PAROLES CITOYENNES

[ RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ] Les vagues de chaleur comme celle de juin sont 5 fois plus probables

Créé le : 13/08/2019

Les scientifiques du projet World Weather Attribution viennent de publier ce mardi 2 juillet à 14h une étude sur les liens entre la canicule de la fin juin en Europe et le changement climatique.

Ces scientifiques, dont Robert Vautard du CNRS, estiment que le réchauffement climatique déjà observé (+1°C environ) a rendu de telles vagues de chaleur au moins 5 fois plus probables (donc plus fréquentes), et peut-être jusqu’à 100 fois plus. Ils estiment aussi que ces vagues de chaleur sont désormais plus chaudes de 4°C au mois de juin.

Consulter les résultats de l’étude :

 

[ ÉVASION FISCALE ] Pour Attac, la taxation unitaire est applicable dès maintenant

Créé le : 18/07/2019

Alors que la présidence française du G7 promet de "mettre fin à l’évasion fiscale", Attac démontre dans un rapport qu’appliquer la taxation unitaire, et donc lutter réellement contre l’évasion fiscale des multinationales, est possible dès maintenant.

En utilisant les données disponibles, les expert·e·s d’Attac ont travaillé sur les comptes de huit entreprises multinationales appartenant à des secteurs différents : Amazon, Apple, Bayer-Monsanto, BNP-Paribas, Facebook, Google, Microsoft et Total. Une estimation des impôts que ces huit entreprises auraient dû payer en France, si la taxation unitaire était en place, donc en l’absence d’évasion fiscale, a été calculée. Les résultats sont édifiants :

  • Si la taxation unitaire était appliquée sur la base des données aujourd’hui déclarées :
    • Amazon, Apple, Bayer-Monsanto, Facebook, Google, Microsoft et Total auraient dû payer, au total, près d’1,5 milliards d’euros en 2017 à l’État français, c’est-à-dire sept fois plus que ce que celles-ci ont effectivement payé,
    • Total aurait dû acquitter en 2017 un montant trente fois supérieur au montant effectivement payé, dont une partie aux pays en développement où sont réalisés les profits, ce qui illustre la nécessité d’une justice fiscale internationale.
  • Si la taxation unitaire était appliquée sur les chiffres réels que nous avons estimés :
    • 2 milliards d’euros, c’est ce que les GAFAM et BNP-Paribas auraient dû payer en France d’impôt sur les sociétés, au lieu de 0,5 milliard d’euros dont elles se sont effectivement acquittés,
    • Apple, Microsoft, Facebook et Google auraient dû payer un impôt sur les sociétés de 7 à 22 fois supérieur à ce qu’elles ont effectivement payé,
    • Amazon aurait dû payer un impôt 70% supérieur à ce dont elle s’est acquitté en France.

Pour Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France : « Les scandales à répétition ne cessent de démontrer l’existence d’une évasion fiscale massive des entreprises multinationales. L’évasion fiscale est la conséquence du laisser-faire des gouvernements. Les mesures proposées, telles que la “taxe GAFA” en France, votée en 2019, ne sont pas à la hauteur des enjeux. Si le gouvernement français et les pays du G7 veulent réellement s’engager dans la lutte contre l’évasion fiscale, ils doivent mettre en place de toute urgence la taxation unitaire et le reporting public pays par pays. C’est possible dès maintenant et ne demande que de la volonté politique.  »

Pour Dominique Plihon, économiste, membre d’Attac France et coordinateur du rapport : « Le principe de la taxation unitaire est simple : il consiste à taxer le bénéfice global des entreprises multinationales, en considérant celles-ci comme une entité unique, puis dans une seconde étape, à répartir ce bénéfice dans les pays où ces entreprises réalisent effectivement leur activité. La taxation unitaire est un instrument de justice fiscale internationale, en particulier pour les pays en développement lourdement pénalisés par l’évasion fiscale des multinationales. »

Pour Michael Tellmann, représentant d’Attac Allemagne, « Qui se refuse au reporting pays par pays pour les multinationales, comme l’a fait Olaf Scholz Ministre des finances allemand, se rend coupable d’évasion fiscale et de l’argent manquant dans les budgets publics pour financer des investissements urgents dans la transition écologique et sociale. Il faut que les médias se scandalisent de ce comportement comme ils l’ont fait en révélant les Panama Papers ou les autres scandales d’évasion fiscale. »

Pour défendre ces mesures de justice fiscale, Attac France se mobilisera pleinement à l’occasion du Contre-G7 organisé à Hendaye et Irun du 19 au 26 août.

