Tous les articles

[ COMMUNIQUÉ ] - Réaction du WWF France sur les conclusions du débat national par le président de la République : à quand les décisions pour la transition ?

Créé le : 26/04/2019

La réponse du président de la République au grand débat national, qu’il avait lui-même lancé en janvier suite à la crise des gilets jaunes, était attendue depuis plusieurs semaines. Le WWF France espérait des annonces fortes pour une transition écologique juste, qui réponde aux mobilisations sans précédent de millions de Français et aux propositions formulées lors des débats. Après le discours du président de la République, le WWF France est déçu.

Le président de la République a déclaré vouloir mettre le climat au cœur du projet national et européen soulignant que l’état d’urgence climatique est là.

À état d’urgence, mesures d’urgence ? Malheureusement non.

Pour le WWF France, le président n’a pas saisi l’opportunité qui se présentait à lui pour répondre à cette urgence. Au contraire, il a renvoyé les réponses à la création de nouvelles instances, comme un nouveau Conseil de Défense écologique aux contours et prérogatives encore flous, et à l’échelle européenne où sa capacité à convaincre ses homologues dépend justement des décisions prises en France.

Le président de la République a annoncé un transfert de responsabilités aux collectivités pour le logement, les transports ou la transition écologique. Le WWF France salue l’orientation visant à connecter davantage les politiques publiques aux territoires et au quotidien des Français, mais regrette qu’aucune garantie n’ait été apportée sur les moyens financiers et humains supplémentaires pour ce faire.

Concernant la convention de citoyens tirés au sort, le WWF France suivra avec attention son travail. Les solutions sont aussi nombreuses, connues que partagées pour mettre en place une transition écologique juste et solidaire. Et les citoyens ont d’ores et déjà exprimé leurs attentes dans le cadre de débats publics, comme sur la transition énergétique ou sur le rejet de Montagne d’Or. Il est temps qu’ils soient entendus !

À l’urgence climatique, le président de la République aurait dû lier les autres urgences environnementales comme celle du déclin sans précédent de la biodiversité. Le WWF France regrette qu’il n’ait rien annoncé sur la nature ou la biodiversité alors même que le rapport de l’IPBES (la plateforme scientifique mondiale sur la biodiversité) qui sera présenté le 6 mai prochain à Paris devrait confirmer la dégradation catastrophique de la nature qui nous fait vivre.

Plus d'infos.

 

[TRANSITION] Rennes signe le Pacte finance climat

Créé le : 05/04/2019

Lors du conseil de Rennes Métropole, les élus locaux ont voté en faveur du Pacte financier pour la climat, projet porté par l'économiste Pierre Larrouturou et le climatologue Jean Jouzel, qui était lui-même présent lors de l'assemblée. Ce véritable "plan Marshall" pour le climat devra être a minima de 1000 milliards d'euros, montant estimé par la Cour des comptes européennes comme étant celui nécessaire pour réussir la transition énergétique dans l'Union.

1000 milliards, voilà ce qu'exige la transition énergétique, selon la Cours européenne des comptes. Cette somme a été formalisée dans un "Pacte finance climat", qui a été signé à Rennes Métropole, jeudi 4 avril, lors du conseil. Le climatologue Jean Jouzel a pris la parole devant les maires et les conseillers municipaux de Rennes Métropole, afin de les convaincre du bien fondé de ce pacte, déjà signé par Bordeaux Métropole, Métropole Nice Cote d'Azur ou encore la communauté de communes de la Roche aux Fées.

"Une récompense du travail engagé"

"Le Collectif35 pour un Pacte finance-Climat européen est très très heureux de cette signature qui récompense le travail engagé. Cette signature de la grande métropole vient s'ajouter à celles des députés, des sénateurs, de l'eurodéputée et des grandes associations qui au delà de leurs spécificités soutiennent ce projet à promouvoir plus encore à l'occasion des élections européennes", précise Jacques Pinchard, référent Bretagne du Pacte finance climat, dans un communiqué.

