Tous les articles

Lorient marche contre Monsanto

Créé le : 23/05/2016

Alors que l’Europe est en train de se décider sur le glyphosate, le collectif « Lorient marche contre Monsanto » essaie de faire entendre sa voix. Le 23 Mai à Lorient 14h place du grand Théâtre, il propose une marche pour lutter contre le leader des pesticides. 

Le collectif «Lorient marche contre Monsanto » s'est formé autour de Lorient afin de promouvoir à sa manière une agriculture relocalisée et douce.

Il se propose de regrouper toutes les associations soutenant ou ayant envie de se joindre à cette gigantesque marche contre les multinationales des OGM et des pesticides toxiques qui se déroulera dans une cinquantaine de pays ce 23 mai : « Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le nôtre ! »

Ville aux cinq ports, Lorient est devenue l’une des trois plaques tournantes de l’importation de tourteaux de soja au Round-up avec ses 660.000 tonnes en transit. Provenant du continent américain, cet aliment-poison est blanchi sous l’appellation « Soja conventionnel » pour être ensuite consommé par le bétail local."

Ce sont ces viandes, ces œufs et ce lait que nous retrouvons au quotidien dans toute l’alimentation, quelque soit le label. A l’exception des produits dits « bio », et heureusement de quelques produits locaux de producteurs plus éthique.

Plusieurs actions de neutralisation de ces produits toxiques et cancérigènes ont déjà été conduites par les Faucheurs Volontaires en 2013 et 2015 dans les silos de Kergroise. Cette fois, c’est une grande promenade festive qui nous est proposée.

En partageant cette grande marche contre Monsanto, nous aurons l’occasion de voir, revoir et faire voir les silos et hangars de concentré de glyphosate qui nous empoisonne l’eau et la nourriture."

La Marche
Moment : 23 mai 2015 à 14h
Lieu de rendez-vous : En face du Grand Théâtre, Place Jules Ferry à Lorient
Projet de parcours : Du centre ville au port de pêche devant les entrepôts de soja avenue de Kergroise et retour place du grand Théâtre pour prise de paroles et moment convivial buvette responsable et bonne musique... 

Action brin de laine: Les marcheurs sont invités à nouer sur les grillages des entrepôts des brins de laine, tissus ou raphia pour laisser une trace de cette marche et la persistance de notre refus de ce soja souillé dans notre alimentation...

Les musiciens, jongleurs, théâtreux, clowns,  sorcières et autres artistes chanteur sont les bien venus pour que ce moment soit aussi un échange d'émotion et libère la force qui permettra de résister durablement aux empoisonneurs et destructeurs de vie.  

Plus d’infos :

www.combat-monsanto.org

Zeste : « un circuit court de financement participatif » !

Créé le : 19/05/2016

La Nef est une coopérative de finance éthique orientée vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle. Elle lance aujourd’hui Zeste, une plateforme de finance participative sous forme de dons. Jean-Philippe Gönenç accompagne les porteurs de projet à travailler sur la stratégie de communication avant leur mise en ligne. Entretien à l’occasion de l’assemblée générale de la Nef à Toulouse le 21 mai. 

Pourquoi est-ce que la Nef s’est-elle dotée d’un site participatif ? N’avez-vous pas peur de vous faire concurrence ?

La finance participative s’inscrit dans l’ADN de la Nef depuis 1978. Zeste poursuite cet engagement. Malheureusement, le don ne répond pas à tous les besoins financiers. Sous la forme d’un crédit, la Nef peut affecter l’argent dans des projets éthiques et durables qui ont du mal à récolter des fonds sur Zeste. On peut choisir où va l’argent, vers qui ou vers quel projet, particulier ou non. Il s’agit donc d’une complémentarité à la Nef. Certains projets ont reçu de l’aide des deux. C’est le cas de l’île aux papilles, un restaurant de cuisine locale sur l’île d’Oléron. À terme, on pourra avoir plusieurs formes de financement participatif complémentaires.  

Pourquoi aller sur Zeste et pas un autre ?

L’idée était de répondre à une demande de nos propres sociétaires. On n’a pas trouvé une plateforme aussi exigeante dans ses critères. Forte d’une expérience de 30 ans dans le domaine, la Nef a donc créé Zeste. Pour les campagnes, nous conseillons le porteur de projet. On s’appuie sur des techniques que l’on connaît, le bouche à oreille ou la participation à des actions locales. La Nef est un circuit court de financement participatif, digitalisé avec Zeste. Nous connaissons déjà cet environnement, les porteurs de projet n’ont pas besoin de les expliquer. Par exemple, l’association Néga-Watt est un groupe d’énergéticiens bénévoles sur la transition. Elle a dû faire appel à Zeste pour rester indépendante, sans avoir besoin de se présenter puisque nous le connaissions déjà. Nous avons créé ensemble des paliers par souci de transparence, pour montrer l’utilisation de cet argent. A ce stade, une cinquantaine de projets ont été financés à hauteur de 3 000 à 180 000 € chacun.