*en partenariat avec Attac Allemagne et avec le soutien du réseau des Attac d’Europe

> Plus d'infos

[ ENVIRONNEMENT ] Découvrez la carte d'achat des pesticides

Créé le : 12/07/2019

Générations Futures publie une nouvelle carte exclusive d’achat de pesticides par département basées sur les toutes nouvelles données officielles (données 2017 publiées le 1er juillet 2019) !

Cette carte exclusive, basée sur des données 2017 d’achats de pesticides, précisent les cartes précédemment publiées par Générations Futures le 20 novembre 2018, utilisant les données 2017 des ventes de pesticides. En effet, nous présentons cette fois des données utilisant les codes postaux des acheteurs. Ce travail a été enfin rendu possible par la mise en ligne de ces données sur le site  DATA le 1er juillet 2019.

Ces données complètent les cartes publiées par Mediapart il y a quelques jours , plus précises sur les lieux d’achat car présentant les achats par zones de code postal, mais basées sur un rapport fuité prenant en compte environ 8000 tonnes de pesticides en moins que le rapport finalement publié par le gouvernement le 1er juillet que nous avons utilisé. (A noter que ces nouvelles données ne précisent pas les codes postaux des acheteurs pour 1022 tonnes de pesticides sur total de 68189 tonnes)

Ces nouvelles données bouleversent assez sensiblement le classement des départements publié en 2018. Cette fois ci les données prenant en compte les codes postaux des acheteurs nous donnent le classement des 10 premiers départements français pour l’achat de pesticides suivant :

  1. Gironde (3117 t)
  2. Marne : (2568 t)
  3. Gard (1956 t)
  4. Pas-de-Calais (1899 t)
  5. Somme (1816 t)
  6. Hérault (1809 t)
  7. Vaucluse (1776 t)
  8. Charente Maritime (1701 t)
  9. Aisne (1692 t)
  10. Eure et Loir (1623 t)

Ces différences avec nos cartes précédentes s’expliquent par le fait que des agriculteurs achètent parfois leurs pesticides dans un département voisin, comme nous l’avions évoqué lors de notre communication l’année passée. Cela semble influer particulièrement sur le classement de l’Aube qui passe de la 1ere place de notre classement de novembre (basé sur les données de vente simple) à la 15eme place selon ces nouvelles données d’achat avec les codes postaux des acheteurs. Attention toutefois : un agriculteur d’un département peut utiliser les pesticides achetés sur plus d’un département s’il a des terres dans plusieurs départements. Il ne s’agit donc pas de données d’usage stricto sensu.

« Ces nouvelles données plus précises sur les achats de pesticides en France montrent bien que les achats de pesticides les plus importants ont lieu dans des départements ou la viticulture, l’arboriculture ou les grandes cultures sont les plus intensives. C’est dans ces zones que la sortie rapide des pesticides chimiques est la plus urgente car c’est là que la population et l’environnement sont probablement les plus exposés. Nous appelons le gouvernement à prendre en compte ces données pour impulser enfin une politique de sortie des pesticides chimiques de synthèse cohérente en France ! » déclare François Veillerette, Directeur de Générations Futures.

  Découvrez également très bientôt le dossier Sans transition sur la qualité de l'air ! 

[ POLLUTION DE L'AIR ] - Fort épisode de pollution photochimique en Paca

Créé le : 02/07/2019

Par Atmosud, le 28 juin 2019,

La région Paca est concernée par une pollution chronique issue des nombreuses activités humaines. En été, aux premiers rangs des activités émettrices, on retrouve le transport routier, l’industrie, et le transport maritime.

