Muriel Nivert-Boudou, Cress Languedoc-Roussillon : "l'habitat est une des principales entrées de la lutte contre l'exclusion"

Créé le : 14/10/2016

De la précarité à l’efficacité énergétique : quelles sont les solutions apportées par l'Economie sociale et solidaire (ESS) ? Les 4èmes rencontres ESS - organisées par la Chambre régionale de l'Economie Sociale et Solidaire (Cress) de Languedoc-Roussillon, la Fondation Macif Provence-Méditerranée - auront lieu le mardi 18 octobre, au Pôle Réalis de Montpellier. L'habitat sera au coeur de cet événement dont Sans Transition ! est le partenaire. Présentation du programme avec Muriel Nivert-Boudou, Déléguée Générale de la Cress LR.

Les rencontres ESS logement et habitat sont cette année consacrées à la précarité énergétique. Pourquoi cette thématique ?

Nous organisons ces rencontres chaque année depuis 2013, avec la Fondation Macif Provence Méditerranée. L'idée est de montrer que l'Economie sociale et solidaire est présente dans quasiment tous les secteurs d'activité. Et qu'elle est particulièrement bien représentée dans celui de l'habitat et du logement. De nombreux acteurs de l'ESS travaillent sur l’efficacité énergétique et la lutte contre la précarité énergétique. Le besoin de se chauffer est un besoin fondamental auquel les acteurs de l'ESS se sont très précocement intéressés. L'action de structures comme la fondation Abbé Pierre ou encore les Compagnons bâtisseurs montrent aussi que l'habitat est une des principales entrées de la lutte contre l'exclusion.

Comment va se dérouler la demi-journée ?

Celle-ci se déroulera au Pôle Réalis, structure portée par le Conseil Régional d'Occitanie destinée à l'accompagnement d'entreprises de l'ESS. Le programme s'ouvrira par une table-ronde animée par Magali Chouvion, rédactrice en cheffe du magazine Sans Transition ! Occitanie. Il s’agira d'échanger autour des solutions pouvant être mises en place pour lutter contre la précarité énergétique. Les participants sont la directrice du Gefosat, organisme de conseil dans la maîtrise de l'énergie, le coordinateur régional de projets d'auto réhabilitation des Compagnons bâtisseurs et un représentant d'ATD Quart Monde. La fondation Macif Provence-Méditerranée présentera, elle, une étude qu'elle a coordonnée, sur la précarité énergétique (voir ci-dessous). Après cet échange, des rencontres flash seront organisées pour permettre aux personnes de faire plus ample connaissance et de faire émerger entre elles des opportunités de marchés ou de partenariats à l'échelle des territoires.

A quels publics s'adressent les rencontres ?

Elles s'adressent à tous les publics qui peuvent être intéressés par ces problématiques de la précarité et de l’efficacité énergétique. Mais elles concernent tout particulièrement des professionnels du logement et de l'habitat. L'idée est aussi d'ouvrir ce moment à des structures - publiques ou privées - extérieures au monde de l'ESS. Cela peut être l'opportunité pour les acteurs de l'économie sociale de développer des marchés avec d'autres structures, comme les offices HLM, par exemple.

Plus d'infos :

www.sans-transition-magazine.info/4emes-rencontres-ess-logement-et-habitat-0

 

 

Louis Lippi, coordinateur régional de l'Association des délégués de l'économie social (Adess) du groupe Macif, présente l'étude "Habiter mieux"

Habiter mieux est issu d'un projet national porté par la Macif qui fut décliné dans plusieurs régions - dont Provence-Méditerranée. Nous avons fait le choix de travailler sur la thématique de la précarité énergétique et de se doter d'un outil de connaissance de cette problématique. Le but : connaître les usages et pratiques de nos sociétaires en matière d'occupation de leur logement. Nous avons fait appel à un certain nombre de nos partenaires associatifs qui ont transmis à leurs adhérents des questionnaires, au cours de l'année 2015. Environ un millier nous sont revenus. Ils font ressortir le fait que tout le monde est conscient de l'importance de l'efficacité énergétique des logements. Ce problème concerne tout le monde. Mais plus les personnes ont de faibles ressources, plus elles ont du mal à y faire face. Les dépenses énergétiques sont un poste de dépenses plus important pour les personnes démunies que pour le reste de la population. Et il est donc d'autant plus compliqué pour elles de trouver les moyens de faire des travaux car une partie importante de leur budget passe déjà dans le chauffage. Il est donc nécessaire d'aider d'abord les personnes qui sont dans une situation de précarité économique. Plusieurs freins à la rénovation ont été identifiés : le manque de moyens, bien-sûr, mais aussi de temps, ou le manque de confiance aux artisans. Avec nos partenaires, nous avons donc proposé une série de solutions pour aider les personnes à faire face à ces situations".  

Plus d'info :

www.fondation-macif.org

Partager