[FESTIVAL PHOTO] La Gacilly se tourne vers l'est

Créé le : 01/04/2019

La 16e édition du festival de photographie La Gacilly va avoir lieu du 1er juin au 30 septembre, dans le Morbihan, dans la commune du même nom. Avec le thème "A l'est, du nouveau", le festival s'intéresse cette année aux artistes de l'ex-URSS et ses satellites, d'hier et d'aujourd'hui. Avec toujours ce fil conducteur de l'engagement et des choix militants.

Pour cette 16e édition du festival photo La Gacilly, dans la commune du même nom dans le Morbihan, les photographes de l'est, de l'ex-URSS et ses satellites, sont mis à l'honneur. On pourra admirer les images du chimiste Sergey Prokudin-Gorsky, qui a illustré la Russie tsaristes de 1915 avec des clichés en couleur. Un précurseur en la matière. On pourra aussi voir les images de l'initiateur du constructivisme, Alexander Rodchenko, ou encore celles de Josef Koudelka, qui immortalisa l'entrée des chars russes dans la ville de Prague en 1968.

Le tourisme climatique immortalisé

Les photographes actuels sont bien sûr loin d'être oubliés : Yuri Kozyrev et Kadir van Lohuizen, lauréats du dernier Prix Carmignac du Photojournalisme, ont sillonné durant six mois les nouvelles frontières de l’Arctique, soumis au réchauffement climatique. Marco Zorzanello, vainqueur en 2018 du Prix Fondation Yves Rocher, remis à Visa pour l'Image, a photographié avec ironie les "touristes climatiques". Valerio Vincenzo, a mené depuis plus de dix ans un travail sur les frontières européennes.

Toutes ces oeuvres sont exposées du 1er au 30 septembre 2019 dans des espaces publics de La Gacilly, en extérieur, à l'exception de celle d'Alexander Rodchenko, qui se trouvera dans la Maison de la photographie. Le festival est donc entièrement gratuit.


Du 1er juin au 30 septembre 2019, La Gacilly. Gratuit.

Plus d'infos : /www.festivalphoto-lagacilly.com

[REPORTAGE] Lutte biologique : les insectes alliés des agriculteurs

Créé le : 01/04/2019

La chercheuse Emma Jeavons dans un champs de La Gacilly (Morbihan).

Par Nicolas Troadec

Peu à peu, les pesticides de synthèse, dangereux pour l’homme et l’environnement, sont interdits par le législateur. Dans le laboratoire Ecobio de l’Université Rennes 1, des chercheurs travaillent à des alternatives naturelles. L’idée n’est plus de dompter la nature, mais de trouver la bonne formule pour s’en faire un allié précieux, afin de lutter contre les ravageurs de culture.

Dans un champ cultivé en bio à La Gacilly, dans le Morbihan, une lutte sans merci se joue entre les insectes. Des parasitoïdes2 (certaines guêpes, abeilles et fourmis) viennent pondre leurs œufs dans le corps des pucerons, alors transformés en cocons. Ce sont ces petites billes que la doctorante en écologie Emma Jeavons traque, le nez dans ce champ mélangeant de la féverole, du pois et du triticale, un hybride entre le seigle et le blé. Le décompte terminé, elle tire une première conclusion : « Les pucerons sont arrivés plus tardivement dans le champ qui mélange les cultures, par rapport à celui cultivé uniquement avec des céréales. » Les insectes, véritables ravageurs de cultures vecteurs de maladies, ont pour habitude de se fixer sur les céréales. Or, lorsque celles-ci sont associées à une autre plante, en l’occurrence ici des légumineuses comme la féverole et le pois, « ils mettent plus de temps à détecter le champ et à s’y installer ». Pour autant, les observations d’Ecobio n’ont pas encore permis de démontrer qu’il y a moins de parasitisme dans les champs mixtes que dans les monocultures. « ...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

ROB HOPKINS, "La transition, une vision positive de l'avenir"