La canicule qui s’est installée sur notre région entraîne une dégradation de la qualité de l’air. Le soleil, la chaleur et les vents modérés provoquent la transformation des polluants dits « primaires » en une pollution secondaire, dite « photochimique ». Le traceur principal de cette pollution est l’ozone, mais il est accompagné d’autres polluants comme les particules ultra-fines (PUF). Cette pollution photochimique vient s’ajouter à la pollution locale habituellement présente. Poussée par les régimes de brises thermiques, cette pollution couvre de larges territoires, y compris des zones rurales éloignées des villes et pôles industriels. Les niveaux d’ozone les plus importants sont enregistrés au cours de l’après-midi.

L’épisode de pollution en cours est exceptionnel, par son ampleur et sa durée.

Il a débuté lundi et concerne aujourd’hui la majeure partie de la région. D’après les prévisions de Météo-France concernant la canicule, l’épisode de pollution devrait durer au moins jusqu’en milieu de semaine prochaine.

Afin de limiter l’exposition des populations à cette pollution, des mesures de restriction des activités polluantes ont été prises par les Préfets depuis mardi. Elles concernent aussi bien les activités industrielles que les transports.

Les effets sur la santé de cette pollution se traduisent par une aggravation des problèmes respiratoires et cardio-vasculaires.

Pour plus d’informations sur cet épisode exceptionnel de pollution à l’ozone,visionnez la vidéo Youtube

 Retrouvez cet été le dossier Sans transition : pollution de l'air, comment protéger nos enfants ? 

> Plus d'infos

[ SANTÉ ] - Leucémies infantiles et THT : Il est temps d'appliquer la réglementation existante !

Créé le : 27/06/2019

Communiqué de presse
25 juin 2019

Eviter la construction de crèches, d'écoles ou d'hôpitaux à moins de 50 mètre de lignes à haute tension ou l'installation de lignes au-dessus de tels bâtiments, surveiller les expositions professionnelles (en particulier pour les femmes enceintes), étendre la réglementation de valeur limite d'exposition à l'ensemble des sources de champs magnétiques basses fréquences, et prendre en compte les données scientifiques les plus récentes lors de la réévaluation des valeurs limites d'exposition et étendre cette réglementation à l'ensemble des sources de rayonnements... Telles sont les recommandations de l'ANSES dans son expertise sur les effets sanitaires liés à l'exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences rendus public le 21 juin dernier.
L'eurodéputée EELV Michèle Rivasi, agrégée de biologie et ancienne Présidente du Criirem (Centre de recherches et d'Informations sur les Rayonnements électromagnétiques) :

Cela fait bientôt cinquante ans que l'on dit la même chose et que les premières études pointant un lien entre les leucémies infantiles et l'exposition aux champs électrique basse fréquence du réseau électrique sont publiées. En juin 2001, à la suite de plusieurs dizaines d'études et revues d'études contradictoires,  le CIRC, le Centre international de recherche sur le cancer, a classé les champs magnétiques de basse fréquence dans la catégorie "peut-etre cancérogènes pour l'homme" d'après les études épidémiologiques réalisées sur la leucémie infantile. Comme l'ANSES l'a dit en 2010 et répété à nouveau cette année. 

+ 69 % DE LEUCEMIE INFANTILE A MOINS DE 200 M DES LIGNES THT

Les effets cancérigènes des lignes électriques, THT incluses, ont suscité un regain d'attention lors de la parution en Grande-Bretagne en 2005 d'une étude portant sur 60 000 enfants dont la moitié atteints d'un cancer. « Si l'on examine les tumeurs du cerveau et d'autres diagnostics, on constate que le risque de leucémie infantile est 69 % plus élevé que la moyenne pour les enfants habitant à moins de 200 mètres d'une ligne THT, et 23 % plus élevé lorsque cette distance se trouve comprise entre 200 et 600 mètres, » a expliqué alors l'épidémiologiste Gerald Draper, de l'Université d'Oxford.

UN DECRET EXISTE DEPUIS 2004, UTILISONS-LE !

