Tous les articles

Un arboretum « éco-citoyen » planté à Plestin-les-Grèves (22)

Créé le : 12/02/2018
DR

Un collectif de particuliers et d'entreprises a planté un arboretum « éco-citoyen », samedi 10 février, à Plestin-les-Grèves, près de Lannion (22). 

Châtaigner, mélèze, peuplier, chêne ou encore pin sylvestre. Plusieurs dizaines de jeunes arbres, chacun d'une essence différente, ont été mis en terre ce week-end à Plestin-Les-Grèves, près de Lannion (22), dans la zone artisanale du Châtel. Une initiative lancée par l'entreprise de construction et de rénovation de maisons bois, Ty Coat. « Tout est parti du visionnage du film Demain. Je me suis dit que ce serait bien de mettre en place une action qui a du sens », confie Thierry Hamon, gérant de Ty Coat. Ce dernier propose de valoriser le site d’une ancienne déchetterie remblayée depuis 1968. Un petit groupe de travail de huit personnes se forme rapidement.

Parrainer des arbres

L'enjeu : faire « parrainer » de jeunes arbres à des citoyen-ne-s. Chaque personne participe à hauteur de 15 euros, ce qui permet d'acheter un arbre. La communauté d'agglomération de Lannion-Tregor, propriétaire des 6000 m² de terrain, donne son accord pour l'occupation du sol. Compte tenu de la dimension potentiellement polluée du site, il est choisi de ne pas planter d'arbres fruitiers. « Lorsqu'on a creusé, il y avait plein de vers de terre. La nature a bien repris ses droits », note néanmoins Thierry Hamon.

L'opération est un succès puisque soixante personnes (et donc autant d'arbres) ont répondu à l'appel. La société Rihouay (Plouigneau - 29) a fourni gratuitement le paillage. Les inter-entreprises alentour ont également participé en donnant 200 euros chacune. De quoi notamment financer l'élagage des quelques arbres qui avaient déjà poussé sur la parcelle, ainsi que l’installation d'une table en bois.

Car le site a vocation à devenir un lieu de partage où les employés des entreprises du quartier pourront venir déjeuner, les jours de beau temps. Mais aussi où « les enfants des écoles pourront découvrir les essences locales », souligne Thierry Hamon. Aubépine, prunellier, pin maritime... La plupart des bois qui poussent en Bretagne sont présents dans l'arboretum. Ils sont associés à quelques arbres ou arbustes à fleurs (mimosa...) destinés à embellir l'ensemble au printemps. « L'idée était de redonner vie à cet endroit. Le parrainage permet de mobiliser facilement les gens. Nous aurions pu planter 500 arbres si nous l'avions voulu », poursuit Thierry Hamon. À quand une forêt entièrement « parrainée » ?

[COMMUNIQUE] - Consultation publique et réforme de la législation européenne sur les pesticides et les résidus de pesticides

Créé le : 09/02/2018
Crédit : Pixabay

POLLINIS encourage les citoyens à faire entendre leurs voix et met à la disposition du public le questionnaire rempli par ses soins ainsi que ses recommandations pour une réforme efficace de la législation sur les pesticides.

Le 02/02/2018 - Par POLLINIS 

Dans le cadre de sa procédure de révision de la législation européenne sur les pesticides et les résidus de pesticides, la Commission européenne a lancé une consultation publique visant à recueillir l’avis des Européens. L’objectif est de connaître leur avis sur les points forts et les points faibles de la législation, ainsi que sur le niveau de protection de la santé humaine et animale et de l’environnement.

Les citoyens peuvent exprimer leur opinion en répondant au questionnaire en ligne avant le 12 février 2018.

POLLINIS estime que l’articulation de ce questionnaire limite la possibilité d’exprimer efficacement les opinions de nombre d'Européens au sujet de la législation en vigueur. Alors que de nombreuses questions traitent des intérêts des acteurs économiques (l'agrochimie et l'agroindustrie) qui souhaitent un cadre moins restrictif, l'ONG dénonce le fait que sur 25 questions, une seule (n° 11) concerne la protection de l’environnement en général, et des pollinisateurs en particulier. 

