu’elle anticipe les attentes de la société, les besoins des entreprises et contribue à l’épanouissement de ses jeunes talents. Il s’appuiera à la fois sur un comité de direction local et sur les expériences réunies des 3 campus, de leurs histoires, de leurs spécialités et des synergies à développer pour atteindre ces objectifs.


« Je désire mettre le site de Rennes en résonance avec les bonnes pratiques des sites de Rouen et de Beauvais et co-construire une nouvelle aventure pour UniLaSalle à Rennes » a déclaré le nouveau Directeur de l’établissement, qui entend préserver « la richesse et la génétique d’une école qui, il y a plus de 25 ans, avait anticipé les besoins techniques pour l’environnement et qui a su bâtir sa reconnaissance, celle de ses élèves et de ses diplômés, sur un engagement à toute épreuve en faveur du développement durable. »

Portrait

Geoffroy Belhenniche est ingénieur agronome, diplômé d’AgroCampus Ouest et titulaire d’un DEA d’économie de l’environnement et des ressources naturelles obtenu à AgroParisTech. Il est également titulaire d’une Licence et Maîtrise de philosophie des Universités de Paris X et Rennes I. Il est impliqué dans plusieurs associations en charge de la promotion du développement durable, notamment CESAR et Grandde.
Ancien chargé d’affaires Entreprises chez BNP Paribas, il rejoint ensuite l’Esitpa, école d’ingénieurs en agriculture, en tant qu’enseignant-chercheur en économie agricole et agro-alimentaire. À l’occasion du rapprochement entre LaSalle Beauvais et l’Esitpa, il prend la fonction de Directeur des Relations Entreprises du groupe UniLaSalle. Enseignant en éthique professionnelle et pédagogue, Geoffroy Belhenniche souhaite s’engager dans la réussite des élèves.

 

Par ailleurs, il retrouve la ville de Rennes qu’il connaît bien.

 

Plus d'infos : www.ecole-eme.fr

 

[Communiqué] - 2 743 emplois créés ou sauvegardés en Bretagne grâce à Initiative France en 2017

Créé le : 05/04/2018
DR

Par Initiative France 

Initiative France a publié les résultats de son activité au service des créateurs et repreneurs d'entreprise pour l'année 2016. Ce bilan du réseau est historique : 43 128 emplois générés dont 28 832 créations d'emplois pures, 16 416 entreprises financées, plus d'1 milliard d'euros injectés dans les territoires.

2 743 emplois créés et sauvegardés en Bretagne

En Bretagne, le réseau a créé et sauvegardé 2 743 emplois et accueilli 1 864 projets de tout type. 53% des projets soutenus par les plateformes locales du réseau concernaient la création d'entreprise, 42% la reprise d'entreprise et 5% la croissance d'entreprise.
 
Le montant total des prêts, sans intérêts ni garanties, accordés aux entrepreneurs de la région en 2017 est de plus de 8M.  L'attribution de ces prêts d'honneur a permis aux créateurs soutenus d'obtenir la confiance des banques puisque les 8 M d'euros de prêts d'honneur accordés ont fait levier sur plus de 95M de prêts bancaires.
Au total 103 M (total des prêts d'honneur et des prêts bancaires associés) ont été investis dans l'économie des territoires de Bretagne grâce à son action.
 
Parmi les nouveaux entrepreneurs se trouvent les plus fragilisées sur le marché de l'emploi à l'image des femmes (32%), des jeunes (20% des moins de 30 ans) et des seniors (25% de plus de 45 ans). Plus de la moitié, soit 55% des entrepreneurs bénéficiaires d'un prêt d'honneur délivré par les plateformes locales, étaient d'ailleurs demandeurs d'emploi.  

Plus d'infos : www.initiative-france.fr

Le Syndicat des Brasseurs Indépendants réagit

Créé le : 31/03/2018

Le Syndicat National des Brasseurs Indépendants prend la parole, tribune de son Président, Jean-François DROUIN.