Créé le : 28/03/2019

Interview réalisée par Sans transition !, en mai 2016

L’enseignant en permaculture Rob hopkins est  le  fondateur  du  vaste  réseau  international  qui  dessine  le  mouvement  de  la  Transition. Né en 2006 en Grande-Bretagne dans  la  ville  de  Totnes,  ce  mouvement  a  été  initié  un  an  auparavant  à  Kinsale  en  Irlande par Rob Hopkins et ses étudiants. Aujourd’hui, on compte plus de 2000 initiatives  de  Transition  dans  44  pays,  dont  150 en France. Rencontre avec celui qui a impulsé cette dynamique vertueuse.

Il sera en tournée exceptionnelle en France, du 14 au 19 avril prochain !

Rob  Hopkins,  pouvez-vous  nous  expliquer  comment a germé ce projet à l’origine d’un tel mouvement d’ampleur dont vous êtes l’initiateur ? Quel a été l’élément déclencheur de la transition ?

En  2004,  j’ai  vu  un  film  qui  traitait  du  sujet  de  la  fin  de  l’âge  du  pétrole  et  de  ce  que  cela  impliquait.  Je  n’y   avais   jamais   vraiment   pensé   auparavant   aussi   consciemment  même  si  je  lisais  énormément  de  choses  sur le changement du climat. J’étais à l’époque professeur de design en permaculture et de design environnemental, je le suis toujours d’ailleurs, et je me rappelle m’être fait la  réflexion  suivante  :  «  l’échelle  du  défi  est  tellement  énorme et nous sommes si petits. comment mesurons-nous ce que nous faisons ? » Je me suis dit que la réponse était peut être de travailler tous ensemble et de faire quelque chose de positif, en restant concentrés sur les solutions et  non  sur  les  problèmes.  Cette  approche  rentrait  dans  le champ des nouvelles technologies sociales. C’était une idée  ambitieuse  qui  a  donné  naissance  au  mouvement  Transition.

Qu’est-ce qui définit concrètement la transition ? En quoi cela consiste-t-il ?

La  transition  est  basée  sur  de  simples  outils,  des  expériences  qui  permettent  que  nous  nous  mettions  en  marche  pour  nous  réveiller.  Il  s’agit  de  cultiver  un  réseau  d’apprentissage  au  sein  de  communautés  en  phase  de  création.  Et  on  le  voit  bien  avec  le  réseau  constitué  de  plus  de  quarante  pays,  c’est  un  puzzle  qui   peut   être   dupliqué   partout.   Ce   concept   peut   inspirer dans le travail, et à tous les niveaux dans nos communautés. Car notre approche n’est pas basée sur du lobbying ou quelque chose de ce genre. Le mouvement est d’ailleurs apolitique. Il s’agit plutôt d’un mouvement alternatif  basé  sur  une  vision  positive  de  l’avenir.  Car  nous portons un regard différent sur les crises, que nous voyons comme des occasions incroyables pour changer radicalement nos sociétés actuelles.

Effectivement, cette originalité de pensée semble à  la  source  du  succès  que  connaît  votre  mouvement.  Vous  vous  inspirez  d’ailleurs  de  théories  psychologiques comme la résilience, n’est-ce pas ?