En France, depuis 15 ans, nous  avons le décret n° 2004-835 du 19 août 2004 relatif aux servitudes d'utilité publique qui fixe autour des lignes THT des servitudes allant de 10 à 40 m, appliquées à la discrétion du préfet. Utilisons cette servitude pour l'opposer aux expositions existantes ou à d'éventuels projets de construction. Appliquer ce décret permettait de réduire le risque pour les 40 000 enfants de moins de 15 ans exposés à leur domicile à un champ magnétique supérieur à 0,4 microTesla, seuil d'exposition à partir duquel le risque de tumeur infantile devient statistiquement significatif, du seul fait de la proximité d'une ligne à très haute tension. Appliquer ce décret implique aussi que les lignes déjà existantes soient déplacées à la charge de RTE.
 
Les risques pour les enfants sont malheureusement connus et les recommandations des agences sanitaires unanimes. Cessons de tergiverser et appliquons les corridors de sécurité prévus par la loi. Nous pourrons alors porter tous nos efforts et notre attention sur la santé des travailleurs exposés à ces pollutions électromagnétiques insidieuses, toutes sources confondues.

[ PESTICIDES ] "Pour une meilleure prise en compte des riverains et des milieux"

Créé le : 26/06/2019

Par Génération Futures

Victoire ! Le Conseil d’Etat annule en partie l’arrêté de 2017 encadrant l’utilisation des pesticides, notamment parce qu’il ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains !

Rappel des faits. Entre juillet 2016 et mai 2017, après des mois de débats, la France s’est dotée d’un nouvel arrêté encadrant l’utilisation des pesticides[1]. Les associations Eau et rivières de Bretagne, Générations Futures et l’Union Syndicale Solidaires, soutenues par des associations impliquées sur le territoire[2], ont engagé une action juridique, jugeant cet arrêté non conforme à la loi et trop peu ambitieux sur la question de la protection de la ressource en eau et des riverains. Avec de l’aide leurs avocats Maîtres Eva JOLY et François LAFFORGUE, ils ont déposé contre ce texte le 3 novembre 2017 trois recours juridiques (en annulation et modification) devant le Conseil d’État[3].

Le 5 juin lors de l’audience au Conseil d’Etat, le rapporteur public, dans ces conclusions avait purement et simplement demander l’annulation de l’arrêté « en tant qu’il ne prévoyait pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées par des produits phytopharmaceutiques. » concluant aussi à la nécessité de renforcer les zones non traitées et les délais de rentrée à tous les modes d’application des pesticides faisant « injonction aux ministres de prendre les mesures réglementaires induites par la présente décision dans un délai de six mois ».

Victoire ! Le conseil d’État vient de rendre aujourd’hui sa décision et nos associations se félicitent de cette dernière. En effet, le Conseil d’Etat dans son jugement suit une grande partie des attentes des ONG, des conclusions du rapporteur public et demande l’annulation d’une partie de l’arrêté “en tant qu’il ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées par des produits phytopharmaceutiques.” Le juge indique en outre que l’Etat devra verser à l’Associations Générations futures et à l’association Eau et rivières de Bretagne, une somme de 2 000 euros chacune au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Cette décision intervient alors que se tiendra demain une réunion du groupe de travail 3 du plan Ecophyto « protection des populations et de l’environnement » au ministère de l’agriculture portant notamment sur les chartes de « bon voisinage ». L’occasion de saisir la balle au bond et de tenir compte de ce jugement lors de la rédaction du nouvel arrêté et des textes encadrant les chartes.

Pour les associations requérantes, Eau & Rivières de Bretagne, Génération futures, l’Union Syndicale Solidaires ainsi que pour les organisations de terrain impliquées sur ces dossiers et soutenant cette action, c’est une nouvelle victoire qui devra avoir pour effet une meilleure prise en compte des riverains et des milieux exposés à ces pesticides dangereux.

Le Gouvernement peut compter sur toute la détermination de chacune de nos structures pour qu’enfin soit atteint un haut niveau de protection des populations vulnérables exposées et des milieux impactés par ces produits !

