Tous les articles

[ LA SÉLECTION DES LIBRAIRES ] Ma fabuleuse aventure avec les bourdons de Dave Goulson

Créé le : 23/07/2019
Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€
Mais quelle mouche les a piqués ? Interloqués ou révoltés, pragmatiques ou rêveurs, lanceurs d’alerte, poètes ou romanciers, des auteurs, sélectionnés par des libraires qui diffusent Sans transition !, manient la plume et l’encre pour dire leurs convictions en termes d’écologie et d’humanisme. Des mots forts, percutants, qui tantôt interpellent, tantôt bousculent ou touchent, mais qui, jamais, ne laissent indifférents. Sans Transition ! vous donne à lire ces extraits dans son dernier numéro, en vous souhaitant un bel été.

 

Le mot de Romain Allaire, libraire à A la Lettre Thé, à Morlaix
Dave Goulson est un scientifique anglais spécialiste des bourdons qui nous livre ici un texte particulièrement original et documenté sur la vie des bumblebees - bourdons en anglais. Ce récit va vous faire voyager de la Nouvelle-Zélande à l’Ecosse en passant par la Suède, et vous faire découvrir l’importance de ces insectes pollinisateurs qui nous sont indispensables. Un livre optimiste bourré d’humour qui souligne l’importance de la biodiversité.

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons Dave Goulson

Extraits compilés du chapitre 1 Bombus Subterranus, du chapitre 15 Chez les Bourdons et du chapitre 17 Le retour de la reine

« Au XVIIIe siècle, un agronome britannique dénommé Charles Townshend encouragea une rotation sur quatre ans en intégrant successivement le froment, le navet, l’orge et le trèfle. L’azote fixé par le trèfle augmentait la fertilité du sol pour les années suivantes, améliorant les rendements, etce modèle fût largement adopté. Représentons-nous un instant la Grande-Bretagne il y a un siècle : une mosaïque de petits champs, avec des céréales et des tubercules entremêlés de jachères de trèfles et de prairies permanentes. Pas d’engrais artificiels, pas de pesticides. Des tas et des tas de bourdons heureux. [...] Il est extrêmement gratifiant de voir le grand champ d’herbe monotone que j’ai acheté il y a dix ans se transformer lentement en pelouse fleurie. Chaque année, je découvre que de nouvelles espèces de fleurs sont arrivées on ne sait comment. J’en mets à jour le total, qui dépasse aujourd’hui les 130 espèces en comptant les arbustes et les arbres en bordure, et je suis sûr qu’il y en a d’autres à découvrir. Avec l’arrivée des fleurs en abondance, une myriade d’insectes sont revenus. [...] Bien entendu, avec toutes ces fleurs dans le pré, les bourdons sont eux aussi revenus en masse. Les bombus Sylvarum sont aujourd’hui des visiteurs quotidiens. Les bombus ruderarius sont aussi monnaie courante et se distinguent des bourdons des pierres, encore plus communs, par les soies rousses de leurs pattes. Les bombus ruderatus à longue langue restent rares, mais pointent régulièrement le bout de leur nez, se nourrissant principalement de trèfles des près. Toutes ses espèces sont excessivement rares en Grande-Bretagne, et c’est donc un bonheur de les voir prospérer ici. Nous commençons à peine à saisir la complexité des interactions entre les créatures vivantes sur terre, et pourtant nous choisissons souvent de dilapider l'irremplaçable, de mettre au rebut ceux qui nous maintiennent en vie et font qu'elle vaut la peine d'être vécue. Peut-être qu'en apprenant à sauver un bourdon dès aujourd'hui nous pourrions sauver le monde demain. »

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€

[ NATURISME ] Au cœur de l'Auvergne, « tout nu et tout bronzé » ?

Créé le : 23/07/2019
Photo : S Reyne

Par Sonia Reyne

Pourquoi vivre nu en vacances : envie de liberté, de confort, ou militantisme écolo, égalitarisme social ? Loin des plages de sable fin, au cœur de l'Auvergne, certains choisissent simplement de vivre leur relation à la nature et aux autres en totale congruence.

Ils sont trois,  Marc, Pascale et Michèle, membres du bureau, habillés de pied en cap, en cette fin d'après-midi sur les hauteurs de Clermont-Ferrand, au cœur de l'Auvergne. Au mois de mai, la température n'est pas très clémente dans le massif central. A 800 mètres d'altitude, le camping la Serre de Portelas offre un panorama exceptionnel sur la vallée de la Monne, le Forez, le Livradois et les monts du Sancy. Les membres de l'association propriétaire du camping profitent du week-end pour faire une pause naturiste. Certains sont habillés, d'autres portent uniquement un tee-shirt et des chaussures, quelques rares sont en peignoir au sortir de la douche.