Oui,   la   résilience   écologique   est   la   capacité   d’un   écosystème, d’un environnement, d’une espèce mais aussi d’une  population,  à  rebondir  après  des  perturbations  en  vue  de  retrouver  un  équilibre  dynamique.  Transition  invoque  la  résilience  pour  faire  face  au  double  défi  que  représentent  le  pic  pétrolier  et  le  dérèglement  climatique.   Nous   nous   sommes   aussi   inspirés   des   approches psychologiques. Elles traitent des dépendances toxicologiques,  pour  tenter  d’apporter  une  réponse  face  au  manque  d’espoir  consécutif  à  la  prise  de  conscience  de  notre  dépendance  au  pétrole.  Dans  ce  sens,  nous  incitons les villes en transition à l’éveil des consciences, grâce à une sensibilisation positive. Ceci dédramatise les mutations à venir en valorisant, autant que possible, les petites  victoires.  Cela  fournit  la  motivation  nécessaire  pour s’engager dans un profond processus de changement. Il se fait beaucoup au travers de conférences, de débats ou  de  projections  de  films.  Ensuite  sont  constitués  des  groupes  de  travail  à  partir  desquels  sont  rédigés  des  plans  d’action  de  décroissance  énergétique,  en  lien  avec  l’alimentation,  les  déchets,  l’énergie,  l’éducation,  la  jeunesse...  La  permaculture  influence  beaucoup  les  actions. Mais il n’y a pas de réponse toute faite. Chaque groupe de travail doit trouver ses propres solutions.

D’ailleurs,  pouvez-vous  également  nous  rappeler  ce qu’est la permaculture ?

C’est  une  base  philosophique  qui  prend  pour  modèle  le  mode  de  fonctionnement  naturel  des  écosystèmes. Il n’y  a  pas  meilleur  modèle  pour  réduire  la  consommation  d’énergie   fossile,   reconstruire   une   économie   locale   vigoureuse  et  soutenable.  L’objectif  est  de  retrouver  un  bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l’être et acquérir les qualifications nécessaires.

N’est-ce pas difficile, voire contradictoire, d’avoir un  projet  sur  du  local  et  de  devoir  voyager  partout  pour  le  mouvement  devenu  désormais  international ?

C’est  vrai,  l’un  des  aspects  vraiment  étonnant  avec  Transition,  c’est  que  le  mouvement  s’est  répandu  dans  44  pays  très  rapidement.  Et  c’est  en  utilisant  l’Internet,  l’auto-organisation des réseaux, la vidéo, les conférences, etc, que je reste en lien avec les acteurs du mouvement... Je   visite   certains   endroits   bien   sûr   mais   j’y   vais   principalement  en  train  et  j’utilise  très  rarement  l’avion.  Il y a le projet Transition aux Philippines, ou dans d’autres pays de ce type, mais je n’ai pas besoin d’aller visiter ces contrées, ce sont les populations locales qui décident de ce qu’elles veulent mettre en place. Elles n’ont pas besoin de ma présence sur place.

Quel  regard  portez-vous  sur  la  france  et  sur  le  développement  durable  dans  notre  pays  ? Ne  sommes-nous pas à la traîne ?
En France, Transition a commencé plus lentement que dans d’autres  pays.  Il  faut  dire  que  culturellement,  l’idée  de  changement est organisée par le gouvernement. L’idée qu’il puisse  venir  directement  des  gens  a  plus  de  difficultés  à  prendre corps. D’autre part, peut être que les Français ont besoin de regarder le projet et d’y penser plus longtemps que  d’autres  pays.  Mais  quand  je  viens  parfois  en  France,  je  constate  qu’il  y  a  beaucoup  de  groupes  Transition  et  qu’un réseau national français se met en place. Je suis très optimiste quand je vois que des racines du projet s’installent dans le contexte français, c’est très excitant à voir naître. Je  crois  même  que  le  nouveau  livre  de  Transition  va  être  traduit en français pour une sortie prochaine.

Pouvez-vous nous citer un exemple d’une action qui a bien fonctionné en france ?
Je sais par exemple qu’à Rennes, l’association Jardins (ou)Verts  a  été  créée  afin  de  sensibiliser  les  habitants  de  la  ville à la protection de leur environnement et à la création de lien social entre  voisins. Un réseau d’acteurs a vu le jour au travers de jardins partagés répartis sur le territoire rennais. Un premier jardin est sorti de terre au printemps 2014. Et cette association a beaucoup d’autres projets très intéressants.