Depuis la création du Syndicat National des Brasseurs Indépendants, le lobby des multinationales brassicoles représenté par le syndicat « Brasseurs de France », n’a eu cesse d’agir pour essayer de ne pas perdre le contrôle et la domination qu’il avait depuis de nombreuses années. Suite à la parution de 3 récentes communications de Brasseurs de France, le Syndicat National des Brasseurs Indépendants a décidé de réagir !

1/ Arrêtez d’ignorer l’existence du SNBI :
Nous informons Brasseurs de France qu’il existe désormais un syndicat professionnel des brasseurs indépendants (SNBI) qui fédère 350 brasseurs, soit environ 30% des brasseries indépendantes françaises.
Le SNBI est de fait le seul syndicat véritablement représentatif des brasseurs artisans et indépendants, Brasseurs de France ne présentant qu’à peine 8% des brasseries françaises. Depuis plusieurs mois, le délégué général de Brasseurs de France ne cesse de nous annoncer que nous devons travailler ensemble sur des sujets communs, et malgré notre accord, il ne cesse de nous ignorer et les industriels tentent de passer en force sur tous les sujets. C’est bien mal connaître les brasseurs indépendants français ! Nous lutterons contre l’hégémonie de l’industrie.

2/ Prise de contrôle sur notre profession :
En déposant leur marque « profession brasseur », Brasseurs de France tente à grand renfort de communication de mettre la main et de contrôler l’appellation de notre métier. Nous ne laisserons personne kidnapper l’appellation de notre métier ! Nous ne laisserons personne essayer de contrôler l’accès à notre profession brasseur à raison de 420 critères qui sont honteusement masqués. Savez-vous qu’ils sont en passe de publier un guide des bonnes pratiques qu’ils veulent aussi imposer à toute la profession ?
Nous ne laisserons pas faire ! Nous défendrons l’appellation de notre profession brasseur ! Des actions sont d’ores et déjà en cours.

3/ Représentativité européenne :
Sans scrupule, le syndicat des brasseurs industriels annonce représenter l’ensemble des brasseurs français au syndicat « brewers of europe » (qui avait refusé l’adhésion du SNBI) ! Que ce syndicat dominé par des multinationales se contente déjà de représenter leurs adhérents et qu’il laisse le soin aux autres brasseurs de choisir leur mode de représentation !
Nous vous informons d’ailleurs officiellement que le SNBI est en passe de créer une confédération des brasseurs indépendants européens avec les syndicats irlandais, anglais, italiens, néerlandais, danois.

4/ Concours général agricole :
Dans un courrier adressé aux médaillés du concours générale agricole, le président de Brasseurs de France s’attribue la paternité du concours des bières. Encore un énorme mensonge qui nous scandalise d’autant plus, qu’à l’époque de la création de ce concours (2001), Brasseurs de France s’en était complétement désintéressé.
Dans ce même courrier, il revendique être proactif quant à l’évolution des catégories de ce concours, alors que depuis 2 ans, leur seule proposition a été de multiplier jusqu’à un point ridicule, les catégories des bières aromatisées. L’évolution récente des catégories de ce concours est due en grande partie au SNBI.

Nous déplorons l’attitude hégémonique de Brasseurs de France et préfèrerions sincèrement consacrer notre énergie pour d’autres causes. Mais en créant le SNBI, les brasseurs indépendants ont souhaité pouvoir se doter d’un syndicat professionnel qui leur permet également de se défendre.
La défense des brasseurs artisans et indépendants prend ici tout son sens et vous pouvez compter sur la motivation et l’action de toute l’équipe du SNBI pour les défendre.
Plus nous serons nombreux, et plus nous serons forts.
Merci d’avoir pris le temps de lire ce communiqué.
Au nom du Syndicat des Brasseurs Indépendants,
Jean-François DROUIN
Président

Fêtez le Printemps du Développement Durable

Créé le : 30/03/2018

Saint‐Brieuc Armor Agglomération et les 32 communes qui la composent, vous invitent à fêter le Printemps du Développement Durable.