Voilà 56 ans, un groupe de naturistes clermontois achetait ici un bout de terrain pour pouvoir vivre nu dans la nature, tranquillement. « Très rapidement, ils se sont structurés en association » précise Marc, son président. La philosophie de ces quelques fondateurs est claire. « Ils avaient envie de vivre en harmonie avec la nature, dans le respect de soi-même et des autres », ajoute Marc. Pascale et Michèle renchérissent sur cette vision commune du naturisme. « C'est une...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ NATURISME ] La liberté à fleur de peau en Occitanie

Créé le : 23/07/2019

Par Céline Cammarata

Chaque année, en France, considérée comme « le berceau du naturisme », 4,7 millions de vacanciers décident de faire tomber le maillot et optent ainsi pour cette pratique. Parmi eux, près de 50% sont des étrangers. L’Hexagone confirme ainsi sa première place comme destination touristique naturiste mondiale et offre la plus importante capacité d’hébergement naturiste d’Europe. Dans le Gard, le village Saint-Privat de Champclos accueille ainsi les adeptes de la pratique.

Naturistes de naissance, leur philosophie de vie les conduit vers l’acceptation de soi. Rencontre avec Adam et Eve, version 2019, dans un écrin de verdure à Saint-Privat de Champclos, au domaine de la Sablière. Comme au bout de nulle part, après une petite route qui chemine dans la verdure, me voilà arrivée au camping du domaine de la Sablière à Saint-Privat de Champclos. J’y ai rendez-vous avec Gaby Cespédes, une « pionnière » du naturisme. Fermée par des barrières, l’entrée du camping signe la fin de la route. Sur 70 hectares, dans les collines du Gard provençal, à perte de vue, les falaises, la rivière et ses berges. Restaurants, piscines, sauna, superette, crêperie, tout est disséminé. Les différents habitats et emplacements de camping arborés bénéficient d’une vue imprenable. Des arches - creusées naturellement dans le calcaire des collines - pour certains, les ruines du château pour d’autres... Gaby se souvient : « En 1974, nous étions venus faire du camping sauvage avec mon mari. Il est tombé amoureux de cet endroit. » Ils n’en repartiront plus. Et ouvriront quelques emplacements un an après. Si vous lui demandez comment elle est venue au naturisme,...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ NATURISME ] Liberté ou engagement, les raisons de faire tomber le maillot - Escale en Provence

Créé le : 20/07/2019

Par Julien Dézecot

Chaque année, en France, considérée comme « le berceau du naturisme », près de 5 millions de vacanciers décident de faire tomber le maillot et optent donc pour cette pratique. Parmi eux, près de 50% sont des étrangers. L’Hexagone s’inscrit ainsi à la première place comme destination touristique naturiste mondiale. A Bélézy, dans le Vaucluse, certains aspirent à se sentir libres, en harmonie avec la nature.

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ SANS TRANSITION EN MODE ÉTÉ ] Le guide des festivals engagés

Créé le : 19/07/2019

L'été, ce sont bien-sûr les vacances, le soleil, la détente ET SURTOUT, les festivals. Rendez-vous incontournables en cette période estivale, les festivals sont toujours aussi nombreux et variés. Sans transition ! vous propose une liste non exhaustive des festivals engagés et cool ...

En tant que média indépendant et engagé, Sans transition ! tient à apporter son soutien aux événements écoresponsables qui œuvrent en faveur des transitions environnementales, économiques ou encore sociales.

Auvergne-Rhône-Alpes

Le Foreztival. Partage, citoyenneté, responsabilité environnementale et sociétale sont au cœur du projet.

> Du 2 au 4 août à Trelins (42)

The Fiestival, un événement monté par une association qui s'engage dans de nombreuses actions citoyennes dans le cadre du "Vivre Ensemble".

> Du 12 au 14 septembre à Marsanne (26)

Bretagne

Les Vieilles Charrues, un festival durable taille XXL.

> Du 18 au 21 juillet à Carhaix (29)

Festival du bout du monde, où le respect de l'environnement et les circuits courts priment.

> Du 2 au 4 août sur la Presqu'ile de Crozon (29)

Occitanie

Le festival de Thau. Ouverture culturelle, cohésion sociale et protection de l’environnement sont au programme.

> Du 15 au 23 juillet à Mèze (34)

Provence

Festival Off d'Avignon. Une journée est dédiée à l'économie sociale et solidaire.