Qu’aimez-vous  faire  parallèlement  à  votre  projet  ? Quelles sont vos passions dans la vie au-delà de ces questions?
Je  pense  que  l’une  de  mes  passions  est  ma  famille.  J’ai  quatre  garçons  qui, je pense, sont l’une des principales raisons pour lesquelles je fais tout ça.  Les  gens  parlent  de  plusieurs  générations  futures.  J’ai  rencontré  la  première et je suppose que la seconde n’est pas très loin et que tout a un sens. Ce qui me pousse à faire Transition ? C’est l’immense plaisir d’aller à des endroits qui font partie du projet, et d’entendre les histoires des gens, d’écouter leurs témoignages et à quel point ils se sentent en mesure d’agir, de rompre leur dépendance à la surconsommation et à ses dérives.  Les  gens  me  disent  :  «  j’ai  vécu  à  cet  endroit  pendant  plus  de  vingt  ans  et  les  deux  dernières  années  où  j’ai  participé  au  mouvement  m’ont  permis  de  mieux  connaître  ce  lieu,  de  me  sentir  connecté  et  de  connaître  tout le monde. c’est fantastique. et je commence à voir le changement s’effectuer ». À l’endroit même où j’habite, je peux marcher dans la rue et je peux voir les choses qui ont changé depuis le moment où nous avons commencé. C’est très addictif et excitant. Voilà ma passion !

 

> Infos supplémentaires

[ ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ] - Le Labo de l'ESS s’engage aux côtés de Nicolas Hulot & Laurent Berger.

Créé le : 27/03/2019

Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

L’heure n’est plus aux grands discours mais aux actes concrets. Il ne s’agit plus d’amorcer mais bel et bien de s’employer à transformer collectivement notre société vers un modèle qui allie de concert justice sociale et transition écologique. C’est pourquoi le Labo de l’ESS répond à l’appel de Nicolas Hulot, Laurent Berger et 19 organisations de la société civile en signant le « Pacte pour donner à chacun le pouvoir de vivre ».

Depuis sa création, tous les sujets traités par le Labo de l’ESS, que ce soient les circuits-courts, les nouvelles formes d’emploi, les pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), la transition énergétique etc. se sont nourris d’initiatives transformatrices et innovantes qui démontrent la pertinence de tendre vers des systèmes territoriaux résilients, vecteurs de développement économique, social et protecteurs de l’environnement.

Le Labo se retrouve ainsi particulièrement dans le programme du « Pacte du pouvoir de vivre » qui fait primer le social et l’écologique sur le politique et l’économique et s’engage ainsi aux côtés des nombreuses organisations signataires pour faire vivre collectivement ce projet de société.

Les 17 mesures liées à « l’exigence de solidarité et de justice sociale au cœur de l’économie » résonnent particulièrement avec la vision du Labo. En tête parmi ces mesures : le soutien à l’économie sociale et solidaire en France et en Europe, indispensable pour réussir la transition écologique et sociale.

Les 11 propositions pour « Réconcilier transition écologique et justice sociale pour construire un avenir partagé » sont un volet important pour le Labo, qui porte depuis longtemps des mesures sur la transition énergétique citoyenne mais aussi sur l’importance de faire vivre des synergies sociales et environnementales au sein des territoires.

Enfin, le Labo est défenseur d’une démocratie participative au sein des entreprises comme dans les instances politiques et se retrouve ainsi dans les 12 demandes de ce Pacte consacrées à la démocratie « Partager le pouvoir pour mieux agir » dont la présence de salariés dans les conseils d’administration à hauteur de la moitié des sièges.

« L’économie sociale et solidaire est porteuse de solutions concrètes et durables pour et par les territoires, l’inclusion sociale et l’environnement. Il est donc primordial qu’elle soit mise au cœur des transformations sociales et environnementales nécessaires à la transition. C’est pour cela que le Labo de l’ESS souhaite aujourd’hui s’impliquer aux côtés d’autres acteurs de la transition. L’urgence est là, agissons collectivement pour un avenir qui offre à chacun.e le pouvoir de vivre ! » déclare Hugues Sibille, Président du Labo de l’ESS.

> Plus d'infos.

Pages

Partager