Tous les articles

[ COMMUNIQUÉ ] Attac, « Taxe GAFA » : on continue l’enfumage

Créé le : 21/12/2018

Le sentiment d’injustice lié à l’évasion fiscale massive pratiquée par les multinationales, notamment celles du numérique, ne cesse de progresser dans nos sociétés. Pourtant, si l’expression « taxe GAFA » - en référence aux géants du numérique que sont Google, Amazon, Facebook et Apple - est alléchante, l’ambition de cet impôt semble limitée, comme le montre son rendement modique estimé à 500 millions d’euros. Selon toute probabilité, la taxe devrait être portée à 3% du chiffre d’affaires des entreprises du net.

Fongicides : du petit lait pour remplacer le cuivre ?

Créé le : 20/12/2018
Crédit photo : Guilaume Bernard. Ferme du Vernou

Par Guillaume Bernard.

Ajouter du petit lait pour enlever du cuivre dans sa solution fongicide, c’est le pari écologique d’un pomiculteur bio ariégeois. Si son initiative demeure expérimentale, elle exprime néanmoins le besoin de renouveau de la filière, dans une période où l’Union européenne prévoit de réduire l’usage du cuivre.

Au milieu du verger de la ferme du Vernou, les pommes bio que ramassent patiemment Audrey Tremouroux et Amélie Astoury, pomicultrices, affichent une santé éclatante. Cette année, la récolte de la petite exploitation ariégeoise a échappé à l’une des maladies les plus redoutées par la profession : la tavelure. Alex Franc, propriétaire de l’exploitation, rayonne : « Je ne m’attendais pas à de tels résultats. »

Depuis le printemps 2016, cet ancien ingénieur agronome teste un nouveau mélange à base de petit lait pour affronter le champignon responsable de l’apparition de tâches et de crevasses sur le fruit. « Il y a deux ans, j’en avais mis sur une seule rangée et j’avais l’impression que l’expérience était fructueuse. Je l’ai donc généralisée en 2018 », explique l’agriculteur. La tavelure, capable de ruiner toute une récolte, n’aura pratiquement pas atteint ses sept hectares de pommiers. Un succès, pour un pomiculteur qui travaille en bio, tant par conviction que par nécessité.

« L’agriculture conventionnelle, ce n’était plus possible. Mon père ne pouvait plus toucher à un produit phytosanitaire. On pense qu’il a développé de grosses allergies à force d’y être exposé », témoigne l’Ariégeois. Lorsqu’Alex Franc récupère le verger familial en 2010, celui-ci est déjà cultivé en bio depuis dix ans, un choix qui n’a pourtant rien d’évident dans la filière. La pomme, fruit préféré des Français avec une consommation moyenne de 18 kg par an et par foyer, est aussi l’un des plus traités. Une étude de 2015, menée par Greenpeace, révèle qu’elles reçoivent en moyenne 35 traitements par an en agriculture conventionnelle.

Du bio dopé au cuivre

Cultiver en bio et refuser la douche de pesticides pour ses récoltes, c’est évidemment s’exposer davantage aux maladies du verger. Pour s’en prémunir, il reste néanmoins une solution aux agriculteurs bio : la bouillie bordelaise, un mélange bleuté à base de cuivre.

Or, ce métal lourd a des effets néfastes sur la croissance et le développement de la plupart des plantes. Elle a aussi un impact sur les communautés microbiennes et la faune des sols, nuisant ainsi à leur durabilité.

Un rapport de l’EFSA (Autorité européenne pour la santé alimentaire), publié en janvier 2018, soutient qu’il est également nocif pour la santé des agriculteurs, lorsqu’il est employé à haute dose. Car même s’il n’est pas classé comme cancérogène, une surexposition peut entraîner une accumulation dans les organes, des irritations oculaires… « Face à ces problèmes, je me suis mis à chercher une alternative. C’est là que des collègues qui travaillent en biodynamie m’ont parlé du petit lait », raconte Alex Franc.

Si les propriétés fongicides du lactosérum sont connues depuis longtemps, il aura fallu attendre 2009 pour qu’il soit autorisé en agriculture biologique. Et pratiquement dix ans de plus pour que l’Ariégeois tente l’expérience. « J’étais prêt à le faire, mais je n’avais pas le principal : le petit lait lui-même », raconte l’agriculteur. Avec un besoin d’environ 15 litres pour 500 litres de mélange, il lui manquait quelqu’un capable de le fournir en grande quantité.