Toutefois, POLLINIS encourage via ses réseaux sociaux les citoyens à participer à cette consultation publique : « Il faut exploiter cet espace, même exigu, ouvert à la participation citoyenne pour rappeler aux institutions européennes que les citoyens sont vigilants et ne veulent plus voir de produits hautement toxiques pour les pollinisateurs et l’environnement déversés dans les champs », estime Nicolas Laarman, délégué général de POLLINIS, dont la pétition pour l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles, les néonicotinoïdes, a récolté plus de 1,2 million de signatures.
 
POLLINIS met à la disposition du public le questionnaire rempli par ses soins ainsi que ses recommandations pour une réforme efficace de la législation sur les pesticides (téléchargées et téléchargeables à la question n° 25).
 
ð Lien vers notre guide de réponse et le questionnaire : http://www.pollinis.org/consultation-publique-et-reforme-de-la-legislation-europeenne-sur-les-pesticides-et-les-residus-de-pesticides/
ð Lien vers nos recommandations :
http://www.pollinis.org/wp-content/uploads/2018/02/Reco-POLLINIS-consultation-publique-PPP-VF.pdf

EMBALLÉS PAR LE VRAC !

Créé le : 09/02/2018
Crédit : Pixabay

Consommer en vrac séduit de plus en plus les Français. À la clé : chasse au gaspi, des achats au gramme près, donc un budget maîtrisé, et un geste pour l’environnement. Mais l’offre est vaste. Alors comment s’y retrouver. Sans Transition ! explore cette forte tendance de consommation.

Par Virginie Guéné

LA DYNAMIQUE VRAC

Manger mieux, réduire le gaspillage alimentaire, redynamiser la production de proximité, la promesse du vrac est alléchante. À l’heure où les villes se mobilisent de plus en plus pour le zéro déchet, le fait d’alléger ses poubelles séduit les citoyens. Les épiceries vrac fleurissent un peu partout sur les territoires.


« On a demandé à nos fournisseurs de développer de plus en plus le vrac solide, comme liquide », explique Marc Morelle, directeur des magasins La Gambille à St Brieuc et Plérin (22) et administrateur national Biocoop. © L’Oeil de Paco / Biocoop

Depuis le mois de novembre, un camion baptisé Archivrac parcourt les routes de Corrèze, de Dordogne et du Lot. Au volant, Camille Castanier promène sa petite épicerie itinérante pour vendre des...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[DOSSIER] - C’EST L’ALU !

Créé le : 08/02/2018
© F. Delotte

Nous n’avons jamais été autant entourés d’aluminium. Sa présence dans de nombreux vaccins relance le débat sur sa prétendue nocivité pour la santé. Mais qu’en est-il de sa toxicité réelle ? Et comment l’éviter ? Sans Transition ! fait le point sur l’alu.

Par François Delotte

GARE À L’ALU !

Nous nous en appliquons sur les aisselles. Nous en utilisons pour cuisiner et nous en avalons même régulièrement. L’aluminium est un allié pratique de notre quotidien. Mais plusieurs travaux scientifiques tendent à montrer qu’il n’est pas inoffensif. Et qu’il pourrait notamment être impliqué dans le développement de cancers du sein.

L’aluminium est ubiquitaire. Une jolie formule pour dire que l’on trouve des traces de ce métal quasiment partout. « Il s’agit du troisième composant de l’écorce terrestre, après l’oxygène et le silicium », indique Olivier Guillard, biologiste à l’Université de Poitiers qui a beaucoup travaillé sur cet élément. Apprécié pour sa légèreté, sa résistance, ses pouvoirs isolants, on le retrouve dans les contenants alimentaires, dans certains cosmétiques, dans les automobiles, les objets électroniques (tablettes, ordinateurs…), ou encore dans certains composants d’avions. « Contrairement à des métaux comme le zinc ou le fer...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[INTERVIEW SONORE] – Nicole Briend : « Le politique doit reprendre la main sur la finance »

Créé le : 05/02/2018

Nicole Briend comparait mardi 6 février devant le tribunal de Carpentras (84) pour avoir  « réquisitionné » des chaises dans une agence BNP Paribas. L'action visait à dénoncer l'évasion fiscale. En réaction, Attac organise de son côté « le procès de l'évasion fiscale », à Carpentras, les 5 et 6 février. C'est dans ce cadre que nous avons rencontré Nicole Briend, qui revient sur la nécessité d'organiser une « mobilisation citoyenne », pour ramener l'argent des multinationales dans les caisses publiques. 

 

Pages

Partager