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034603791&categorieLien=id

[2] D’autres associations ont soutenu l’action menée juridiquement par ERB, GF et Union syndicale Solidaires : Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, Vieux Manoir en colère, Vigilance ogm et pesticides 16

[3] https://www.generations-futures.fr/actualites/recours-juridiques-arrete-pesticides/

> Plus d'infos

 Et retrouvez cet été notre dossier consacré à la qualité de l'air : comment protéger nos enfants ? 

 

[ MANIFESTE ] " Oui à la biodiversité dans nos assiettes "

Créé le : 24/06/2019

L’association de protection de la biodiversité Noé, avec le soutien de la Fondation Goodplanet, Fermes d’Avenir, HVE Développement et le Refedd demande aux 6 marques préférées des Français (Bonduelle, Fleury-Michon, Harry’s, Herta, Panzani, Président) de devenir pionnières de la transition agroécologique. 

Elles leur demandent pour cela de contribuer aux objectifs ressortis des Etats Généraux de l’Alimentation, et les appelent à s'engager aujourd'hui à proposer en 2030 1/3 de leurs produits en bio, 1/3 certifiés Haute Valeur Environnementale (HVE) et 1/3 équivalents à la certification environnementale de niveau 2. 

 En effet, en France, le modèle agricole industriel appauvrit la biodiversité, privant les agriculteurs des services écologiques offerts par la nature, et menaçant à terme notre capacité à nous nourrir.

- 85 % de nos cultures dépendent des insectes pollinisateurs.
- Les auxiliaires des cultures assurent au minimum 50 % du contrôle des organismes nuisibles – comme par exemple la coccinelle qui dévore les pucerons.
- La diversité des cultures et des variétés favorise leur résilience face aux agressions biologiques et climatiques.

Une solution : l’agroécologie. Ce modèle agricole consiste à maximiser les services écologiques que nous offre la nature pour faire de la biodiversité une alliée de l’agriculture. Elle préserve la fertilité naturelle du sol, et met en place une diversification des cultures et des infrastructures écologiques (haies, mares, prairies, etc.). Ces pratiques permettent de rétablir le bon fonctionnement des systèmes écologiques. L’agriculteur peut ainsi diminuer voire arrêter l’utilisation de produits chimiques, et préserve ainsi les nombreux organismes vivants qui l’aident au quotidien.

L’agriculture bio garantit l’absence de pesticides de synthèse, tandis que la certification HVE garantit que l’agriculteur met en place ces pratiques agroécologiques. Ensemble, ces certifications garantissent une agriculture protectrice de la biodiversité et de notre sécurité alimentaire.

Les industriels de l’agroalimentaire ont le pouvoir de provoquer un changement d’échelle. Ces associations leur demandent aujourd’hui de s’engager dans cette voie.

[ LOI MOBILITÉ ] Accélérations écologiques au ralenti

Créé le : 19/06/2019

Par le Réseau Action Climat et Unicef France

Une semaine après les promesses du Premier ministre « d’accélérer la transition écologique », l’Assemblée nationale adoptera aujourd’hui, en première lecture, un projet de loi qui annonce une transition au ralenti.

 

Pour le Réseau Action Climat, ses associations membres et UNICEF France, le constat est clair : faute de mesures de court terme et prescriptives, ce projet de loi marque des avancées sans donner le coup d’accélérateur nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l‘air des transports. Seul un regain d’ambition et de courage politique pourra garantir la capacité de tous à se déplacer mieux en polluant moins et à respirer un air sain.

Les avancées du projet de loi Mobilités

Plusieurs dispositions vont dans le bon sens mais avec une ambition et des moyens limités:

Le déploiement d’ici à fin 2020 de zones à faibles émissions dans les grandes agglomérations pour lutter contre la pollution de l’air, en prenant en compte la nécessité de réduire la pollution de l’air au niveau des établissements accueillant des publics sensibles, est une bonne nouvelle. Il manque toutefois des garanties pour l’efficacité des plans d’actions à réduire la pollution de l’air. Nos organisations suivront avec intérêt leur déploiement dans les territoires, pour s’assurer de la sortie progressive et équitable du diesel et de l’essence.

