Tous les articles

[ PAROLES ENGAGÉES ] Le commerce équitable, un modèle économique viable et indispensable

Créé le : 16/07/2019

A l'occasion des 50 ans des Rencontres de la photographie à Arles, Sans transition ! a rencontré des personnalités engagées, unies autour d'un projet d'exposition soutenu par Actes Sud et les cafés Malongo. Entretiens.

Lionel Astruc, écrivain et journaliste, expose des photos prises au Mexique, avec "Padre" Francisco Van der Hoff, qui est l'inventeur du concept du commerce équitable au début des années 1990.

Francisco Van der Hoff est le fondateur et théoricien du commerce équitable. Il vit au Mexique depuis 35 ans auprès des caféiculteurs.

Jean-Pierre Blanc, le directeur général des cafés Malongo, a souhaité faire cette exposition pour mettre en avant le modèle économique du commerce équitable.

> Plus d'infos

[ POLLUTION DE L'AIR ] Les campagnes ne sont pas épargnées

Créé le : 15/07/2019
Photo : Ludovic Coutant

Par Virginie Jourdan

Pour bien respirer, mieux vaut se mettre au vert ? Pas si sûr. Les campagnes subissent elles aussi des pollutions liées à l'activité agricole. Et la mesure de leur nocivité ne fait que commencer.

A Parempuyre, en Gironde, le collectif des parents d'élèves du futur collège connaît un répit mais reste vigilant. En 2018, il s'est mobilisé contre la construction du nouvel établissement face à un vignoble traité aux pesticides de synthèse. « Nous nous y sommes opposés jusqu'à ce que le vigneron annonce vouloir passer en bio. Mais rien ne l'engage vraiment. Nous sommes inquiets pour la santé de nos enfants », explique Ludovic Coutant, parent d'élève. Pour le collectif, les recours légaux sont limités. A ce jour, l'épandage des pesticides est autorisé à proximité des écoles, crèches et parcs, s'il est fait à plus de 50 mètres des établissements et à condition que des aménagements, comme des haies, soient mis en place.

Réglementation floue

Outre les pesticides, deux autres polluants sont montrés du doigt dans les campagnes : l'ozone et l'ammoniac. Issu des rayonnements solaires, pour le premier, et des épandages et élevages pour le second, leur présence est mesurée et leur nocivité pour les écosystèmes et la santé humaine est connue : irritations des voies respiratoires et acidification des milieux. « L'air n'est pas forcément meilleur à la campagne », insiste Awa Traoré, d'Atmo France, la fédération des associations officielles de surveillance de la qualité de l'air. Côté pesticides, le flou demeure. Pour mieux connaître leur présence dans l'air, l'Anses a lancé une campagne nationale de mesure en 2018. La première du genre. Au total, 80 substances sont recherchées et mesurées sur 50 sites dans toute la France, dont la moitié situés en milieu rural. Fin 2018, Thierry Suaud, le président d'Atmo-Occitanie expliquait : « Le but n’est pas d’effrayer ou de stigmatiser mais d’engranger de la connaissance pour apaiser le débat avec des données objectives. Et pouvoir, à l’avenir, définir s’il est utile ou non de légiférer (1) ».Les premiers résultats sont annoncés début 2020.

(1) Le journal toulousain, 30/11/2018.

Découvrez le supplément dédié au lien existant entre réchauffement climatique et qualité de l'air en Paca, réalisé avec Atmosud :

Plus d'info

[ POLLUTION DE L'AIR ] Comment protéger nos enfants ?

Créé le : 15/07/2019

Par Virginie Jourdan

Aujourd'hui en France, plus de trois enfants sur quatre respirent un air pollué. Automobiles, chauffage, activités industrielles et agricoles, les sources de pollution atmosphérique sont connues et reconnues. Leurs effets sur la santé aussi. Sur le terrain, l'action des pouvoirs publics reste timide. En face, les associations se mobilisent. Dernière action en date : un die-in organisé par une centaine d'activistes devant le palais Bourbon le 4 juin, pour alerter sur le lien mobilité-pollution de l'air et exiger des engagements de l'Assemblée.

