Tous les articles

[LE WEB SONNE] Le replay de la conversation citoyenne avec Jean Jouzel

Créé le : 06/11/2020

Par Sans transition! 

Le troisième épisode du Web Sonne, l’émission en direct de Sans transition ! avait pour invité Jean Jouzel, climatologue et glaciologue, ancien vice-président du groupe scientifique du GIEC. Vous êtes déjà près de 2 000 à avoir suivi cette émission en partenariat avec Harmonie Mutuelle sur nos différents réseaux. Alors mille merci !

 

Retrouvez le replay de cette émission avec Jean Jouzel !

[VIDEO] Rob Hopkins : « Pour l’écologie et la santé mentale, résistons à la 5G ! »

Créé le : 27/10/2020

Par Sans Transition!, 

Le fondateur du mouvement mondial des villes en transition et enseignant en permaculture est revenu en septembre en France à l'occasion de la sortie de son nouvel ouvrage, Et si ... ? Libérer notre imagination pour créer le futur que nous voulons, paru au printemps chez Actes Sud. Lors de sa tournée de conférences avec Sans Transition!  il nous a accordé un moment d'entretien à Mazan, autour de questions d'actualité : la 5G, le plan de relance européen, et la compatibilité de tout ceci avec la transition. 

 

>> Retrouvez également notre hors-série sur Rob Hopkins et la transition, ainsi que notre dossier complet sur la 5G dans le numéro 25 de Sans transition! 

[DOSSIER] Pour relocaliser, il faut produire autrement

Créé le : 26/10/2020

Crédit pixabay

Propos recueillis par Guillaume Bernard 

La France a depuis longtemps délocalisé une partie de sa production. Or la pénurie de masques pendant la crise sanitaire a rappelé à quel point l’autonomie productive était une question importante et les relocalisations nécessaires. Également bénéfiques sur le plan social et environnemental, ces dernières sont régulièrement invoquées par les politiciens de tous bords. Mais ces paroles sont rarement suivies d’actes. Pourquoi ? Entretien avec Murielle Bruyère, maître de conférences en économie à l’université Toulouse II et membre des économistes atterrés.

 

Les grands discours mettant en avant la nécessité de relocaliser une partie de notre production se multiplient depuis quelques années, et encore davantage depuis la crise de la Covid-19. Or on constate qu’ils sont peu suivis d’effets. Comment l’expliquer ?

Il faut avant tout bien comprendre qu’aujourd’hui nos grandes entreprises fonctionnent avec des réseaux d’unités productives, réparties aux quatre coins de la planète. C’est ce qu’on appelle une chaîne globale de valeur et celle-ci est dominée par ceux qui en maîtrisent le bout, livrent le produit fini, posent la marque : Nike, ou Apple par exemple. Ce sont ces firmes multinationales qui décident de l’organisation du maillage industriel mondial. Les grands discours gouvernementaux sur le consommer et produire français sont donc relativement vains à l’échelle des masses puisque les États n’ont pas réellement de prise sur cette organisation.

Vous évoquez dans votre note de juin1 « La part sombre de l’industrie : la relocalisation industrielle à l’heure du capitalisme numérique », une version forte de la relocalisation, que vous...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

[DOSSIER] : Quel rôle pour les régions dans la crise de l'aéronautique ?

Créé le : 26/10/2020

Crédit : pixabay

Par Guillaume Bernard

Alors que Bruno Le Maire a présenté début juin son plan de relance de l'aéronautique, les régions tentent elles aussi de mettre la main à la pâte pour sauver une industrie qui les finance en partie via l’impôt. Partagées entre un impératif d'action et des moyens limités, elles peinent à trouver leur rôle dans cette crise économique.

Les régions sont un relai essentiel des politiques nationales en matière d'économie, une de leur compétence historique. En charge de construire les CFA et les lycées, impliquées dans les politiques d'apprentissage, elles sont de fines connaisseuses de leur tissu entrepreneurial, dont dépend grandement leur budget et leur rayonnement. Ainsi, dans les régions touchées par la crise de l'aéronautique, impossible de prendre la question à la légère.

« La filière aéronautique représente 40 % de l’emploi industriel en Occitanie, soit 86 000 salariés », rappelle Carole Delga, présidente de la région, dans un communiqué faisant suite aux annonces de suppressions de postes chez Airbus. La région, qui a l'habitude d'investir dans son industrie aéronautique et spatiale notamment via les plans ADER n'hésite donc pas à sortir à nouveau le portefeuille et ajoute 100 M€ aux 200 M€ déjà prévus pour la filière.

Un effort conséquent pour une collectivité dont le budget d'investissement 2020 se porte à 1,24 milliard d'euros, mais une goutte d'eau comparé aux pertes que la Covid-19 fait connaître à cette industrie. À...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[DOSSIER] Automobile et aviation, sauver les emplois ou sauver la planète ?

Créé le : 26/10/2020
crédit Guillaume bernard - Dérichebourgs

Photo : Les Derichebourgs protestent devant leur entreprise juin 2020. crédit : G. Bernard

Par Guillaume Bernard

La crise sanitaire a mis à l’arrêt les industries automobiles et aéronautiques françaises. À l’heure de la reprise, alors que nombre d’entreprises de ces secteurs annoncent des plans de réductions d’emploi massifs, la question de restructurer ces filières polluantes autour d’un objectif écologique se pose. Au prix de milliers d’emplois ?

 

La quantité de fumée dégagée par la moto qui frotte ses pneus contre le bitume rivalise bientôt avec celle des fumigènes jetés sous les fenêtres de leur administration. Le vrombissement du moteur, destiné à impressionner la direction, se joint aux slogans scandés par des centaines de salariés. “Non à l’APC”, “Tous ensemble, tous ensemble, grève générale”.

Nous sommes devant le siège de Derichebourg aéronautique dans la banlieue toulousaine, aux premières chaleurs du mois de juin. Après plusieurs jours d’une grève reconductible finalement peu suivie, les salariés de ce sous-traitant d’Airbus se sont rassemblés en bas du bâtiment dans lequel leur syndicat majoritaire signera bientôt un accord de performance collectif (APC). Sous prétexte de sauver 750 emplois sur 1600, il réduira considérablement leurs salaires pour une période indéterminée.

Baroud d’honneur pour les Derichebourgs, cette journée ouvre une longue séquence de suppressions de postes pour la filière aéronautique. Quelques semaines plus tard, Airbus en annonce ainsi 15 000 dont 5000 en France pour un effectif total de 135 000...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[LUTTE] Montpellier : une ZAD en rade

Créé le : 22/10/2020
© Facebook de MER Montpellier

© Facebook de MER Montpellier

La Maison de l’Ecologie et des Résistances (MER), située au nord de Montpellier, a été évacuée très tôt ce 22 octobre par les forces de l’ordre. Cette maison, transformée en ZAD, était occupée depuis le 6 octobre par plusieurs associations écologistes, dont Greenpeace et Extinction Rebellion, en signe de protestation au projet de contournement autoroutier du nord de Montpellier. Les gendarmes, venus en nombre, ont procédé à une intervention jugée « musclée et illégale » par les militants. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés. La maison a été détruite dans la foulée à coups de tractopelles par la gendarmerie.

Pages

Partager