Vie du réseau

J'agis pour ma planète : l'éco-festival chartrain

Créé le : 20/09/2019

Mobilisée pour une politique de développement durable ambitieuse et pragmatique dans les domaines des énergies, des déchets, de la biodiversité, du traitement de l’espace public ou de la politique de l’eau, la ville de Chartres de Bretagne et ses partenaires organisent le 28 septembre la seconde édition du festival dédié à la transition écologique et énergétique : J'agis pour ma planète.

Ce festival a pour objectif de rencontrer des acteurs déjà engagés dans cette transition, de valoriser des initiatives concrètes à partager, de susciter la curiosité des habitants. Permettre des rencontres en cultivant l’esprit de l’éco-citoyenneté et livrer des messages positifs.

La thématique de cette édition 2019 sera l’alimentation... de la terre à l’assiette.

Philippe Bonnin, Maire de Chartres de Bretagne et conseiller départemental:

"Pour sensibiliser tous les publics aux enjeux de l’alimentation saine et durable et engager une réflexion collective dans ses aspects les plus larges : de la terre jusqu’à la valorisation des déchets, l’association ‘‘Bleu Blanc Coeur’’ participe à l’édition 2019. Née d’un collectif de paysans, agronomes, consommateurs, scientifiques et professionnels de santé, l’association agit pour changer la manière de produire les aliments de demain... Le label Bleu Blanc Coeur est reconnu par les pouvoirs publics, pour sa démarche d’intérêt nutritionnel et environnemental."

Au programme :

La soirée d'ouverture, le vendredi 27 septembre, sous forme de projection (Un Monde sans faim) et table ronde proposera une rencontre avec Fred Courant, journaliste et animateur scientifique, ainsi que Lylian Le Goff, médecin et environnementaliste, Véronique Chable senior scientiste à l’INRA, et Anthony Fardet chercheur en nutrition préventive.

Et tout la journée du samedi 28 : des animations, balades, stands, expositions, concerts, conférences, spectacles, films, une gratiferia... un riche programme à découvrir :

 

 

 


Une journée pour partager, rencontrer et apprendre en famille. Sans Transition! Bretagne, partenaire de l'événement, en sera !



Plus d'infos :
www.ville-chartresdebretagne.fr/festival_j_agis_pour_ma_planete

[ Un monde en mouvement ] Dans les cafés - librairies de Bretagne, du 31 octobre au 19 décembre

Créé le : 19/09/2019

Cette année, la manifestation automnale "Libres en littérature" : Un monde en mouvement, se déroule du 31 octobre au 19 décembre 2019 dans les cinq départements bretons. Au programme : débats, rencontres-lectures et projections qui mettent en mouvement ce monde tel qu'il est & tel qu'il pourrait être.

Il sera question de bouleversement climatique et de solutions concrètes à mettre en œuvre, d'exil et de femmes, de résistance et d'amour. Les lecteurs voyageront dans le monde entier en compagnie du géographe Emmanuel Ruben, du philosophe Philippe Simay, des globe-trotters du microcrédit Nicolas Auber et Matthieu Tordeur.
Ils cohabiteront avec une famille iranienne et feront l'éloge du métèque en présence d'Abnousse Shalmani.
La pollution - plastique, algues vertes - sera aussi en discussion en compagnie de Matthieu Combe et de la journaliste Inès Léraud.
L'agriculture biologique, la renaissance écologique, les peuples racines sont au rendez-vous en présence de Jacques Caplat, agronome, de Julien Dossier, spécialiste de la transition écologique & de Sabah Rahmani, anthropologue.
Littérature avec Joseph Ponthus autour de son remarquable premier roman A la ligne, avec Eric Pessan, auteur prolixe et talentueux avec lequel les lecteurs partageront notamment les aventures de Don Quichotte. Littérature toujours qui fait traverser la Méditerranée sur un rafiot de fortune avec Louis-Philippe Dalembert dont le roman Mur Méditerranée est en lice pour le Prix Goncourt et le Prix Goncourt des Lycéens. Il y est question de femmes, d'exil et d'espoir.
Les femmes, la résistance et l'espoir sont aussi à l'affiche du roman Ces femmes-là et du film Mélancolie ouvrière de Gérard Mordillat, cinéaste, essayiste, romancier.

> Plus d'infos

Terra Noé, domaine participatif éco-responsable

Créé le : 17/09/2019
Domaine Terra Noé - Vignerons Ardéchois - ©J.F. Arnaud

En Ardèche, Terra Noé est le nouveau domaine des Vignerons Ardéchois, acquis en financement participatif.