Heureux hasard de la géographie : le précieux lactosérum encombrait justement la station d’épuration d’une laiterie bio située à une quinzaine de kilomètres de la ferme du Vernou. Alex Franc avait trouvé son fournisseur ! Grâce à lui, il a réduit par cinq son utilisation de cuivre et réussi à éloigner la tavelure, malgré un printemps très humide, propice au développement de la maladie.

Alex Franc et l'atomiseur avec lequel il répand sa solution fongicide. Crédit photo : Guillaume Bernard

Le petit lait, solution miracle ?

Cette association locale entre laitier et pomiculteur a permis à Alex Franc de devenir un précurseur dans la lutte contre la maladie dans la région. Son expérience intrigue d’ailleurs les chambres d’agriculture des départements voisins, notamment celle du Tarn-et-Garonne, plus gros verger du Sud-Ouest.

« Le lactosérum est surtout utilisé comme fongicide en viticulture, mais pas en pomiculture. On peut supposer que ce sont les mêmes molécules qui agissent contre l’oïdium (une maladie fongique, NLDR) pour préserver les raisins et contre la tavelure pour les pommes », décrypte Jean-François Larrieu, conseiller en arboriculture fruitière à la chambre d’agriculture du Tarn-et-Garonne. L’expérience concluante d’Alex Franc n’atteste toutefois pas à elle seule des propriétés du petit lait. Car ce dernier utilise toujours un peu de cuivre. « Pour connaître son efficacité réelle contre la tavelure, il faudrait répéter l’expérience avec une solution qui en serait totalement dépourvue », précise Jean-François Larrieu.

En attendant, l’expert doute que sous un climat propice au développement du champignon, les pomiculteurs puissent se passer totalement du métal. Alex Franc le regrette : « Après le succès de cette année, j’aurais envie de ne plus en utiliser du tout... Mais c’est risquer ma récolte et je ne peux pas me le permettre. » Jean François Larrieu rappelle que, si l’efficacité du lactosérum en tant que fongicide n’est pas encore avérée, celui-ci présente au moins l’avantage de ne pas être toxique.

« L’interdiction du cuivre finira par arriver, c’est sûr »

Alex Franc, pomiculteur

Passer au zéro cuivre demeure néanmoins difficile. Dans une étude publiée en janvier 2018, l’Inra (Institut national de recherche en agronomie) recense les différentes manières de réduire son utilisation, mais concède que sa suppression totale du jour au lendemain serait très compliquée pour la filière bio. Parmi les nombreuses alternatives envisagées par le rapport, il n’est jamais fait mention du petit lait. « Nous nous sommes basés sur la littérature scientifique existante et nulle part on ne parle du lactosérum », explique Didier Andrivon, pilote scientifique de l’étude.

Le cuivre dans le viseur de l’UE

Les chercheurs pourraient pourtant être bien inspirés de tourner la tête vers la petite exploitation ariégeoise, puisque la nécessité de trouver une alternative au métal lourd se fait pressante au sein de l’Union européenne : son autorisation en agriculture prend fin le 31 janvier 2019. Son renouvellement, qui doit être voté par les États membres au cours de l’automne 2018 est, comme l’a été le glyphosate avant lui, largement sujet à débat.

« Certains pays du Nord de l’Europe sont pour une interdiction totale du cuivre en agriculture, mais après le vote de cet automne, on devrait passer d’une autorisation de 6 kg par hectare, lissé sur cinq ans, à 4 kg », pronostique Jean-François Larrieu. C’est d’ailleurs cette position qui sera défendue par le ministère de l’Agriculture français, à la Commission européenne. À l’inverse, le Danemark et les Pays-Bas ont déjà interdit l’utilisation du métal à l’intérieur de leurs frontières.

Pour notre pomiculteur ariégeois, « l’interdiction finira par arriver, c’est sûr ». En attendant, il se prépare en cultivant des variétés de pommes plus résistantes à la tavelure et ajoute du soufre à sa solution fongicide pour en améliorer l’efficacité. Le lactosérum s’avère selon lui un levier, parmi d’autres, dans la lutte contre l’utilisation du métal. Mais il reste dans l’angle mort de la recherche actuelle. Peut-être plus pour longtemps : Jean-François Larrieu évoque la possibilité de reproduire ce test au sein de sa chambre d’agriculture en 2019. Chiche ?

[RENNES] UNE MICROFABRIQUE FANTASTIQUE !