> Du 5 au 28 juillet à Avignon (84)

Le Festival culturel de Chaillol. Un programme de médiation et de transmission artistiques existe en direction des nombreux publics du territoire.

> Du 17 juillet au 10 août dans les villages des vallées haut-alpines (05)


  Des collectifs de festivals engagés existent dans plusieurs régions françaises. Ils ont pour vocation de sensibiliser et   accompagner les festival dans leur démarche écoresponsable. 

  Retrouvez les en Paca, Bretagne, Auvergne-Rhône-Alpes.  

[ ÉVASION FISCALE ] Pour Attac, la taxation unitaire est applicable dès maintenant

Créé le : 18/07/2019

Alors que la présidence française du G7 promet de "mettre fin à l’évasion fiscale", Attac démontre dans un rapport qu’appliquer la taxation unitaire, et donc lutter réellement contre l’évasion fiscale des multinationales, est possible dès maintenant.

En utilisant les données disponibles, les expert·e·s d’Attac ont travaillé sur les comptes de huit entreprises multinationales appartenant à des secteurs différents : Amazon, Apple, Bayer-Monsanto, BNP-Paribas, Facebook, Google, Microsoft et Total. Une estimation des impôts que ces huit entreprises auraient dû payer en France, si la taxation unitaire était en place, donc en l’absence d’évasion fiscale, a été calculée. Les résultats sont édifiants :

  • Si la taxation unitaire était appliquée sur la base des données aujourd’hui déclarées :
    • Amazon, Apple, Bayer-Monsanto, Facebook, Google, Microsoft et Total auraient dû payer, au total, près d’1,5 milliards d’euros en 2017 à l’État français, c’est-à-dire sept fois plus que ce que celles-ci ont effectivement payé,
    • Total aurait dû acquitter en 2017 un montant trente fois supérieur au montant effectivement payé, dont une partie aux pays en développement où sont réalisés les profits, ce qui illustre la nécessité d’une justice fiscale internationale.
  • Si la taxation unitaire était appliquée sur les chiffres réels que nous avons estimés :
    • 2 milliards d’euros, c’est ce que les GAFAM et BNP-Paribas auraient dû payer en France d’impôt sur les sociétés, au lieu de 0,5 milliard d’euros dont elles se sont effectivement acquittés,
    • Apple, Microsoft, Facebook et Google auraient dû payer un impôt sur les sociétés de 7 à 22 fois supérieur à ce qu’elles ont effectivement payé,
    • Amazon aurait dû payer un impôt 70% supérieur à ce dont elle s’est acquitté en France.

Pour Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France : « Les scandales à répétition ne cessent de démontrer l’existence d’une évasion fiscale massive des entreprises multinationales. L’évasion fiscale est la conséquence du laisser-faire des gouvernements. Les mesures proposées, telles que la “taxe GAFA” en France, votée en 2019, ne sont pas à la hauteur des enjeux. Si le gouvernement français et les pays du G7 veulent réellement s’engager dans la lutte contre l’évasion fiscale, ils doivent mettre en place de toute urgence la taxation unitaire et le reporting public pays par pays. C’est possible dès maintenant et ne demande que de la volonté politique.  »

Pour Dominique Plihon, économiste, membre d’Attac France et coordinateur du rapport : « Le principe de la taxation unitaire est simple : il consiste à taxer le bénéfice global des entreprises multinationales, en considérant celles-ci comme une entité unique, puis dans une seconde étape, à répartir ce bénéfice dans les pays où ces entreprises réalisent effectivement leur activité. La taxation unitaire est un instrument de justice fiscale internationale, en particulier pour les pays en développement lourdement pénalisés par l’évasion fiscale des multinationales. »

Pour Michael Tellmann, représentant d’Attac Allemagne, « Qui se refuse au reporting pays par pays pour les multinationales, comme l’a fait Olaf Scholz Ministre des finances allemand, se rend coupable d’évasion fiscale et de l’argent manquant dans les budgets publics pour financer des investissements urgents dans la transition écologique et sociale. Il faut que les médias se scandalisent de ce comportement comme ils l’ont fait en révélant les Panama Papers ou les autres scandales d’évasion fiscale. »

Pour défendre ces mesures de justice fiscale, Attac France se mobilisera pleinement à l’occasion du Contre-G7 organisé à Hendaye et Irun du 19 au 26 août.

*en partenariat avec Attac Allemagne et avec le soutien du réseau des Attac d’Europe

> Plus d'infos

Pages

Partager