Pensez-vous que cela va avoir un grand impact sur l’économie sociale et solidaire ?  

On a de l’espoir, mais on ne cherche pas à faire du chiffre. On préfère soutenir une cinquantaine de projets par an, mais le faire bien. On considère la cohérence du projet et du porteur. Ils ne connaissent pas nécessairement bien les nouvelles technologies. La Nef leur donne les moyens de découvrir un nouveau canal de financement. On ne sait pas si on va révolutionner le financement participatif. Mais on est persuadé d’avoir un rôle important à jouer.  

 

Plus d’info sur :

www.zeste.coop

www.lanef.com

 

 

Le salon Coventis ouvre ses portes

Créé le : 18/05/2016

Les 19 et 20 mai 2016, le salon des affaires socialement responsables prendra place au Montpellier Corum. 

Pour cette sixième édition, le salon Coventis accueillera près de 120 entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire. Ce rendez-vous régional a pour vocation à faire se rencontrer les acteurs de l'ESS, et développer des synergies et de l'activité. Près de 1000 personnes sont attendues durant ces deux jours. Pour information en région Midi-Pyrénées, l'économie sociale et solidaire représente 16% des emplois privés et 5,2 milliards d'euros de salaire brut. La revue Sans Transition ! sera aussi présente sur le stand de notre partenaire, la fondation MACIF. N’hésitez pas à venir nombreux.

 

Plus d’infos sur :

www.coventis.org

Des carburants pas si bio...

Créé le : 12/05/2016
© Pixabay

Les biocarburants émettraient plus de gaz à effet de serre (GES), que les combustibles fossiles (essence et diesel). C'est ce que révèle l'étude de l'ONG européenne Transport et Environnement (T&E), publiée le 25 avril. La Commission européenne a commandé cette étude en mars dernier. 

Les émissions liées aux biocarburants sont parfois considérées comme plus faibles que celles des carburants classiques. Pourtant, cette alternative au pétrole est devenue particulièrement controversée. La raison : elle engendre des effets néfastes, tels que la déforestation, la disparition des cultures vivrières ou encore le rejet important d'émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, l'étude britannique de Transport et Environnement révèle l'impact prospectif des biocarburants, d'ici 2020. Du moins, si l'on continue sur les bases actuelles... Ainsi, ces derniers émettraient alors 3,5 % de GES en plus que l'essence. Pas de quoi y voir des carburants bio... 
Mais depuis 2004, l'UE a d'ores et déjà freiné le développement de ces biocarburants, devenus agrocarburants. Leur part ne s'élève plus qu'à 7 % dans les transports, contre 10 % auparavant. L'ouvrage choc de Fabrice Nicolino (La Faim, la bagnole, le blé et nous, sorti en 2007 chez Fayard), avait également jeté un pavé dans la mare, en dénonçant les méfaits écologiques des agrocarburants, ainsi que leur impact humanitaire. 
Jos Dings, directeur de T & E, estime que le plafonnement actuel des agrocarburants devrait même, compte tenu de leur impact, être abaissé à zéro d'ici 2020. Par ailleurs, il explique que l'huile végétale pour le biodiesel est produite sur des zones de cultures alimentaires. Ainsi, cette production augmenterait le prix de nos denrées alimentaires. De plus, si cette production passe par l'extension de surfaces déjà cultivées, la déforestation serait aggravée. Selon plusieurs ONG, les conditions de vie des populations sur les terres utilisées et la biodiversité seraient alors en péril. En somme, les carburants bio ne sont pas encore d'actualité...

 

Plus d'infos :

http://mobile.lemonde.fr/energies/article/2016/04/28/les-biocarburants-e...

http://fabrice-nicolino.com/ 

 

Nuit Debout Rennes: « C’est une expérience »

Créé le : 11/05/2016

Ce week-end de Pentecôte a été riche en manifestation dans toute la France. Mais Rennes est devenu l'épicentre des contestations contre le gourvernement. Ces actions sont en partie dues au mouvement Nuit Debout. Rencontre avec Charles, l'un des animateurs de la "gazette debout" à Rennes, Les Noctambules

Pouvez-vous décrire votre mouvement ?

Ce n’est pas « notre » mouvement, mais celui de tous. Il a commencé le 5 avril à Rennes. Nuit Debout, c’est sortir du système pour en expérimenter un autre. Les plus grands moments, 3500 personnes se retrouvent sur la place du Peuple et au mail François Mitterrand. Il y a certaines commissions importantes, fixes et durables : sur le travail et l’agriculture tous les mercredi soirs, et pleins de petits projets qui fleurissent : actions,  manifestations ou occupations de lieux comme la Maison du peuple. 