Le lancement d’un plan vélo doté d’un fonds national pour accompagner les projets de territoires pour devenir plus cyclables est une grande avancée, mais les montants sont encore trop faibles par rapport  aux besoins constatés pour rattraper le retard de la France. La mesure favorable à l’apprentissage du vélo à l’école revue par l’Assemblée nationale n’apporte pas toutes les garanties de sa généralisation.

La compatibilité entre le plan climat et les plans de mobilité, entérinée par la loi, pourra renforcer le lien entre l’organisation de la mobilité dans les territoires et  les engagements climatiques.

Des insuffisances et des contradictions

Dans son ensemble, le projet de loi Mobilités n’est pas à la hauteur des enjeux sanitaires et climatiques. Le caractère facultatif d’un grand nombre de mesures ressemble fort à un abandon des législateurs et des responsables politiques face aux intérêts de certains acteurs privés, alors que leur rôle est justement d’entériner des mesures qui s’appliquent à toutes et à tous pour protéger l’intérêt général.

Ainsi, la mesure phare défendue par les ONG, le forfait mobilité durable, visant à encourager l’usage du vélo et du covoiturage sur les trajets domicile-travail, reste optionnel et son cumul avec le remboursement des transports commun est trop restrictif. A travers la non-généralisation de cette prime, le Gouvernement et les députés ont raté l’opportunité de montrer qu’une politique de mobilités plus durable permettrait de réconcilier les enjeux sociaux, économiques et écologiques.

Le projet de loi fixe un objectif de décarbonation du secteur des transports terrestres à un horizon 2050, mais le projet de loi ne se donne pas les moyens d’y parvenir. En effet, la France se fixe pour objectif de mettre fin à la vente des véhicules légers (dont utilitaires) neufs consommant des énergies fossiles d’ici à 2040, alors que la fin de vente de ce type de véhicules devrait être entérinée à l’horizon 2030, pour respecter l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Le verdissement des flottes privées de véhicules est enclenché mais à un rythme trop lent, les objectifs pour les plateformes de taxis et VTC étant renvoyés à un décret.

Par ailleurs, les avantages fiscaux dont bénéficient les transports les plus polluants que sont le fret routier de marchandises et le transport aérien ne sont pas remis en cause. Pourtant, la contribution de ces secteurs permettrait de dégager des moyens financiers qui font défaut dans le projet de loi actuel.

Enfin, le projet de loi n’a pas permis de mettre un coup d’arrêt aux projets routiers, incompatibles avec l’accord de Paris en raison de la hausse de trafic qu’ils engendrent.

Le respect des engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris ne sera effectif que si le Gouvernement et les parlementaires adoptent de nouvelles mesures concrètes pour sortir du tout-routier et des énergies fossiles, réduire le trafic aérien, en développant les alternatives de mobilité plus durables.

Une seconde chance d’entendre le message des mobilisations sur le climat et de traduire les promesses du Premier ministre leur est donnée avec la commission mixte paritaire qui réunira des sénateurs et des députés autour du projet de loi Mobilités et le futur projet de loi de finances. La saisiront-t-elle pour passer à la vitesse supérieure?

> Plus d'infos

Retrouvez un dossier spécial consacré à la " qualité de l'air, comment protéger nos enfants ?", dans le prochain numéro de Sans transition !, à paraître à la mi-juillet !

 

[ COMMUNIQUÉ ] - Générations Futures, "nouveau rapport sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes".

Créé le : 13/06/2019

Après une première édition en février 2018, Générations Futures publie ce 6 juin 2019 une nouvelle édition de son rapport sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes consommés en France.