« L'heure n'est plus au constat mais à l'action. »En mars dernier, Unicef France a lancé un appel au gouvernement et aux collectivités. En ligne de mire, la pollution atmosphérique et ses effets sur la santé des enfants. Dans un rapport publié en 2019, elle reprend les inquiétantes données de l'Organisation mondiale de la santé. Aujourd'hui en France, « trois enfants sur quatre respirent un air toxique ».Et les conséquences sont claires : « La pollution de l'air a des effets sur les fonctions respiratoires des enfants et sur leur développement pulmonaire »,explique la professeure Jocelyne Just, cheffe de service d’allergologie pédiatrique à l'hôpital Trousseau de Paris. Asthme, eczéma et bronchites sont principalement montrés du doigt. D'après l'Institut de veille sanitaire, vivre à proximité d’axes routiers au trafic automobile dense serait responsable de 15 à 30 % de nouveaux cas d’asthme chez les enfants.

« Un scandale sanitaire », dénonce l'association Respire qui sensibilise les citoyens et alerte les pouvoirs publics sur les risques de la pollution atmosphérique depuis 2011. En face, les actions gouvernementales restent limitées. Une inaction dont s'est émue l'Union européenne. A l'issue de trois années d'alerte, cette dernière a jugé que les actions entreprises par le gouvernement français pour limiter la pollution étaient insuffisantes. Depuis mai 2018, un contentieux est en cours pour des dépassements récurrents de dioxyde d'azote sur 14 territoires (1).  En mai dernier, une mère et sa fille ont également porté plainte pour inaction de l'Etat en la matière. Une première.

Les associations sonnent l'alerte

Etudiées depuis cinquante ans, les sources de polluants atmosphériques sont identifiées. Outre, le chauffage et les activités agricoles et industrielles, les moteurs à combustion produisent près de 60% des oxydes d'azote et 11% des particules fines type PM10. Pour alerter le public et peser sur la loi d'orientation des mobilités dont la lecture à l'Assemblée a débuté en juin, le réseau Action climat, Greenpeace et Respire est monté au créneau dès le mois de mars. A cette date, l'association parisienne Respire a mis en ligne une carte interactive qui dévoile les taux de pollution autour des établissements scolaires et crèches dans le Grand Paris (2). Résultat : des chiffres chocs ! « En 2017, sur les 12 520 établissements d'Île-de-France, 682 ont été exposés à des niveaux de pollution de l’air moyen dépassant les normes légales de dioxyde d’azote (NO2) », livre Olivier Blond, président de l’association Respire. Quant aux particules fines, le constat n'est pas meilleur. « Si l'on appliquait les seuils de l'Organisation mondiale de la santé sur les particules fines (10 microgrammes par m3 pour une moyenne annuelle, contre 25 microgrammes par m3 au niveau européen pour les PM2,5 (de diamètre inférieur à 2,5 µm), 100% de ces écoles dépasseraient les valeurs limites », argue Olivier Blond. Pour montrer que Paris n'est pas une exception, l'association veut étendre cette carte à toute la France métropolitaine en septembre.

Les enfants se retrouvent confinés dans leur école, lors des épisodes de forte pollution. Photos : A Luylier/Pixabay

De son côté, Greenpeace a cartographié trois des plus grosses métropoles françaises : Marseille, Strasbourg et Lyon. Là aussi, les résultats sont édifiants. A Lyon 53% des crèches et des écoles sont situées à moins de 200 mètres de zones qui dépassaient les seuils limites de dioxyde d'azote sur l'année 2017. Dans la capitale phocéenne, ce chiffre monte à 58%. Pire, 22% des crèches et écoles y sont situées à moins de 50 mètres de ces zones de dépassement. Volatile, cette pollution se retrouve aussi à l'intérieur des écoles. Une campagne de mesure réalisée par Atmosud en 2016-2017 dans 64 classes marseillaises a ainsi révélé qu’un quart d'entre elles présentait des taux de polluants liés aux transports supérieurs aux préconisations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (3).