Depuis un an, l'Union des Vignerons Ardéchois a engagé une démarche pour préserver son vignoble et installer de nouveaux vignerons avec la Société Coopérative d'intérêt Collectif (SCIC) Ardèche Vignobles. Aujourd'hui, plus de 440 sociétaires les ont déjà rejoints, et les 900 000€ de fonds levés ont permis de racheter plus de 60 hectares de vignes, dont le Domaine Terra Noé. L'ambition est d'en faire la vitrine de l'engagement des vignerons pour la sauvegarde de leur vignoble, dans une démarche éco-responsable. Converti en agriculture biologique, il va devenir un site de formation sur les pratiques éco-environnementales ouvert à l'ensemble des 1000 familles de vignerons de la structure.
 

Un nom sympbolique
 

Dans la Genèse, Noé aurait sauvé des eaux tous les animaux, c'est également lui qui produisit le premier vin. Terra Noé a lui pour ambition de préserver la biodiversité du vignoble ardéchois. Situé à Sauveplantade, sur la commune de Rochecolombe, le domaine s'étend sur 25 hectares de vignes au cœur d'une nature sauvage et préservée. Premier domaine participatif éco-responsable d'Ardèche, il vise une viticulture respectueuse de l'environnement, mais aussi à améliorer les pratiques respectueuses de l'environnement sur tout le Sud Ardèche : gîtes à chauve-souris pour favoriser leur présence dans les vignes, préservation des murets en pierres sèches pour les espèces migratoires, enherbement des parcelles, préservation des haies aux abords des vignes… autant d'actions pour faire de ce Domaine un lieu emblématique pour leurs vignerons et l'évolution de la viticulture ardéchoise. Le partenariat avec la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Auvergne-Rhône-Alpes concrétise cette ambition, et permet de recenser les espèces vivantes sur le Domaine Terra Noé, mais également de sensibiliser vignerons et grand public à l'importance de la biodiversité.
 

Domaine pilote


Avec le Domaine Terra Noé, les Vignerons Ardéchois souhaitent également poursuivre la valorisation des vins d'Ardèche en se dotant d'un site de vinification et d'élevage de pointe. D'importants travaux débuteront dès l'automne sur les bâtiments, pour se terminer courant 2020 avec un chai gravitaire. L'Union a souhaité s'entourer des meilleurs professionnels de la viticulture et de l'oenologie pour conduire ce domaine. Fort de ses 20 années d'expérience dans la viticulture biologique, le chef d'exploitation Raphaël Deborne travaille en collaboration avec Valérie Lavigne, docteur en oenologie, qui conseille des crus mythiques dans le Bordelais (Château Margaux, Château d'Yquem...), dans la Vallée du Rhône (Château Grillet, Paul Jaboulet Ainé...), mais aussi en Italie, Espagne, Portugal ou encore en Grèce et en Afrique du Sud,
 
À terme, le Domaine Terra Noé aura une ambition oeno-touristique, toujours en s'appuyant sur de nouvelles pratiques environnementales et sociétales.



Plus d'infos
www.vignerons-ardechois.com

[ TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ] RES célèbre les 15 ans du premier parc éolien de la Montagne Ardéchoise

Créé le : 17/09/2019

Situé sur la commune de Cros-de-Géorand en Ardèche, le parc éolien du Plateau Ardéchois fête, en cette année 2019, ses 15 ans d’existence. Pour l’occasion, RES organise une journée événement sur le site le samedi 21 septembre afin de célébrer cet anniversaire avec les habitants de Cros-de-Géorand et des communes voisines.

Au programme : table-ronde, buffet composé de produits locaux, animations autour des cerfs-volants, tour en montgolfière et visite du parc.

Une table ronde dédiée à la transition énergétique et animée par Sans transition ! aura lieu à 11h00.

Elle donnera la parole à Joseph Bourez, d'Alec07 l'agence locale de l'énergie, Françoise Laurent, maire de la commune de Cros-de-Géorand et Augustin Pesche, Ingénieur Territorial chez RES.

> Consulter le communiqué de presse.

 

ANEDD : bientôt la 14e édition

Créé le : 16/09/2019
Copyright - TBS Business School

14e édition cette année des Assises Nationales Etudiantes du Développement Durable (ANEDD), le rendez-vous annuel proposé par les étudiants de la Toulouse Business School, à travers son B3D, le Bureau du Développement Durable.

L'édition 2018 des ANEDD avait regroupé 750 participants, 21 entreprises et organisations partenaires, 4 concours éco-awards, 2 conférences, 21 ateliers pratiques et 25 exposants dans un éco-forum.

