Tous les articles

PLACE PUBLIQUE : "Nous souhaitons constituer une nouvelle force citoyenne"

Créé le : 03/05/2019

Recueilli par Julien Dezécot

Militante écologiste de longue date, Claire Nouvian est cofondatrice de Place Publique, mouvement politique créé fin 2018, aux côtés du philosophe Raphaël Glucksmann, de l’économiste Thomas Porcher et de Jo Spiegel, maire de Kingersheim (68). Leur objectif : créer une liste d’union de la gauche pour les élections européennes de mai prochain.

Pouvez-vous nous présenter Place publique, le mouvement politique que vous avez cofondé cet automne, ainsi que ses objectifs ?

Place publique est un mouvement politique qui œuvre en faveur d’une action citoyenne, solidaire et écologique. Notre objectif à court terme est de rassembler la gauche au sein d’une liste opportuniste, à l’aune des élections européennes de mai prochain. Il s’agit pour nous d’éviter une nouvelle défaite. On ne demande pas une fusion à long terme. Car les divergences des partis, comme les socialistes, Generation. s, EELV, LFI... justifient l’existence d’appareils distincts. Mais, si l’on s’entend sur 80 % des sujets, alors je pense que nous ne devons pas prendre en otage les électeurs. À moyen et long terme, nous souhaitons constituer une nouvelle force citoyenne pour renouveler les codes de la politique, ancrée dans l’urgence écologique et citoyenne.

Quelles sont les propositions de Place Publique ?

...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ CARLO PRETINI ] "Libérer la gastronomie d'un modèle élitiste"

Créé le : 02/05/2019

Pour Carlo Petrini, le fondateur du mouvement Slow Food, la gastronomie n'est pas seulement une histoire de recettes : c'est une démarche globale consistant aussi à produire des denrées en respectant l'environnement, la terre et de la dignité des paysans.

Retrouvez son interview.

Le réseau Slow Food était à l'honneur à Marseille, le 04 mai dernier, lors d'une conférence dédiée à l'alimentation, co-organisée par Sans transition ! et la bibliothèque l'Alcazar à Marseille, dans le cadre de Marseille-Provence, Capitale de la Gastronomie.

Plusieurs intervenants étaient présents :

> Denis Lairon, chercheur à l'INSERM et spécialiste de l'alimentation biologique ;
> Raoul Michel, coordinateur du réseau Slow Food Paca ;
> Nadia Sammut, restauratrice à l'auberge de la Fenière ;
> Luc Falco, producteur du réseau Slow Food en brousse du Rove.

A lire aussi : " Slow Food, il était une fois en Provence", reportage à Cucuron, dans la Petite Maison d'Eric Sapet.

[ TOUR DE FRANCE DE LA TRANSITION ] Le replay du débat avec Rob Hopkins à Chartres de Bretagne

Créé le : 29/04/2019

Vendredi 19 avril dernier, à la suite de sa conférence organisée par la revue Sans transition ! dans le cadre de son tour de France de la transition, Rob Hopkins a dialogué pendant près d'une heure avec les acteurs locaux et le public.

Redécouvrez le débat citoyen, filmé par notre partenaire Tébéo, entre le fondateur du mouvement des "Villes en transition", et la monnaie locale, Le Galleco, Daniel Cueff, maire de Langouët (35) et Perma G'Rennes.

 

Revue de presse

> Ouest France, 15 avril 2019

> Ouest France, 17 avril 2019

> Kaizen, 29 avril 2019

[DOSSIER] Un tour du monde « low-tech »

Créé le : 28/04/2019
Corentin de Chantelperron dans son bateau.

Par François Delotte

Corentin de Chantelperron et des membres de l’association Gold of Bengal, basée à Concarneau, dans le Finistère, naviguent depuis 2016 sur les mers du monde à la découverte des low-tech. Le retour en Bretagne est prévu pour début 2020.

Lorsque nous l’interviewons via Skype, Corentin de Chatelperron se trouve en Thaïlande. Dans quelques jours, il doit répartir, avec un équipage, pour la deuxième moitié de son périple. « Nous allons d’abord faire escale en Malaisie, pour découvrir le pouvoir de dégradation des déchets des mouches soldats. Nous partons ensuite étudier l’aquaponie à Singapour, technique agricole qui permet de faire pousser des plantes tout en élevant des poissons. Puis, nous irons aux Philippines, notamment pour voir les pompes béliers, qui fonctionnent sans électricité », énumère le breton de 35 ans.