Contexte

Les résidus de pesticides présents dans les aliments préoccupent les consommateurs et consommatrices français(es) et européen(ne)s. Ainsi la présence de résidus de pesticides dans les fruits, légumes et céréales apparait au tout premier rang des préoccupations en matière de risque alimentaire en Europe ! En France ces résidus dans les fruits, légumes, céréales, infusion, aliments pour bébé font l’objet de plans de surveillance annuels réalisés par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). Malheureusement les consommateurs ne retirent pas une information réellement utilisable de ces plans de surveillance. En effet les résultats détaillés, aliment par aliment, ne font pas l’objet d’une communication grand public, seuls des résultats globaux étant la plupart du temps mis en avant. De plus, les résultats fournis sont irréguliers et pas forcément représentatifs : tous les aliments ne sont pas analysés tous les ans, ou alors le sont en nombre trop faible pour que les résultats trouvés soient réellement significatifs. Une grande ONG américaine (EWG) diffuse également des rapports sur les résidus de pesticides dans les aliments, mais ces rapports ne rendent pas compte de la situation française car les substances actives pesticides autorisées aux Etats-Unis ne sont pas les mêmes qu’en Europe et les pratiques agricoles sont différentes. C’est pourquoi aujourd’hui Générations Futures souhaite aller plus loin pour répondre à l’attente des consommateurs/trices français.es en leur permettant de pouvoir avoir accès à une information aussi complète et à jour que possible sur la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes non bios réellement vendus et consommés en France.

Données et méthologie

Nous avons donc réalisé ce nouveau rapport en intégrant les données des plans de surveillance de 2012 à 2017 de la DGCCRF, ce qui représente une période d’étude de 6 années ! De plus, pour pouvoir fournir des résultats réellement significatifs nous n’avons retenu que les végétaux analysés au moins 5 années sur 6 et dans un nombre significatif d’échantillons. Le résultat est un rapport exclusif bâti sur les résultats de plus de 13 000 analyses ! En tout ce sont 18 fruits et 32 légumes qui ont pu être étudiés sur la base des données fournies par la DGCCRF.

> Lire les résultats et l'intégralité du communiqué.

[ COMMUNIQUÉ ] - Industrialisation de la bio : La FNAB et la Confédération paysanne quittent le Comité bio d'Interfel

Créé le : 24/05/2019

Communiqué de presse de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique et de la Confédération Paysanne.

Paris, 23/05/2019. Ce matin, le comité Bio de l'interprofession des fruits et légumes a élu comme co-rapporteur un défenseur affiché d'une agriculture biologique industrialisée, poussant notamment un recours sans restriction au chauffage des serres pour la production de fruits et légumes bio à contre saison, en contradiction totale avec le règlement biologique européen.

L'interprofession des fruits et légumes veut tirer le cahier des charges bio vers le bas
Depuis plusieurs mois, la FNAB, aux côtés des acteurs de l'économie bio que sont Forébio (fédération des organisations économiques de producteurs 100% bio), le Synabio (syndicat des transformateurs et distributeurs bio) et Biocoop, se bat pour empêcher le recours au chauffage en agriculture bio conformément au règlement européen qui stipule que la production biologique doit respecter le cycle des saisons et faire un usage raisonné de l'énergie.
Mathieu Lancry, président de la coopérative 100% bio Norabio, était candidat pour la Confédération paysanne : « C'était une provocation d'Interfel d'afficher une candidature si ouvertement opposée aux principes de l'agriculture biologique.  Nos groupements économiques et nos adhérents paysans et paysannes ont développé la bio en respectant ces principes et en gagnant la confiance du consommateur. La Confédération paysanne et la FNAB ne cautionneront pas les dérives du label bio promues par l'interprofession ».
Quelle montée en gamme peut-on attendre d'Interfel ?
Emmanuel Aze, responsable de la commission Fruits et légumes de la Confédération paysanne explique : «  dans ce refus d'Interfel de défendre une bio exigeante, on retrouve une incapacité plus globale à aider les producteurs à améliorer leur rémunération et la qualité de leurs produits » . Le choix du Président de la République de confier aux interprofessions la montée en gamme des produits agricoles et alimentaires montre ici sa limite. Par cette élection, le comité bio d'Interfel va en effet à l'encontre de la demande des citoyennes et des citoyens.

 
Contacts presse :
Confédération paysanne :
Emmanuel Aze, Commission Fruit et Légumes : 06 87 32 77 63
Mathieu Lancry - 06 79 59 20 10
FNAB : Jean-Paul Gabillard, secrétaire national Légumes : 06 82 99 18 36
 
Dans ce contexte, la Confédération paysanne et la FNAB préfèrent quitter le comité Bio d'Interfel.

Pages

Partager