Comment s’organise une Nuit Debout à Rennes ?

Les Assemblées Générales prennent place chaque mercredi et samedi, avec souvent des projections de films ou de documentaires. Il y a aussi une commission démocratie. Il faut vraiment distinguer les commissions et les actions. Des actions non-violentes. Les participants des commissions réfléchissent et discutent sur certains sujets. Elles fixent elles-mêmes leurs horaires de réunion et présentent leurs travaux et propositions, qui sont alors discutés et votés par l’Assemblée Générale. Les actions y sont aussi proposées. Il y a toujours un esprit démocratique. On accepte tout le monde.

Quelles sont ces actions concrètement ?

Outre l’occupation de la Maison du peuple, on projette des films pendant les rassemblements. Nous préparons aussi des distributions de tracts sur le chantier du centre des congrès. Autre exemple : la création d’une gazette et d’un bulletin pour communiquer et informer les gens. Les hiérarchies sont aplanies, on peut objecter à toutes les décisions. Les Noctambules, gazette papier de Nuit Debout à Rennes, est issu du bénévolat. Tout le monde, à travers la France, peut y participer. C’est une expérience, on n’a pas voulu répéter les mêmes erreurs des médias traditionnels. Nous cherchons un modèle économique stable, en proposant une ligne éditoriale désintéressée. 

Plus d’infos sur :

www.facebook.com/Nuit-debout-Rennes-1718425701733962/

www.twitter.com/rennesdebout

www.wiki.nuitdebout.fr/wiki/Villes/Rennes

Bulletin n°0 : www.issuu.com/nuitdeboutrennes/docs/bulletin-n0/1?e=24834767/35483066

Fêtons la nature !

Créé le : 09/05/2016
Crédits photos: Pixabay CC0 Public Domain Pezibear

C'est la fête de la nature,partout en France, du 18 au 22 mai 2016. Pour sa 10ème édition, l'événement met à l'honneur les "Passionnés par nature", celles et ceux qui oeuvrent au quotidien pour les milieux naturels. 

Au programme lors de cette édition  : plus de 5000 animations gratuites, ouvertes à tous, pour se laisser surprendre par les millieux naturels près de chez soi. Chaque année, l'événement rassemble près de 800 000 participants sur tout le territoire français dans les villes, à la campagne comme dans les secteurs protégés.   Découvertes exceptionnelles d'espaces habituellement fermés au public, jeux de piste, chasses au trésor, visites de réserves naturelles, randonnées, pique-niques nature sotn autant d'activités proposées par les organisateurs. 

De quoi découvrir ou redécouvrir des richesses naturelles extraordinaires, souvent insoupçonnées et renouer avec notre environnement ! Pour apprendre, comprendre ou tout simplement jouer et s’émerveiller.

Le thèmede  cette  année ? « Passionnés par nature ». Pour son 10ème anniversaire, la Fête de la Nature met à l’honneur les hommes et les femmes qui œuvrent pour la nature au quotidien. L’occasion pour le public de découvrir le quotidien des acteurs de la nature, des métiers méconnus et pourquoi pas faire naître des vocations !

Découvrez le programme ! Celui-ci sera régulièrement mis à jour avec les dernières manifestations proposées. 

 

Plus d'infos: 

www.fetedelanature.com/recherche-de-manifestation

 

Ce que Sans Transition vous conseille pour la Fête de la Nature :

PACA :

En Provence-Côte d’Azur, à Sérignan-du-Comtat, le Naturoptère ouvre ces portes pour deux jours. Exceptionnellement pour la Fête de la Nature, le samedi 21 et le dimanche 22 mai, ce musée des plantes et des insectes sera ouvert gratuitement pour toute la famille. Des animations sont prévues pour l’occasion.

Plus d’informations sur :

www.naturoptere.fr/accueil-1-0-0

www.fetedelanature.com/espace-acteurs/le-naturoptare/le-naturoptere-ouvert-gratuitement

 

Occitanie :

Dans la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées se trouve la 5ème édition du Festival Rebrousse-Poil. A Montlaur, dans l’Aude, du 20 au 22 mai, de nombreuses animations sont prévues : randonnées, conférence et projections sont au rendez-vous pour fêter la nature qui « nous fait du bien ».

Plus d’informations sur :

www.rebroussepoil.jimdo.com

www.fetedelanature.com/espace-acteurs/nture-et-humour/la-nature-nous-fait-du-bien

 

Bretagne :

« Fêtons notre biodiverCité » à Brest le samedi 21 et le dimanche 22 mai. Toute la ville organise pour l’occasion plusieurs activités pour toute la famille, comme par exemple au Conservatoire botanique national de Brest.  

Plus d’informations sur :

www.fetedelanature.com/espace-acteurs/brest-ma-c-tropole/fetons-notre-biodivercite

 

Pages

Partager