Low-tech à bord

Depuis 2016, Corentin de Chatelperon et des membres de Gold of Bengal sillonnent les mers du globe à la recherche de low-tech. Un projet porté par l’association finistérienne Gold of Bengal, du nom du premier bateau sur lequel le jeune ingénieur a pris la mer, en 2013. Les découvertes glanées ici où là sont ensuite recensées par la plateforme en ligne du Low-Tech Lab, également gérées par Gold of...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

GILLES NALBONE, "L’environnement chimique [...] contribue pour une part importante à la progression des maladies chroniques".

Créé le : 26/04/2019

Gilles Nalbone, est directeur de recherche émérite à l'Inserm et membre du Réseau Environnement Santé.

" La progression inquiétante des maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires, cancers hormono-dépendants, obésité, maladies neuro-développementales et neurodégénératives) depuis une trentaine d’années impose une identification claire des causes pour définir des stratégies de lutte efficaces et adaptées. Les données scientifiques s’accumulent montrant que l’environnement chimique dont font partie les perturbateurs endocriniens contribue pour une part importante à la progression des maladies chroniques. Les progrès remarquables de l’épigénétique permettent désormais de faire le lien entre l’environnement et la modification de l’expression des gènes dès la période prénatale, contribuant à la programmation in utero des maladies qui pourront se déclencher plus tard dans la vie.

L’enjeu sanitaire est donc d’éliminer radicalement les perturbateurs endocriniens de notre environnement. Seule une grande loi de santé environnementale permettra de doter la France des outils pour faire face à cette épidémie de maladies chroniques."

> Gilles Nalbone donnera une conférence sur le thème des perturbateurs endocriniens, dimanche 28 avril au Salon Bio des Alpes à Gap à 11h00.

[ COMMUNIQUÉ ] - Réaction du WWF France sur les conclusions du débat national par le président de la République : à quand les décisions pour la transition ?

Créé le : 26/04/2019

La réponse du président de la République au grand débat national, qu’il avait lui-même lancé en janvier suite à la crise des gilets jaunes, était attendue depuis plusieurs semaines. Le WWF France espérait des annonces fortes pour une transition écologique juste, qui réponde aux mobilisations sans précédent de millions de Français et aux propositions formulées lors des débats. Après le discours du président de la République, le WWF France est déçu.

Le président de la République a déclaré vouloir mettre le climat au cœur du projet national et européen soulignant que l’état d’urgence climatique est là.

À état d’urgence, mesures d’urgence ? Malheureusement non.

Pour le WWF France, le président n’a pas saisi l’opportunité qui se présentait à lui pour répondre à cette urgence. Au contraire, il a renvoyé les réponses à la création de nouvelles instances, comme un nouveau Conseil de Défense écologique aux contours et prérogatives encore flous, et à l’échelle européenne où sa capacité à convaincre ses homologues dépend justement des décisions prises en France.

Le président de la République a annoncé un transfert de responsabilités aux collectivités pour le logement, les transports ou la transition écologique. Le WWF France salue l’orientation visant à connecter davantage les politiques publiques aux territoires et au quotidien des Français, mais regrette qu’aucune garantie n’ait été apportée sur les moyens financiers et humains supplémentaires pour ce faire.

Concernant la convention de citoyens tirés au sort, le WWF France suivra avec attention son travail. Les solutions sont aussi nombreuses, connues que partagées pour mettre en place une transition écologique juste et solidaire. Et les citoyens ont d’ores et déjà exprimé leurs attentes dans le cadre de débats publics, comme sur la transition énergétique ou sur le rejet de Montagne d’Or. Il est temps qu’ils soient entendus !

À l’urgence climatique, le président de la République aurait dû lier les autres urgences environnementales comme celle du déclin sans précédent de la biodiversité. Le WWF France regrette qu’il n’ait rien annoncé sur la nature ou la biodiversité alors même que le rapport de l’IPBES (la plateforme scientifique mondiale sur la biodiversité) qui sera présenté le 6 mai prochain à Paris devrait confirmer la dégradation catastrophique de la nature qui nous fait vivre.

Plus d'infos.

 

Pages

Partager