 « Il y a aujourd’hui une vigilance qui n’existait pas il y a 10 ans »,Frédéric Auffray, chargé de mission Santé et urbanisme à la métropole rennaise

Face au constat, les associations plaident pour des actions rapides. “Nous n’en poumons plus”, “Le fond de l’air effraie”, scandaient les activistes d'Alternatiba, Respiraction, Action Climat et Greenpeace le 4 juin devant l'Assemblée nationale. Alors que l'actuel projet de loi sur les mobilités table sur une interdiction des ventes de véhicules neufs diesel ou essence à partir de 2040, elles en exigent la sortie complète en 2030. De leur côté plusieurs municipalités françaises misent sur l'urbanisme pour lutter contre la pollution automobile à proximité des lieux accueillant des enfants. A Rennes, le futur plan local d'urbanisme local prévoit d'interdire la construction de nouvelles écoles, crèches, collèges ou lycées, à moins de 50 ou 100 mètres d'axes routiers d'importance. « Strasbourg et Toulouse expérimentent aussi des cours d'école protégées et des aménagements végétaux en hauteur pour retenir les particules. Il y a aujourd'hui une vigilance qui n'existait pas il y a 10 ans », juge Frédéric Auffray, chargé de mission Santé et urbanisme à la métropole rennaise. Faveur aux transports en commun, aux véhicules électriques, aux piétons et aux vélos, multiplication des zones limitées à 20 ou 30 kilomètres à l'heure : à ce jour, 13 villes françaises planchent sur des zones à faibles émissions de polluants dans leurs ceintures urbaines. Mais l'action est lente. En France, seules Paris et Grenoble ont annoncé en 2015 vouloir encourager les habitants à ne plus avoir de véhicules essence ou diesel d'ici 2020. Un petit répit pour reprendre son souffle.

  1. Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Valence, vallée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse et la Martinique.

  2. Avec les données officielles enregistrées par l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air locale, AirParif, entre 2012 et 2017

  3. Depuis le 1er janvier 2018, la surveillance de la qualité de l'air intérieur est obligatoire dans les établissements accueillants des enfants de moins de 6 ans, les écoles maternelles et élémentaires. Elle le devient au 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement ou de formation professionnelle du second degré et en 2023 pour les autres établissements recevant du public.

Découvrez le supplément dédié au lien existant entre réchauffement climatique et qualité de l'air en Paca, réalisé avec Atmosud :

Plus d'info

Respirez ! : Solutions pour lutter contre la pollution de l'air, Olivier Blond, Eyrolles, mars 2019, 16€.

Anses et pollutions extérieures : www.bitly.fr/cqj

Le rapport de l'Unicef France : www.bitly.fr/cqk

Les cartes de Greenpeace : www.greenpeace.fr

 

[ NADIA SAMMUT ] Une cuisine libre et engagée

Créé le : 12/07/2019
Photo : Gregoire Kalt

Dans sa cuisine méditerranéenne, Nadia Sammut, chef étoilée, pratique son art avec bienveillance. Elle cultive la liberté en cuisine, déploie toute sa créativité à travers des plats gourmands et très digestes pour amener le mangeur vers une « conscience éveillée » à l’encontre de la planète. Rencontre avec une femme « libre et engagée ».

Comment se caractérise votre cuisine « libre et engagée » ?

La Cuisine libre, C'est un projet qui a pour vocation d'amener le mangeur vers une conscience éveillée à l'encontre de la planète. C'est également une manière de penser la cuisine d'un point de vue sociétal, une philosophie d'une certaine manière, pour vivre libre et sans gluten ! A travers cette cuisine engagée, je cherche à me libérer des contraintes, pour libérer la créativité, favoriser le partage et la transmission à table.
La cuisine libre peut être interprétée par chacun, c'est l'idée d'une cuisine bonne, propre et juste, comme les valeurs du réseau international Slowfood avec lequel je milite régulièrement et donne des cours au sein de l'université en Italie.

Quelle place accordez-vous au local dans votre cuisine ?

Je prête particulièrement attention à la traçabilité de nos produits à l'Auberge de la Fenière dans le sud Vaucluse, en faisant appel à des ingrédients locaux, comme le pois chiche du Luberon par exemple.