Créé le : 18/12/2018

Par Virginie Jourdan

À Rennes, un collectif d’artistes s’est lancé dans le projet de microfabrique Precious plastic. L’idée est de concevoir quatre machines, dont les plans sont librement disponibles sur internet. Imaginé par un designer néerlandais, le but de Precious plastic est de transformer ses déchets plastiques en objets utiles ou précieux.

Penché sur l’extrémité de son extrudeuse, Charly Gutierrez, 28 ans, effectue les derniers réglages. D’ici quelques minutes, un long fil de plastique recyclé sortira de cette machine et servira à fabriquer un pot de fleurs. Après avoir vérifié que la température est montée à 270 degrés, il lance le moteur, placé à l’autre bout de l’outil. Logée dans un tube métallique, la vis d’extrusion se met tout de suite en mouvement. Longue d’une cinquantaine de centimètres, c’est elle qui va pousser la pâte chaude et visqueuse obtenue, grâce à des paillettes de plastique préalablement broyées puis fondues. Cette matière première a été obtenue grâce à de vieux bacs de lave-vaisselle tirés d’une poubelle. De couleur jaune pour cette fois, le fil sort et s’enroule autour d’un cylindre que Charlie fait tourner grâce une manivelle. Le pot de fleurs prend forme.

À côté de l’extrudeuse, Quentin charge la broyeuse. Avec ses dents acérées et son moteur, c’est elle qui a transformé les bacs plastiques durs en copeaux. Ces deux machines, Quentin et Charly ne les ont pas achetées toutes faites. Partisans de la culture maker*, les deux artistes, membres du...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Thierry Burlot : « Le droit à l'eau, c'est aussi le droit au développement ! »

Créé le : 18/12/2018
T. Burlot / Crédit photo : E. Pain

Thierry Burlot, vice-président de la Bretagne en charge de l'environnement, l'eau, la biodiversité et le climat. Il est également président du comité de bassin Loire-Bretagne pour l'Agence de l'eau. A l'occasion des 20 ans du Carrefour de l'eau, qui se déroule les 30 et 31 janvier à Rennes, il revient sur les grands enjeux de la politique de l'eau en région.

 

« Toute l'eau qui coule en Bretagne, s'infiltre et se jette ici. C'est une spécificité du massif Armoricain. 80 % de l'eau en région provient des rivières et 20 % des eaux souterraines, alors qu'ailleurs en France, c'est l'inverse. De fait, si l'eau se dégrade, c'est bien l'aménagement du territoire et le développement économique de nos bassins versants qui sont en cause. Désormais, la Bretagne en a pris la mesure et met en œuvre une politique de l'eau ambitieuse. Avec la Breizh Cop, nous embarquons l'ensemble des acteurs de l'eau : associations, entreprises, agriculteurs, collectivités et citoyens !

Il y a 30 ans, nous faisions le choix d'une production agricole quantitative. Puis on s'est rendu compte que les sols n'en pouvaient plus. Les Côtes d'Armor et le Finistère étaient particulièrement touchés. Nous étions la région avec la plus mauvaise qualité de l'eau. Sous l'impulsion des associations, nous avons décidé d'engager des plans de reconquête, avec Bretagne Eau pure notamment.

Qu'en est-il aujourd'hui ?

Désormais, 40 % des masses d'eau sont conformes, contre seules 10 % il y a 30 ans !
Dans le Finistère, 80 % y sont conformes, 60 % en Côtes d'Armor. Quant aux autres départements, nous y observons une moindre pression historique : on est par exemple à 11 % des masses d'eau conformes en Ille-et-Vilaine. Les Plans algues vertes ont montré des résultats positifs. Depuis 5 ans, on a réduit en moyenne de 15 à 20 mg par litre les nitrates. Une ONG vient même de classer le Léguer « rivière sauvage ». Le Scorff doit l'être en 2019. Mais nous devons poursuivre nos efforts, comme à St Michel-en-grève, où nous avons divisé par 10 les quantités d'algues vertes ramassés l'an passé.

 

Autre problème majeur : le changement climatique. Désormais, l'eau arrive en moindre quantité sur le Massif armoricain (2 fois moins), alors que les besoins s'accroissent...

Rennes doit chercher de l'eau de plus en plus loin, parfois hors de son bassin versant. Or ans eau, pas de nouvelle population, ni d'entreprises. Et c'est aussi s'assurer de la bonne santé de tous avec une eau de qualité. Le droit à l'eau, c'est aussi le droit au développement.

