L'Odyssée des Alternatives Ibn Battuta Les acteurs catalans de la transition se mobilisent pour la justice sociale et climatique

Créé le : 21/10/2016
Crédits : Odyssée des alternatives Ibn Battuta

Par Odyssée des Alternatives Ibn Battuta

Un important Forum citoyen s'est tenu mercredi 19 octobre à Barcelone à l'occasion du départ de la flottille de l'Odyssée des Alternatives Ibn Battuta.

 

Une centaine de personnes étaient présentes mercredi soir au Centre Civic Pati Limona de Barcelone pour participer au départ de l'Odyssée des Alternatives Ibn Battûta.

Ce grand moment d'échange sur le défi climatique et migratoire en Catalogne, en Méditerranée et au Sahel a rassemblé des actifs/ves de la Cooperativa Integral Catalana, de la Aurea Social, de NitDempeus BCN - NuitDebout Barcelona, du mouvement Alternatiba, de la Xarxa d'Economia Solidària (XES), de 350.org,  de Barcelona en Comú et du Moviment per la Justicia Climatica.


Le partage initié à Barcelone est le début d'une grande aventure. Les navires de L'Odyssée des Alternatives qui ont pris le départ hier vont relier la France, l'Italie, la Tunisie et l'Algérie avant d'arriver à Tanger le 10 novembre prochain. Les six escales sont l'occasion de fêtes des alternatives, de forums citoyens vecteurs d'espoir et d'initiatives collectives. Le Forum Barcelonais nous a permis de relier le tissu des initiatives Catalanes avec le reste des solutions émergeant en Méditerranée et au Sahel.


A ce jour, plus de cinquante-cinq organisations d'Afrique et d'Europe soutiennent et alimentent la dynamique de partage que constitue L'Odyssée des Alternatives Ibn Battuta : la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Immigration Développement Démocratie (IDD), ATTAC France, Alternatiba, La Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme, ARCI,  Altercarto-Les Mondes de la Terrel'Association Marocaine pour les Droits de l'Homme et la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique (CMJC) et beaucoup d'autres.

Les initiatives citoyennes pour la justice sociale et climatique sont en action

La crise climatique a des conséquences graves et concrètes sur les territoires du bassin méditerranéen.

Si rien n'est fait, d'ici 35 ans, 250 millions de méditerranéens seront menacés de pénurie d'eau douce. Le Forum Barcelonais a permis de constater que le « le changement climatique nous impacte tous »  selon les mots d'une participante catalane. Eric, un viticulteur de la région de Perpignan, venu pour l'occasion, précise que les désordres climatiques diminuent le rendement de la vigne. "A très court terme, nous allons manquer d'eau". Ce témoignage en a libéré de nombreux autres.


« Il est indispensable de rendre visible les solutions qui se développent partout » indique Elise Monge, l'une des organisatrices du Forum et membre de l'équipe de L'Odyssée, « cela nous ouvre des perspectives ». « Dans bien des cas, l'inaction individuelle et collective est causée par le manque d'informations sur ce qui existe en termes d'alternatives » estime-t-elle. Elle ajoute que "une fois informé, il est plus facile d'agir non seulement à une échelle individuelle, mais aussi de générer une dynamique de groupe, de se mettre en réseau, et d'agir ensemble pour changer d'échelle".


En Catalogne, les coopératives de production agricole, de consommation ou de logement, les banques du temps et les crèches associatives contribuent à la relocalisation de l'économie ; libérée de la surconsommation et des faillites. Suite à la crise financière ayant durement frappée la population ibérique et ayant impliqué l'ensemble de son système bancaire, les 237 comités locaux de la plateforme des victimes du crédit immobilier ont empêché des centaines de milliers d'expulsions et proposé une loi d'initiative populaire soutenue par de nombreuses municipalités. 


« La proposition de la Coopérative Intégrale vient de la perspective autogestionnaire » explique le musicien et activiste de la CIC, Juanito Piquete. Elle est fondée sur le « développement des outils économiques qui aident à l'autonomie en dehors des banques et des pouvoirs publics ». « C'est une forme de résistance très difficile à construire » concède-t-il. Cependant, « les pratiques existent, mettons-nous en action ». 


Selon Toni Ribas de la coalition Barcelona en Comu « Nous n'avons plus le temps, nous devons appliquer les solutions individuelles et locales qui forcent les gouvernements à agir ; former des communautés actives et exiger des politiques effectives et immédiates ».


Dans cet état d'esprit général, les acteurs que rassemblent L'Odyssée des Alternatives lancent un Appel Ensemble pour la Justice Sociale et Climatique, traduit dans cinq langues. Le texte est d'ores et déjà signé par l'ancien représentant bolivien aux Nations Unies Pablo Solon, l'animateur de la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique, par l'ancienne députée européenne et présidente honoraire d'ARCI Luciana Castellina, par le co-fondateur de la Coopérative Intégrale Catalane Enric Duran, par la présidente de l'ONG sénégalaise ENDA Tiers-Monde Mariam Sow, par les économistes Genevieve Azam et Marcos Arruda, l'essayiste et présidente d'honneur d'ATTAC France Susan George, le vice-président du Comité Consultatif des Droits de l'Homme des Nations Unies Jean Ziegler. Il est ouvert à toutes et tous.      

                                
Actuellement, les navires de L'Odyssée des Alternatives Ibn Battuta voguent vers la Seyne-sur-Mer pour de nouveaux partages. L'escale française aura lieu samedi 22 octobre de 10h à 20h sur l'esplanade marine de la Seyne-sur-Mer, face à la rade de Toulon.

Plus d'infos :

www.odysseeibnbattuta.org/lodyssee-des-alternatives/

Partager