Les communes unissent leurs forces et proposent 4 journées sur le thème de la biodiversité. Randonnées pédestres, sorties nocturnes, rencontres, visites, jeux... de nombreuses animations sont proposées sur tout le territoire les 7,8, 14 et 21 avril.

Enfilez vos bottes et partez à la pêche à l’épuisette. Dénichez des invertébrés et des larves d’amphibiens, après la pêche, séance de présentation, identification et biologie des espèces capturées. Vous en saurez plus sur le fonctionnement et l’utilité des zones humides, des mares temporaires ou encore des espaces en permanence en eau.

Partez à l’aventure lors d'une sortie semi‐nocturne. Écoutez et identifiez, à l’aide d’une « batbox », les mammifères volants en chasse, avec une présentation des différentes espèces visibles sur le territoire.

Marchez, écoutez, observez et apprenez à reconnaitre 5 à 10 oiseaux communs, leurs chants, leurs comportements au cours d'une randonnée accompagnée par le Groupe d’Etude Ornithologique des Côtes d’Armor.

Apprenez des techniques de jardinage pour un potager naturel, découvrez la biodiversité du jardin (radis et râteaux). Profitez d’un stand d’échange de graines et de plants.

Profitez d'un parcours sur les sites des carrières de la Croix Gibat à Trégueux et de Bon Abri à Hillion  et découvrez leurs histoires et caractéristiques. L’une en exploitation, l’autre réhabilitée en espace protégé, observez la faune et la flore présente sur ces sites.

Partagez les animations qu'ont préparées les équipes de la Réserve Naturelle pour fêter leur 20 ans : rencontres, expositions, sorties nature…

Inaugurations, projections, conférences, expositions, visites... tout le programme, date, horaires et lieux est visible sur www.saintbrieuc‐armor‐agglo.fr

"La Terre en questions" au 15e Festival Photo de La Gacilly (56)

Créé le : 28/03/2018

Le Festival Photo La Gacilly a 15 ans et s’est imposé dans le paysage photographique français et international. Son credo, plus que jamais d’actualité, est d’exprimer, grâce au regard des photographes, les grands enjeux environnementaux et sociétaux liés à la mondialisation.

Du 2 juin au 30 septembre, le Festival invite en effet résidents et touristes à vivre en famille, entre amis, une véritable expérience partagée de qualité sur fond de convivialité, d’authenticité et de sens.

Il y a 15 ans, le Festival Photo La Gacilly était créé pour faire prendre conscience, par la force de l’image, de la beauté si fragile de notre planète, malmenée par une industrialisation effrénée, bouleversée par l’urbanisation, appauvrie par l’exploitation des sols. Les yeux des photographes se sont posés, en douceur ou en révolte, pour magnifier, documenter, interpeller, ou tout simplement mettre en évidence ce lien vital qui unit les hommes à la nature. Les plus grandes signatures de la photographie contemporaine ont accompagnés tout au long de ces années : ils sont, à leur manière, des gardiens protecteurs de notre Terre. Sans leurs clichés, sans leur volonté de faire savoir, sans leur sensibilité, sans leur implacable vision de notre société en devenir, nous n’aurions pas cette même faculté d’émerveillement face au spectacle de la faune sauvage, des dernières forêts millénaires encore inviolées, ou du miracle de la vie. Nous n’aurions pas non plus cette connaissance des tragédies qui se jouent, de ces villes inhumaines où s’entassent des populations toujours plus nombreuses, de ces grands travaux qui détruisent parfois tout un écosystème, de ces pollutions qui mettent en danger notre patrimoine commun. Certains d’entre eux sont devenus des habitués du Festival : Brent Stirton, Pascal Maitre, Michael Nichols, Pierre de Vallombreuse, Sophie Zénon, ou Nick Brandt,