Pour cette 14ème opus, le B3D a souhaité promouvoir de nouveaux modes de production et de consommation auprès des participants, étudiants et extérieurs, mais aussi amener tous ceux qui participent à l’évènement à réfléchir à leur façon d’agir sur le monde qui les entoure.

 

Pratiques responsables
 

La journée commencera par une conférence avec la Famille Zéro Déchet par Jérémie Pichon, avec pour objectif d’amener les étudiants à réfléchir sur leur mode de consommation et de les inspirer à adopter des pratiques plus responsables dans leur futur métier de manager. Elle sera traduite en Langue des Signes Française , afin de favoriser l’accessibilité de la manifestation.

Ensuite, les participants pourront parcourir le village composé de 25 ateliers pratiques ainsi que d’un éco-forum au premier étage de la Toulouse Business School. De nombreuses alternatives seront présentées et des échanges constructifs auront lieu entre les associations, entreprises partenaires, étudiants et citoyens. Ce sera aussi l’occasion d’apprendre à confectionner ses propres produits ménagers ou cosmétiques, de fabriquer ses tisanes, de bricoler et réutiliser, de s’initier à la langue des signes, de participer à un débat-mouvant sur les énergies du futur…

Egalement, une conférence sera proposée, avec pour thème “Le rôle de la finance pour un monde durable”, et en intervenants Midi-Pyrénées Actives, La Banque de Temps, Le Crédit Coopératif et Babyloan, la plateforme de microcrédit qui proposera d’ailleurs à chacun de voter pour le projet qu’il veut voir représenté lors du concours inter-écoles The Rise qui aura lieu fin novembre.

 

Plus d'infos
www.tbs-education.fr/fr/anedd

[ ZONES SANS PESTICIDES ] Générations Futures lance une consultation publique nationale

Créé le : 11/09/2019

Le gouvernement vient enfin de mettre en ligne les textes nationaux (décret et arrêté) censés encadrer les futures chartes d'engagements (dites "chartes de bon voisinage") qui doivent être prises au niveau départemental. Générations Futures demande aux particuliers de s'investir et de réclamer des mesures fortes pour protéger les personnes exposées aux pesticides.

Plus qu'une simple pétition, Générations Futures invite les citoyens à faire de vraies propositions, d'agir sur le contenu et d'inonder le ministère de l'Agriculture avec leurs demandes de protection des riverains. Pour ce faire, l'association a créé une consultation publique où il est possible de soutenir ses propositions et de les compléter avec des amendements personnels.

La consultation est ouverte jusqu'au 1er octobre.

> Participez à la consultation !

[ DÉSOBÉISSANCE CITOYENNE ] 500 euros d’amende requis contre les décrocheurs de portrait de Lyon

Créé le : 06/09/2019

Lyon, le 2 septembre 2019, une importante mobilisation citoyenne a lieu en ce jour de rentrée, en soutien aux militants climat qui comparaissaient au Tribunal de Grande Instance de Lyon. Pour ce troisième procès intenté suite à un décrochage de portrait présidentiel pour dénoncer l’inaction climatique et sociale du gouvernement, le procureur requiert 500 euros d’amende contre chacun des prévenus. Le délibéré sera rendu le 16 septembre.

Fanny Delahalle et Pierre Goinvic, 35 et 33 ans, deux militants pour le climat et la justice sociale ont passé le jour de la rentrée au tribunal. Ils comparaissaient pour “vol en réunion” suite à la réquisition d’un portrait d’Emmanuel Macron dans la mairie du 2e arrondissement de Lyon, le 21 février dernier. Cette action menée simultanément à Paris, Biarritz et Ustaritz avait lancé une vaste campagne de décrochages de portraits sur l’ensemble du territoire. Ils sont les premiers à avoir été interpellés, les premiers d’une longue série. 128 portraits ont depuis été décrochés et une répression très nette s’est abattue sur les militants d’Action Non-Violente COP21.

Un important rassemblement de soutien s’est tenu place Guichard (3e arrondissement de Lyon) tout au long de la journée. Un cortège composé de citoyens, des Marcheurs et Jeunes pour le climat de Lyon, Gilets Jaunes, de soutiens politiques, associatifs, scientifiques a ainsi accompagné les prévenus jusqu’à l’audience.

"Le gouvernement a dit aux organisations initiatrices de l’Affaire du Siècle qu'il répondait à ses obligations et à la loi alors qu'il ne respecte pas l'Accord de Paris. Je soutiens les actions non-violentes qui visent à alerter la population sur ce décalage", a déclaré Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France et témoin.