 

D'où la volonté de porter une politique de l'eau intégrée et solidaire ?

Le château d'eau de la Bretagne se situe au centre, il faut le protéger, alors que le développement économique s'accroît sur le littoral. Nous devons organiser une solidarité nécessaire entre l'amont et l'aval, entre le centre Bretagne et le littoral, entre l'est à l'ouest. Et intégrée, car la politique de l'eau c'est aussi la politique agricole, la politique économique, au carrefour des politiques publiques, dans une logique de concertation.

[BRETAGNE] FIN DE L’ILLÉGALITÉ POUR L’HERBORISTERIE ?

Créé le : 13/12/2018

Par Benoît Vandestick

Dans sa parcelle de terre à Locmariaquer (Morbihan), Maëlle Guéhénec cultive et transforme des plantes aromatiques et médicinales. Pour elle, comme pour ses collègues, l’absence de reconnaissance du métier d’herboriste rend son activité difficile, entraînant lourdeurs administratives et interdiction des allégations thérapeutiques. Une législation qui pourrait changer prochainement.

Il y a deux ans, c’était une parcelle en friche. Un petit bout de terre abandonné dans la campagne de Locmariaquer (Morbihan). Le genre d’endroit que l’on ne trouve qu’en se perdant. C’est ici, cachée du monde, des lotissements et des voitures, que Maëlle Guéhennec a fait sortir de terre un jardin de plantes aromatiques et médicinales. « J’ai créé mon entreprise en février 2017 et j’ai commencé à vendre mes produits l’été qui a suivi », explique-t-elle.

Naguère styliste pour une marque de prêt-à-porter parisienne, cette maman de 38 ans affirme avoir trouvé son bonheur dans le contact avec la terre. Et ce, malgré un contexte législatif hostile : « Aujourd’hui, je me définis comme paysanne-artisane, comme je n’ai pas le droit de me dire herboriste, indique-t-elle. Mais, si demain la loi reconnaît le métier, je serai paysanne-herboriste. »

Car la loi pourrait prochainement évoluer : en septembre dernier, une mission d’information sur le développement de l’herboristerie et des plantes médicinales a été votée à l’unanimité par le Sénat. Un groupe de travail va pouvoir poursuivre la réflexion et...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

« Dix ans après Lehman Brothers, comment redonner du sens à l'économie ? », retour sur les conférences de Benoît Prévost

Créé le : 06/12/2018
L'économiste Benoît Prévost et le directeur de publication de Sans Transition !, Julien Dézecot, à la Toulouse Business School - Crédit : VE / ST

Paul Jorion a donné une conférence en compagnie de Sans Transition !, à Marseille, lundi soir dernier. Il a ensuite décidé de ne pas assurer les dates prévues à Montpellier et Marseille, mardi et mercredi soir. Benoît Prévost, maître de conférence en économie à l'Université Montpellier III a accepté de le remplacer au pied levé. Ce spécialiste des questions de développement est intervenu avec pertinence sur le sujet initialement prévu, à savoir : « Dix ans après Lehman Brothers, comment redonner du sens à l'économie ? ».

Aussi bien à Montpellier qu'à Toulouse, Benoît Prévost a rappelé que peu de choses avaient été réalisées, après 2008, pour éviter une nouvelle crise financière. Il a notamment attiré l'attention sur le risque de contagion lié à l'endettement d'une partie de la population et singulièrement des étudiants en Amérique du Nord.

Plusieurs solutions ont été évoquées pour contribuer à « ré-orienter » l'économie capitaliste : création d'établissements bancaires publics finançant la transition dans les territoires, soutien aux initiatives locales...

Un autre regard sur l'économie

Ce second volet a été développé dans le cadre des tables-ronde qui, à Montpellier comme à Toulouse, ont réunies des acteurs régionaux de l’Économie sociale et solidaire (ESS). Cette dernière a été envisagée comme une voie de transition vers une économie davantage fondée sur la coopération que sur la compétition. La question du changement d'échelle de l'ESS, aujourd'hui surtout focalisée sur le local, a aussi été évoqué. Enfin, la nécessité de « dépolluer » les esprits et de proposer un autre regard aux jeunes générations sur l'économie a été exprimée avec force par différents participants.

Retrouvez très bientôt les vidéos de l'événement sur le site internet de Sans transition !

Pages

Partager