Cette 15e édition, se voudrait être la célébration d’une Terre revitaminée, objet de toutes les attentions d’une humanité enfin soucieuse de son avenir. Malgré cela le temps s’est accéléré, les états n’en finissent pas de se réunir au chevet d’un monde malade et il est urgent d’agir pour ne pas assister à notre propre ruine. Refuser de se voiler la face en assumant de montrer les empreintes irréversibles que nous laissons derrière nous, mais aussi montrer ces ferments de progrès comme des leçons d’espoir, c’est la mission que s’est donné le Festival de La Gacilly. Pour cette édition 2018, il a voulu rassembler les plus belles écritures photographiques, qu’elles soient documentaires, photo-journalistiques ou artistiques, qui allient prise de conscience, mais aussi enchantement ou beauté du monde. On pourra y voir notamment les images de Thomas Pesquet, Spike Walker, Philippe Bourseiller, Jean Gaumy, Olaf Otto Becker, Matthieu Ricard, William Albert Allard, Michael Nichols, Karen Knorr ou Jan C. Schlegel.


Un engagement


Le Festival de La Gacilly ne se contente pas d’être le réceptacle des grands ambassadeurs de la photographie mais se veut un soutien actif de la cause environnementale. Les États ont un rôle à jouer, les entreprises aussi. D’ici 2020, la Fondation Yves Rocher s’est engagée à planter 100 millions d’arbres et finance des projets photographiques pour sensibiliser le public à cette déforestation massive. Les travaux réalisés sur ce thème par Brent Stirton en Ethiopie, Emanuele Scorcelletti en Inde et Phil Moore en France seront dévoilé en exclusivité.


D'autres thèmes chers au Festival seront aussi présentés : les méfaits de la surconsommation, les ensembles d'habitation surpeuplés en Inde ou en Chine, les ravages qu’une politique de grands travaux peut engendrer sur les populations locales, la protection des populations indigènes, l'exploitation du lithium... mais aussi ces habitats qui font la diversité de notre territoire breton ainsi qu'une exposition sur la jeunesse galicienne.

Cette 15e édition est également le symbole du développement international du Festival puisque sera inaugurée en Autriche à Baden, la 1re édition du « Festival Photo La Gacilly- Baden ». La preuve par l’image que la culture est source de développement et de fraternité entre les peuples.

 

Plus d'infos sur : www.festivalphoto-lagacilly.com

Le monde bouge, les associations aussi

Créé le : 28/03/2018

Si vous êtes impliqué au sein d’une association et souhaitez faire évoluer l’action associative, les Assises régionales de la vie associative en Bretagne, le samedi 14 avril prochain à Saint-Brieuc, permettront d'échanger initiatives et idées sous le thème : "Le monde bouge, les associations aussi !"

Associations et institutions font face à un ensemble de mutations - démocratiques, territoriales, numériques, sociologiques... Quelles sont les réponses des milieux associatifs et institutionnels à ces nouveaux défis ? La question sera au coeur des prochaines Assises régionales de la vie associative, particulièrement riche et active en Bretagne.

Cette journée de rencontres et d’échanges sera prospective : elle explorera en particulier l’étude du Conseil économique social et environnemental régional (Ceser) sur « Les défis de la vie associative en Bretagne ». Fil rouge de cette manifestation, l'étude réalisée en 2017 identifie cinq grands défis pour la vie associative en Bretagne et formule de nombreuses préconisations d’action, pour chacun d’eux. Cette journée sera aussi interactive, avec douze ateliers pour réfléchir à l’évolution des associations aujourd’hui autour de quatre thèmes : l’engagement au sein d’une association, la gouvernance des associations, leurs modèles socio-économiques, la co-construction des politiques publiques. Pour incarner et nourrir la réflexion, les Assises s'appuieront sur des initiatives menées par les associations dans tous les domaines en Bretagne.

Les Assises de la vie associative en Bretagne sont organisées par la Région et le Mouvement associatif de Bretagne, porte-voix des associations bretonnes. Elles seront animées par le journaliste Philippe Bertrand.