Marin Bisson s’est exprimé pour Youth For Climate : “Durant les deux heures de ma rentrée ce matin, j’ai réfléchi et je n’ai pas compris pourquoi des gens étaient jugés pour leur combat légitime pour la justice climatique.”

La journée a été rythmée par de nombreux temps forts pour marquer la rentrée climatique à Lyon. Village associatif sur la Place Guichard, formations à l’action directe non-violente, ateliers, tables rondes sur la Pollution de l’air [1] et la place de la publicité dans la Métropole de Lyon étaient au cœur des débats pour organiser les prochaines mobilisations.
 

128 décrochages et 17 procès dans tout le pays

Les actions non-violentes de désobéissance civile #DécrochonsMacron [2] visent à dénoncer le dangereux fossé entre les beaux discours prononcés du président français et son action concrète face à l’urgence climatique et sociale. Suite à la réponse insatisfaisante du gouvernement à l’Affaire du Siècle, recours lancé par quatre organisations et soutenu par plus de 2 millions de signataires, ces réquisitions ont permis de lancer l’alerte sur le double discours de la France, qui ne respecte pas les objectifs de l’Accord de Paris.

Six mois plus tard, 128 portraits ont été décrochés des murs des mairies de l’Hexagone par plus de 1000 activistes non-violents. La réponse des autorités a été répressive : 94 gardes à vue, 74 perquisitions, 57 personnes en procès, dans 17 procès différents. Dimanche 25 août, en plein G7 sur la côte basque, ANV-COP21 a défié l’interdiction de manifester en organisant une “Marche des portraits” rassemblant plus de 900 personnes et des portraits du président Macron réquisitionnés dans tout l’Hexagone [3].

Fanny et Pierre, avant leur entrée au Tribunal, Lyon le 2 septembre . Photo : Alternatiba Rhône.

Lundi à Lyon, le procureur a requis 500 euros d’amende contre les deux prévenus. Le délibéré sera rendu le 16 septembre prochain. Les prochains procès #DécrochonsMacron auront lieu à Paris le 11 septembre et à Orléans le 13 septembre.

[1] https://alternatiba.eu/rhone/tag/pollution-de-lair/ 

[2] https://decrochons-macron.fr/

[3] https://anv-cop21.org/g7-portraits-de-macron-marchent-bayonne-malgre-linterdiction/

> Plus d'infos

[ LA SANTÉ DU SOL A L'ASSIETTE ] La parole à nos partenaires

Créé le : 27/08/2019

Le 6 juin dernier, le magazine Sans transition ! et Harmonie Mutuelle recevaient à Chartres de Bretagne (35), Claude et Lydia Bourguignon, les "médecins du sol", pour une conférence dédiée à l'agriculture durable. Nous avons souhaité donner la parole à nos partenaires engagés, sans qui l'événement n'aurait pas pu avoir lieu.

Rencontre avec Stéphane Graveleau, directeur du développement chez Harmonie Mutuelle :

Anne-Sophie Huchet, diététicienne, Biocoop Scarabée :

Carine Maret, Directrice de l'UFAB - Groupe Le Gouessant :

Philippe Bonnin, Maire de Chartres de Bretagne :

Franck Lebreton, membre du CEDAPA :

Lydia Bourguignon, fondatrice du Laboratoire d'analyses microbiologiques des sols :

Et retouvez Claude et Lydia Bourguignon le 1er octobre prochain à Toulouse !

Scarabio festival : bienvenue dans la maison bio

Créé le : 22/08/2019

Le dimanche 8 septembre verra la 5ème édition du Scarabio festival se dérouler à la Halle Martenot, à Rennes. Une initiative de Scarabée Biocoop qui ouvre, en parallèle, son neuvième magasin ainsi qu'un snack, à Jacques Cartier.

Ce festival gratuit invite à voir la vie en bio dans toutes les pièces de la maison. Cuisine, salle de bains, salon, jardin : de bonnes astuces et des recettes à partager de l’apéro au savon maison, que vous soyez débutants ou convaincus.
Au programme : 17 ateliers et mini-cours, 3 dégustations et 9 rencontres pour s’entrainer, découvrir et échanger avec celles et ceux qui font la bio.

En bonus, le Directoire organise pour la première fois une Gratiferia : un espace de gratuité, où chacun pourra déposer des petits objets, des jouets, vêtements, vaisselle…, et où celles et ceux qui en ont besoin pourront venir se servir. Les objets qui n’auront pas trouvé preneur à la fin de la journée seront donnés au Magasin Gratuit de Rennes, situé 19 rue Legraverend.
Comme chaque année, le Scarabio Festival, c’est aussi le marché des producteurs locaux, l’occasion de rencontrer une quarantaine de fournisseurs locaux pour mettre un visage sur un pot de miel ou une botte de carottes, goûter la bio du coin, poser des questions, et faire son marché...

