Climate Chance : Une mobilisation exceptionnelle de la société civile internationale et une déclaration commune pour appeler les Etats à renforcer l’action concrète

Créé le : 03/10/2016
Crédit : DR

Par Climate chance 

Le sommet Climate Chance vient de fermer ses portes. Alors que la multiplication des phénomènes extrêmes souligne la rapidité du dérèglement climatique en cours, les représentants de la société civile internationale ont largement répondu présent à cette première édition, démontrant leur attente d’un tel moment d’échanges et de rencontres, mais aussi leur détermination à affirmer leur rôle incontournable dans la lutte pour le climat. 

Une fréquentation au delà de toutes les attentes

“Climate Chance était un véritable pari, il est incontestablement réussi” se réjouit Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole. Collectivités, entreprises, ONG, associations, syndicats, organismes scientifiques… en tout, ce sont plus de 3000 représentants de la société civile de 62 nationalités différentes qui étaient au rendez-vous de cette première édition de Climate Chance, dépassant ainsi les attentes les plus optimistes. Pendant 3 jours, unis dans une dynamique collective, ils ont pu se rencontrer, débattre, échanger et mutualiser leurs expériences, les bonnes pratiques et les échecs, dessinant ainsi l’état de l’action à travers le monde en matière de lutte contre les dérèglements climatiques, mais soulignant aussi les opportunités naissant de ce combat résolu.

17 coalitions thématiques en ordre de marche jusqu’en 2018

Pour une plus grande efficacité, les actions de la société civile internationale doivent être inscrites dans une dynamique cohérente, durable et organisée. C’est la vocation des coalitions thématiques, qui rassemblent les acteurs mobilisés par secteur d'intervention (énergie, eau, transport, éducation, planification territoriale...). Ce sommet a été l’occasion de structurer et de renforcer les 15 coalitions existantes issues du Sommet de Lyon mais aussi de voir naître deux nouvelles coalitions: une coalition “Francophonie” et une coalition “Culture et climat”, chère au coeur de Nantes, visant à massifier les initiatives culturelles en faveur du climat qui émergent dans le monde entier.  

Chaque coalition dispose désormais d’une feuille de route claire jusqu’en 2018, résolument orientée vers l’action, avec l’objectif de contribuer à la réévaluation des engagements des Etats en 2018, étape indispensable pour tenir l’objectif de 2°C fixé dans l’accord de Paris. Aux Etats de nous proposer un cadre clair de coopération en vue de contribuer à ces réévaluations.

La Déclaration de Nantes largement signée

A six semaines de la COP22 de Marrakech, les acteurs non-étatiques, désormais en ordre de bataille, ont signé une déclaration commune sous le nom de “Déclaration de Nantes”. Dans celle-ci, ils exhortent les Etats à aller encore plus loin dans l’action pour atteindre les objectifs fixés lors de la COP21 et soumettent des propositions très concrètes pour y parvenir. “Le message est clair, indique Ronan Dantec, président de l’Association Climate Chance. On n’est plus dans le temps des déclarations, mais bien dans celui de l’action. Or c’est bien sur les territoires que l’action se passe. Les Etats ne peuvent pas faire sans la société civile. Climate Chance prouve que celle-ci est est disponible pour les aider à atteindre les objectifs”.

Deux points émergent en particulier de cette déclaration: la volonté partagée des acteurs non-étatiques d’une approche décentralisée, avec des territoires moteurs de l’action climatique,  et un accès aux financements facilités, notamment pour les pays du Sud.

Fort du succès de cette première édition, Climate Chance s’installe désormais comme un rendez-vous incontournable de l’agenda climatique, avec une deuxième édition d’ores et déjà prévue au au Maroc à l’automne prochain.

Partager