 

Le programme de la journée :

- Une table ronde sur le projet associatif comme vecteur démocratique

- Quatre thèmes déclinés chacun à travers quatre ateliers différents pour réfléchir et explorer les expériences sur l’engagement, la gouvernance, les modèles socio-économiques, la co-construction des politiques publiques, etc…
    - Thème 1 : comment développer l’engagement des bénévoles au sein d'une association ?
    - Thème 2 : comment améliorer la gouvernance et/ou l’organisation de son association ?
    - Thème 3 : Comment faire évoluer le modèle socio-économique de son association ?
    - Thème 4 : Comment participer à la co-construction des politiques publiques dans sa commune, sa communauté de communes, son Pays...?

 

Un espace ressources sur les dispositifs et partenaires de l’accompagnement des associations

Le programme complet est téléchargable ici
 

La Région Bretagne accompagne les associations, coopératives, mutuelles et entreprises solidaires de l'utilité sociale qui forment l'économie sociale et solidaire (ESS) de la région : un mode d'entreprendre assurant des services d'utilité sociale sans viser le profit. Le Conseil régional a choisi d’accompagner cette démarche entrepreneuriale à travers trois axes d’intervention : la structuration des réseaux, le développement des activités et la promotion de l’innovation sociale. Dans ce cadre, elle accompagne les associations en les aidant à se structurer, grâce à plusieurs dispositifs d’accompagnement : diagnostic via le dispositif local d’accompagnement, formation des bénévoles…



 

Produrable : 11e édition les 4 et 5 avril

Créé le : 26/03/2018

Depuis plus de 10 ans, PRODURABLE est un événement professionnel phare dans l’agenda du Développement Durable et de la Responsabilité Sociétale des Entreprises. Le salon des acteurs et des solutions de l'économie durable.

Organisé sous le haut patronage du Ministère de la Transition écologique et solidaire, soutenu par les principaux réseaux professionnels (EPE, ORSE, OREE, etc.), la 11ème édition aura lieu les 4 & 5 avril 2018 au Palais des Congrès de Paris, avec le fil conducteur "Primum Non Nocere"… : en premier lieu, ne pas nuire.


Ce principe de non malfaisance est au cœur de la Transition écologique et solidaire qui s'impose. Tout commence par là : construire sans détruire, exploiter sans spolier, produire sans contaminer le vivant, nourrir sans compromettre la santé, travailler sans asservir, et gagner sans exclure... Au-delà, il y aurait le « faire du bien » ... C’est l’étape du dessus, celle des « Best in Class », qui compensent, restaurent et réparent, qui rétablissent le lien de confiance entre l’économie et l’homme, qui inscrivent même dans leur mission, voire leur statut, la poursuite d’un intérêt général. Des organisations, des entreprises, et aujourd’hui des marques, prennent la mesure de l’enjeu. De nouvelles formes d’organisation aussi, qui ont choisi un nouveau modèle qui concilie performance économique et intérêt général. Pour aller au-delà de la RSE ...


Cette année :

- un secteur à l’honneur

- un thème phare : la santé

- des enjeux-clés : la consommation responsable et l’eau

Plus de 6 500 professionnels assisteront aux 130 plénières, tables rondes et ateliers déclinés autour d’un programme stratégique et opérationnel avec 10 parcours thématiques :
Stratégie & Gouvernance
Economie Circulaire
Transition énergétique
Finance Responsable
Social & RH
Transports & Mobilité durable
Nature et Biodiversité
Technologie et numérique
Agro-alimentaire
Santé

Le 1er Grand Prix de la Responsabilité Sociétale de la Marque sera décerné lors de la soirée de remise des prix le 4 avril à 18H30.
En parallèle du salon PRODURABLE lance un tout nouvel événement : NewWork, le travail du futur, qui s’intéressera aux mutations du travail.

Plus d'infos sur : www.produrable.com

Pages

Partager