Comprendre la semence de cette légumineuse, savoir comment...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ ENVIRONNEMENT ] Découvrez la carte d'achat des pesticides

Créé le : 12/07/2019

Générations Futures publie une nouvelle carte exclusive d’achat de pesticides par département basées sur les toutes nouvelles données officielles (données 2017 publiées le 1er juillet 2019) !

Cette carte exclusive, basée sur des données 2017 d’achats de pesticides, précisent les cartes précédemment publiées par Générations Futures le 20 novembre 2018, utilisant les données 2017 des ventes de pesticides. En effet, nous présentons cette fois des données utilisant les codes postaux des acheteurs. Ce travail a été enfin rendu possible par la mise en ligne de ces données sur le site  DATA le 1er juillet 2019.

Ces données complètent les cartes publiées par Mediapart il y a quelques jours , plus précises sur les lieux d’achat car présentant les achats par zones de code postal, mais basées sur un rapport fuité prenant en compte environ 8000 tonnes de pesticides en moins que le rapport finalement publié par le gouvernement le 1er juillet que nous avons utilisé. (A noter que ces nouvelles données ne précisent pas les codes postaux des acheteurs pour 1022 tonnes de pesticides sur total de 68189 tonnes)

Ces nouvelles données bouleversent assez sensiblement le classement des départements publié en 2018. Cette fois ci les données prenant en compte les codes postaux des acheteurs nous donnent le classement des 10 premiers départements français pour l’achat de pesticides suivant :

  1. Gironde (3117 t)
  2. Marne : (2568 t)
  3. Gard (1956 t)
  4. Pas-de-Calais (1899 t)
  5. Somme (1816 t)
  6. Hérault (1809 t)
  7. Vaucluse (1776 t)
  8. Charente Maritime (1701 t)
  9. Aisne (1692 t)
  10. Eure et Loir (1623 t)

Ces différences avec nos cartes précédentes s’expliquent par le fait que des agriculteurs achètent parfois leurs pesticides dans un département voisin, comme nous l’avions évoqué lors de notre communication l’année passée. Cela semble influer particulièrement sur le classement de l’Aube qui passe de la 1ere place de notre classement de novembre (basé sur les données de vente simple) à la 15eme place selon ces nouvelles données d’achat avec les codes postaux des acheteurs. Attention toutefois : un agriculteur d’un département peut utiliser les pesticides achetés sur plus d’un département s’il a des terres dans plusieurs départements. Il ne s’agit donc pas de données d’usage stricto sensu.

« Ces nouvelles données plus précises sur les achats de pesticides en France montrent bien que les achats de pesticides les plus importants ont lieu dans des départements ou la viticulture, l’arboriculture ou les grandes cultures sont les plus intensives. C’est dans ces zones que la sortie rapide des pesticides chimiques est la plus urgente car c’est là que la population et l’environnement sont probablement les plus exposés. Nous appelons le gouvernement à prendre en compte ces données pour impulser enfin une politique de sortie des pesticides chimiques de synthèse cohérente en France ! » déclare François Veillerette, Directeur de Générations Futures.

  Découvrez également très bientôt le dossier Sans transition sur la qualité de l'air ! 

[ HABITAT DURABLE ] Comment adapter l'habitat au changement climatique ?

Créé le : 04/07/2019

A l'occasion du forum Bati'Frais, qui s'est tenu à Marseille ce jeudi 4 juillet, nous avons rencontré plusieurs professionnels engagés. Cette année, ce grand rendez-vous de professionnels était dédié à la question de l'adaptation de l'habitat au changement climatique.

Anastasia Kucherova, du bureau d'architecture Boeri, connu internationalement pour avoir intégré le végétal au coeur de l'architecture et largement développé l'habitat durable.

Chantal Larrouture, présidente de l'association EnvirobatBDM. Selon elle, il est primordial de revégétaliser les villes, seule solution pour rendre l'espace urbain vivable. Entretien.

Emile Lievremont, gérant de la Scop Exebois (membre du réseau Ecobâtissons), qui intègre les low-tech dans ses constructions.

Thomas Clapier, de l'association EnvirobatBDM, en charge du projet européen Impluse dédié à l'amélioration et à la rénovation de parcs de bâtiments publics.

Pages

Partager