C’est enfin un temps fort pour mieux comprendre le fonctionnement de la coopérative de consommateurs Scarabée Biocoop, qui a maintenant plus de 35 ans, en rencontrant les équipes, le Conseil de Surveillance et le Directoire.

J’me présente

Les acteurs qui font Biocoop Scarabée au quotidien partageront avec vous leur parcours, leur savoir, leur engagement à travers de mini-conférence « J’me présente… » :


– 11h « Notre quotidien de productrices en Biodynamie. » par Mathilde et Chantal Simmoneaux
– 11h45 « Une autre cuisine existe : quels enjeux pour les cuisiniers ? » par Matthieu, cuisinier Pique-Prune
– 12h30 « Le Vieux Singe vous raconte la fabrication de sa bière. » par Alexis, de La brasserie du Vieux Singe
– 13h15 « Comment associer solidarité et lutte contre le gaspillage alimentaire ? » par Pauline de Frigo Troc
– 14h « Viande Bio, viande non bio : quelles différences ? » par Adrien, boucher à Biocoop Scarabée
– 14h45 « Où et comment est pêché le poisson de Biocoop Scarabée ? » par Vincent, poissonnier à Biocoop Scarabée
– 15h30 « Solutions concrètes pour tendre vers le zéro déchet.» par Zero Waste Pays de Rennes
– 16h15 « L’équilibre alimentaire au fil de la journée » par Anne-Sophie, diététicienne au magasin de Cesson-Sévigné
– 17h00 « Le défi : biscuitier sans gluten et sans allergène ! » par Céline de Carrés Ronds

Scarabio Festival, de sera le dimanche 8 septembre, de 10h à 18h à la Halle Martenot, place des Lices à Rennes. Entrée libre, marché de producteurs, ateliers et buvette.

 


Plus d'infos :
scarabee-biocoop.fr

[ MODE ETHIQUE ] Deux marques s'engagent pour la filière lin française

Créé le : 05/08/2019
SPL!CE et 1083 créent Linpossible et s'engagent pour la relocalisation de la filature du lin en France. SPL!CE, marque spécialiste du lin, et 1083, du jeans made in France, s'unissent pour relocaliser le filage du lin dans l'hexagone, en créant le collectif Linpossible.

 

Le but ? Mobiliser les marques et faire revenir ce savoir-faire afin de pouvoir fabriquer des vêtements en lin de A à Z, en France. Pour cela, les marques à l'origine de Linpossible rassemblent leurs énergies autour de deux axes :
  • Réunir des compétences industrielles
  • Réunir des marques économiquement prêtes à acheter du lin filé en France

Aujourd'hui le lin, c'est ...

Le constat

Aujourd’hui toutes les étapes de la transformation du lin sont réalisables en France à l’exception de la filature. Cette étape est absente de notre pays depuis 2005, lorsque la dernière entreprise française fut contrainte de fermer son usine du Nord de la France.
 

Le principe

Les industriels du collectif Linpossible ont estimé que le prix du kilo de lin filé en France vaudra environ le double du lin filé à l’étranger. Les marques devront donc s'adapter !

Pour se préparer au mieux à basculer vers une filature locale, le collectif propose aux marques précurseurs de devenir membre de Linpossible en intégrant dès aujourd’hui ce surcoût dans le calcul du prix de revient de leurs vêtements en lin. Cela leur permettra également de :

  • Investir pour promouvoir l’idée et fédérer les marques
  • Grâce à ce volontarisme économique, les marques participantes pourront communiquer sur leur démarche.
  • Avec un modèle économique déjà anticipé par Linpossible, les marques ayant rejoint le collectif seront déjà prêtes à "basculer" dans la filature française, dès que cette dernière sera mise en place.

Pourquoi s'engager ?

  • Pour sensibiliser aux enjeux de la filière textile française
  • Pour que les marques engagées puissent montrer à leurs clients les actions concrètes qu'elles font pour l’environnement et pour le made in France
Afin de mettre en avant le volontarisme des marques partenaires, celles-ci pourront valoriser leurs produits en lin avec le logo Linpossible, symbole de leur engagement. Linpossible deviendrait alors une référence.
Alors que l'industrie textile française n'est aujourd'hui pas en mesure de fabriquer un vêtement 100% français, de la culture de la graine aux dernières finitions, Linpossible démontre qu'en s'unissant, les marques peuvent proposer des solutions concrètes et redynamiser la filière textile en France.
 

 

Pages

Partager